POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


« Climategate », le réchauffement climatique et la théorie du complot.

Les gaz à effet de serre continuent de sévir...

jeudi 3 avril 2014
par jaco


En Europe, les français disent qu’il n’a pas eu d’hiver en 2014. Et avant même que la nouvelle année ne commence, les thermomètres ont accroché hauts leurs mercures, depuis ils n’ont redescendu. Les risques climatiques, exprimés par le réchauffement, deviennent périlleux. La quasi totalité des continents ressentiront davantage les conséquences des émissions des gaz à effet serre, les températures continuent de s’élever.

Selon un autre nouveau rapport de l’ONU, publié 31 mars 2014 au Japon, parmi de plus en plus nombreux thèses et arguments d’observateurs qui l’ont précédé, la situation s’aggrave et le pire nous attend.

Même avec la réduction de bien plus de la moitié des glaciers, de la calotte polaire du nord qui s’accélérait depuis 3 décennies, les « climatosceptiques » contestent que les effets désastreux de l’activité humaine, sur la planète, alors qu’une explosion démographique est à venir.

Les tenants de la théorie du complot ou communément les « conspirationnistes », ont aussi une forte présence, sur les questions d’environnement ou du réchauffement climatiques. Et ils participent à retarder la prise de conscience des gouvernements et des populations.

Dans un article du journal français Le Monde, LIRE ICI, le doute sur la réalité du réchauffement anthropique peut être une activité lucrative. Think tanks, associations corporatistes et même scientifiques brassent plus d’un milliard de dollars par an aux Etats-Unis, pour faire passer pour mineur la dégradation de l’environnement en niant sa conséquence sur les changements climatiques.

Le récent rapport du GIEC, [1] [2] « Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques », créé en 1988 aux Nations Unies organisations, est des plus alarmants. Mais il est tu, comme dissimulé à l’opinion. L’ONU a déjà perdu sa crédibilité dans la résolution de nombreux problèmes, n’est pas en confiance dans nombreux cas.

Pourtant et en particulier, ce rapport souligne que l’approvisionnement alimentaire du monde est à risque considérable. Une menace se précise et pourrait avoir des conséquences graves pour les pays les plus pauvres. Les phénomènes climatiques imprévisibles et dévastateurs ne cessent de s’accentuer.

Le rapport cite un nombre croissant de recherches qui avertissent que nombreuses cultures, destinées à l’alimentation, sont devenues sensibles aux vagues de chaleur et soumises au stress hydrique. Le rapport indique que le changement climatique a déjà fait baisser la production du blé et du maïs à l’échelle mondiale, et ce selon les données antérieures.

Le rapport discuté le dernier lundi du mois de mars 2014, à Yokohama au Japon, et publié, tente de réveiller les décideurs politiques et d’alerter les terriens. Il est la dernière œuvre qui avertit encore une fois sur la réduction des gaz à effet de serre... Qui a l’air désormais une banalité !
Agrandir le plan

Notes

[1] à ICI Lire

[2] et sa traduction au français ICI

Répondre à cet article