POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les jeux de la politique à la tunisienne !



Mascarade lassante pour un peuple en attente de jours meilleurs


dimanche 8 décembre 2013


Il n’y a plus de politique réelle. La politique, en tant que support adéquat à l’infrastructure du pouvoir, est pervertie, gravement profanée et viscéralement prostituée, par des esprits incompétents, haineux, rétrogrades et antédiluviens…

Voir en ligne : TOUS Les articles du Dr Mohamed Sellam sur POPULI-SCOOP

Tout comme le foot, la politique est gangrénée par l’argent et l’enfantillage des médiocres et des nuls… Du moins, c’est le ca set la situation de la transition, de la dictature à la démocratie, en Tunisie.

La conscience politique est devenue rarissime, presque inexistante. Tout le monde s’indigne du point de vue de tout le monde et tout le monde cligne de l’œil ou convoite ardemment les acquis de tout le monde.

La scène est envahie par des imbéciles parvenus et des détraqués égoïstes, alors que l’opposition s’effrite, brisée. Elle est balayée, amenuisée par ses conflits internes et ses contradictions latentes.

- a - L’opposition tunisienne se caractérise par son incohérence insidieuse. Les esprits s’empâtent, s’appesantissent et se disloquent continuellement. Le rabâchage politique est le pain quotidien de l’opposition

- b- Lutte à mort pour le pouvoir

Al-Qaeda et consorts cherchent à imposer une théocratie médiévale, une théocratie obscurantiste où l’homme n’est plus qu’un pantin entre les mains des religieux. Alors que la fraction libérale des hommes politiques cherche, quant à elle, en bonne droiture, à mettre en place un régime de libertés, affranchi de toute tendance religieuse, pour affirmer l’autorité de la raison et de l’esprit.

Ils tentent de mettre en exergue le principe du progrès en toutes choses, ainsi entre les radicaux religieux, et les laïcs radicaux, s’est engagée une lutte pour la survie, de l’une ou de l’autre partie… Qui des deux camps écrasera donc son opposant ?

Dr mohamed sellam

Répondre à cet article