POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > La NSA au service d’un Etat-voyou !

La NSA au service d’un Etat-voyou !



Snowden a déclassifié les piratages de la meilleure démocratie


vendredi 20 septembre 2013
par Damien Djamel Bouch’Raf


Le dossier NSA, l’agence américaine dont la vocation et l’identité restent à établir, continue de révéler les malintentionnés espionnages des USA. De la renommée de surveillance la National Security Agency (NSA), elle n’en a rien finalement. Ses missions ont le méritent d’être au service d’un pays impuni, voire impérialiste contre le reste du Monde.

Voir en ligne : Notre dossier : Informatique, NSA et sécurité

La NSA est davantage une entreprise d’attaque, comme vient d’être révélé par le Washington-Post, qui, par l’utilisation des vulnérabilités logicielles, s’adonne au piratage en payant même des prestataires pour ça. Les agences qui scrutent la sécurité informatique, disposent de connaissances qui servent aux frappes commanditées. Stuxnet et l’armada déployée contre le programme nucléaire iranien en est l’exemple.

Alors que les éléments d’Edward Snowden sont bloqués, selon l’accord qui lui a été accordé par l’Etat russe pour son asile. Il ne se passe un jour, sans que l’exploitation les données déjà mis au grand-jour par son ancien employé, apporte d’amères vérités à propos de la 1ère puissance dite aussi meilleure démocratie !

Dernière en date, des colères qu’a suscitées la pratique de la NSA , est l’annulation d’un voyage de la présidente du Brésil, aux USA, et ce après une discussion de 20 minutes avec Barack Obama. D’après la télévision brésilienne Globo, les Etats-Unis ont, courant l’année 2012, espionné la présidente Dilma Roussef, et l’actuel président du Mexique, Enrique Pena Nieto. Pendant la même année, alors que cernier n’était encore que candidat aux élections présidentielles dans son pays.

Mais tous les dossiers auxquels la National Security Agency (NSA), ne cessent pas de montrer une sorte de criminalité étatique. Dont l’impact est la perte de confiance des populations envers l’action publique, quand le pays n°1 sur la face de la Terre est scandaleux. La NSA est un organisme gouvernemental du département de la Défense des États-Unis. Il est responsable du renseignement d’origine électromagnétique et de la sécurité des systèmes d’information et de traitement des données du gouvernement américain.

Un contrat d’échange économique de 800 millions de dollars a été pris des mains des entreprises françaises, suite à des indications données par la NSA aux opérateurs américains, est l’exemple d’action que tous les pays européens subissent sans que ne leur fierté ne se sentent altérée.

Barack Obama a été obligé de se justifier pour les citoyens de son pays. cependant il a précisé, en direction du Monde, que tous les pays font usage d’espionnage utile ? C’est-à-dire les actions offensives et ayant pour but de gagner devant les concurrents.

Cette fois il est question d’un domaine pour lequel il est difficile de s’imaginer qu’un Etat quelconque puisse en faire usage. La NSA, organisme public, avait mené en 2011 plus de 200 cyber-opérations offensives. Et elle consacre notamment plusieurs millions de dollars à l’achat de vulnérabilités logicielles.

Des entreprises d’informatiques pistent ces problèmes de vulnérabilité et les monnaient en les vendant, soit aux propriétaires des logiciels soit à des tiers...

C’est à travers un marché, dit « gris » (informel mais étatique comme même) que ces 200 cyber-interventions ont été menées en Europe. Une législation continentale (n° 2013-40/UE du 12 août 2013) interdit visiblement l’activité commerciale consistant à fournir des données de vulnérabilité…