POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > Planète Mars : la course est ouverte.

Planète Mars : la course est ouverte.



Convoitises et conquête de l’inconnu.


samedi 10 août 2013
par N.E. Tatem


La planète rouge, Mars, fait rêver tant, et c’est si peu par rapport aux visées de conquête du vaste espace où flotte notre planète la Terre. Une course follement effrénée s’est déclenchée en cette année 2013 à travers divers projets, ouvrant tant d’espoir que d’euphorie, avant les éventuelles convoitises matérielles.

Le 27 août 2003, la planète Mars se situait au plus proche possible de la Terre, ce qui ne s’était pas produit depuis environ 60 000 ans pour une distance, tout de même, d’un peu plus de 56 millions de kilomètres. La lune, notre satellite et compagnon éternel, est plus proche. Elle s’élève à 360 000 kilomètres de nous et a la moitie du diamètre de Mars.

Outre les scientifiques qui se montrent enthousiastes, les populations suivent cette aventure humaine assez partagée d’ailleurs.

Le robot Curiosity explore Mars depuis exactement un an, au 6 août et à 7 h 32, heure française. Il fête donc le 1er anniversaire de sa chute sur le sol Martien. La salle de contrôle de la NASA, à Cap Canaveral en Floride avait suivi pendant 8 mois son voyage d’une distance de 55,758 millions de kilomètres soit 0,3727 ua (unité astronomique), et au plus près comme en 2003. Il s’est posé au centre du cratère Gale, situé légèrement en dessous de l’équateur de Mars, avec une brutalité redoutée dans le cas où elle serait fatale.

Pendant un an martien, soit environ deux années terrestres, le « rover », de conception exclusivement américaine, avec une taille et un poids d’une voiture, a pour mission d’analyser et photographier l’environnement de la planète rouge. Il rejoint son ancêtre moins évolué, Opportunity. Un grand pas dans la conquête de l’espace céleste, que l’homme se réserve la curiosité, l’exploration et le rêve d’y vivre.

Une question motive l’escapade de cet outil technologique : la vie a-t-elle été possible sur Mars à une époque donnée, pour espérer la ressusciter afin d’y faire habiter des humains ? Un an d’activité sur Mars est une source d’analyses pouvant donner des réponses.

Une société hollandaise nommée, Mars-One, fondée par Robert Zubrin et Bas Lansdorp, se dit à but non lucratif. Elle a lancé en avril dernier un appel à candidatures pour un aller simple, prévu en un voyage de 7 mois vers Mars en 2023. Les premiers volontaires, une quarantaine de personnes principalement des États-Unis et du Canada, se sont réunis samedi, 3 août, à Washington. Ils se préparent à un aller-simple, c’est-à-dire une colonisation... d’avance espérée acquise !