POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Poches du terrorisme en Algérie, au centre et à l’Est modeste vigilance citoyenne

La géographie des groupes de l’AQMI en Afrique du nord

mardi 20 octobre 2015
par Damien Djamel Bouch’Raf


L’armée algérienne traque les groupes terroristes, toujours dans une solitude fermée et face à une adversité ouverte. Elle aspire à sécuriser le pays, accomplir sa mission constitutionnelle. Moins d’actes criminels djihadistes et plus d’éliminations d’éléments armés se livrant à une lutte animée d’un "blal-bla" religieux. Tel est le résultat. La radicalisation de certains jeunes est considérée le fléau qui traverse la jeunesse trouvant encore le passage à l’acte, une réaction sacrée ! Au hasard d’un bilan de ces derniers jours ou mois, la géographie du terrorisme en Algérie peut être dessinée...

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Les poches actives, dans le terrorisme en Algérie, se situent plus à l’est d’Alger. En effet l’ouest du pays connaît une accalmie salutaire, grâce à un certain éveil des citoyens. L’Oranie ferme désormais toutes complicités, en refusant d’être dans les réseaux de soutien. Chose qui se réduit dans la société algérienne, les autorités comptent sur la "dé-radicalisation" après la "réconciliation" !

Nos derniers articles.
- Quand Bouteflika avance ses indicateurs positifs…
- Volte-face du pouvoir algérien, El-Watan-TV tombe pour mauvais client.

Ce qui éloignent les « katibates » vers les autres régions où elles restent opérationnelles, notamment au centre du pays dans une vaste couronne entourant Alger et la Kabylie, jusqu’à la frontière tunisienne. Le pays voisin, la Tunisie est plus gravement touchée par le sud à cause de la Libye, mais aussi côté algérien.

L’armée algérienne est, pour nombreux connaisseurs de l’insécurité, maintenant dotée d’une expertise inégalée, dans l’élimination des criminels, qu’elle isole de la population. Elle se confronte aux poches, de combattants islamistes, se situant actuellement au centre et n’allant pas au-delà de l’axe Blida Aïn-Défla. Un net recul des actes terroristes dans l’ouest algérien, mais de grosses filières de trafic de Cannabis traverse la frontière marocaine.

Ailleurs les mises hors d’état de nuire qui datent de plus d’un quart de siècle, continuent. La présence d’éléments errants, et ne voulant pas se repentir, est encore menaçante. Mais politiquement, le terrorisme est alimenté par des forces rétrogrades proches les rouages et ancrées dans les cercles identitaires qui se revendiquent du culte religieux...

L’est, le centre et le sud, exposés aux déplacements des hordes de radicalisés algériens. Lors d’une opération, à l’aube (6 h30) du mardi 20 octobre mardi (de ce jour même), menée suite à l’exploitation de renseignements, 3 terroristes ont été éliminés par un détachement de l’Armée. Après un bouclage un ratissage à Baghlia, dans la wilaya de Boumerdès, a indiqué le ministère de la Défense nationale dans un communiqué, les 3 individus étaient porteurs de 3 pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, 3 chargeurs, une paire de jumelles, 135 balles et 9 téléphones portables.
II y a exactement 2 semaines, jour pour jour, le nommé B. Ali, âgé de 45 ans, connu sous le sobriquet d’Abou El Hacen, qui avait rejoint le maquis en 1994, a été abattu. Activant depuis 2002 dans la katiba El Feth El Moubine, affiliée à Al Qaîda au Maghreb (AQMI). Ce sanguinaire, originaire de Bir El Ater, wilaya (département) de Tébessa, a été éliminé suite à une information parvenue aux services de sécurité, faisant état de la présence d’un terroriste rendant visite à sa famille.

Un soldat a été blessé lors de cette opération, qui n’est pas la seule de l’Est algérien. A Jijel, à Batna, en Kabylie et à Aïn-Défla des factions circulent, comme en pérégrinations en prenant, de temps à autres, des recrus et se coordonnant grâce à des réseaux difficiles à infiltrer. Il n’y que les décryptages des appareils téléphoniques ou bien l’aide citoyenne qui renseignent...

Le 14 octobre sur indications parvenues aux services de sécurité, un détachement de l’Armée Nationale Populaire relevant du secteur opérationnel d’El-Oued / 4ème Région Militaire, le sud-est, a appréhendé le 13 octobre 2015, huit 08 membres d’un réseau de soutien aux groupes terroristes, un camion utilisé dans leurs activités criminelles a été saisi.
Une tentative d’introduction d’armes et de munitions a été, dans l’après-midi du 18 octobre 2015, a été déjouée. A Tin Zaouatine, la découverte d’une cache d’armes contenant trois 03 fusils de type FMPK, une mitrailleuse de type Diktariov, un lance roquettes de type RPG-7, quatre (04) pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, deux fusils semi-automatiques de type Simonov et une importante quantité de grenades et de minutions de différents calibres.

Vous aimez des articles dont les paragraphes sont tous illustrés, voici d’autres :
- De quelle sécurité l’Algérie a de vrais tracas ?
- Syrie : catastrophique guerre civile pour les monuments
- Les alliances à gauche en Europe, le virage chavirant dans les pays en crise

10_MAE_deradicalisation.pdf

10_MAE_deradicalisation.pdf

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Répondre à cet article