POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Ramadi et Palmyre : d’où vient l’armement de l’Etat islamique ?

Les monarchies du Golf arabique et la Turquie source de l’avancée du Daesh

vendredi 22 mai 2015
par Azouz Benhocine


Coup sur coup, le Daesh gagne des territoires aussi bien en Irak et qu’en Syrie. Les deux victoires du terrorisme à Ramadi et à Palmyre posent la question des soutiens dont bénéficie l’Etat Islamique qui, sans vraiment ménager de grands efforts, enregistre ses avancées historiques.

Certains analystes trouvent que l’occident n’a rien fait pour parer aux percées du 1er Etat terroriste né sur Terre. Les frappes, dirigées par les Etats-Unis, qui ont commencé en 2014, n’ont finalement pas limité la progression. Et certainement elles n’ont pas brisé les moyens du Daesh, dont la provenance est les monarchies arabes du Golf via la Turquie.

Nos derniers articles :
- Abu #Sayyaf : émir du pétrole du Daech en Syrie abattu dans son refuge
- Bataille décisive pour le contrôle de Ramadi en Irak
- Les Etats-Unis face au jeu de l’Arabie Saoudite et la Turquie en Syrie

La réalité du terrain, reflétée par les expressions trouvées sur les réseaux sociaux du Web, reste la source d’une fraîcheur instantanée, pour suivre en direct ce qui se passe. Elle relate que la complicité des populations locales joue les premiers rôles, dans tous les plans dans les percées et les victoires des batailles. Un laisser-faire et même un engagement, comme le montre cette séquence …

محافظة حلب :: مظاهرة في مدينة حلب يوم أمس لعدة عدة فصائل وحركات إسلامية طالبت بـ دولة "الخلافة الإسلامية"

Posted by ‎المرصد السوري‎ on samedi 28 mars 2015

Nous avons, pour notre part dès le 16 mai 2015, sur POPULI-SCOOP, alerté que la bataille sur le territoire irakien pour la conquête de la ville, Ramadi, considérée capitale du désert d’Anbar. Sur Internet des témoignages sur place ont soulevé l’avancée des crminels. Ce vaste territoire occupé depuis janvier 2014 par les terroristes, dans l’indifférence, a été le sanctuaire de formation des combattants venant du Monde entier.

Pour la Syrie, Bashar El-Assad voulait tant montrer l’islamo-terrorisme comme sa principale opposition. C’est maintenant 50% du pays, selon l’OSDH (Office Syrien des Droist de l’Homme) : la principale source d’informations à partir de Syrie, qui sont contrôlés par l’EI (Etat Islamique).

C’est aussi les handicaps des organisations internationales, comme l’ONU qui attend une réforme vitale pour son efficacité, qui ne défendent pas l’application de la légalité internationale, ou bien l’UNESCO qui ne protège pas le patrimoine qu’elle classifie comme bien de l’humanité.

Maamoun Abdulkarim, directeur général des antiquités et des musées en la Syrie a déclaré : « Ceci est une bataille de relations publiques pour Daesh [ISIL] et ils vont insister pour marquer une victoire contre la civilisation humaine en détruisant les ruines antiques ».

Répondre à cet article