POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Edward Snowden : traître ou héros ?



La prophétie Wikileaks, nouvelle religion aux journalistes


jeudi 19 décembre 2013
par N.E. Tatem


L’épopée d’Edward Snowden continue de défier la chronique, les révélations sortent au fur et à mesure que les journalistes exploitent les informations dont il dispose. Voilà des mois qu’il a dénoncé les pratiques de la NSA écœuré par l’espionnage pernicieux et à grande échelle des Etats-Unis, et son aventure engrange encore de nouveaux rebondissements.

Voir en ligne : Notre GRAND DOSSIER : E. Snowden et Wikileaks TOUS NOS ARTICLES

Des tas d’informations se répercutent de l’affaire Edward Snowden. La première qui mérite d’être citée, c’est la visite de 4 de ses concitoyens américains, les premiers à oser faire le pas, dans la capitale russe. Il a eu à vivre, pendant le mois d’octobre 2013, cette rencontre avec des membre de l’association Sam Adams pour l’intégrité.

Ils ont évité de se munir de téléphones cellulaires ou d’ordinateurs portables, afin de ne pas se faire pister. Leurs billets d’avions pour Moscou ont été payés par un collectif de Hackers néerlandais. Ils ont partagé un dîner qui a duré plus 4 heures et des prises de photos avec un homme qui détruit le mythe fantoche des States des libertés.

Le programme de l’Agence nationale de sécurité pour laquelle travaillait E. Snowden, consistant en la collecte des quantités massives de données sur les appels téléphoniques des Américains et même des chefs d’Etats du Monde, viole la constitution à propos des perquisitions légales. Ce qui a été déclaré lundi par le juge fédéral, Richard Leon qui a ordonné à la NSA d’arrêter la collecte des relevés téléphoniques notamment.

Mais aussi le porte-parole de la Maison Blanche, dit qu’aucune clémence n’est accordée à Snowden et ne sera en aucun cas amnistié. Les Etats-Unis refusent de croire que les fuites de l’ancien entrepreneur NSA n’ont pas affecté les négociations avec l’Asie ou l’Europe où les accords de libre-échange risquaient d’en pâtir.

Mais Boeing, autant que l’avionneur français Dassault-systèmes pour d’autres raisons, a été écarté d’un contrat de livraison d’avions au Brésil. Et pour cette raison politiquement incorrecte où la présidente du pays sud-américain a été sous écoute par la NSA, l’entreprise aéronautique américaine a perdu un de ses juteux contrats.

Parmi ces interventions personnelles, comme de Julian Assange, le fondateur Wikileaks, sur la vidéo ci-dessus où il est révélé qu’il a été aidé pour exploité les données qu’il a glanées. En fait, le bon usage relève d’une extraction et d’un agencement des éléments recueillis avec une méthode nouvelle de journalisme, or Snowden est informaticien.

E. Snowden reçoit 4 Américains Et ce qui est le « data-journalisme » qui consiste à tirer des « métadonnées » stockées dans les centres de gestion informatique, vient d’exploser à la portée des médias et des investigateurs de la presse nouvelle. Ces données sont accessibles aux institutions et souvent aussi libres à la consultation du public. Elles renferment des informations utiles. Et pour les structurer, ce qui relève d’une compétence que le leader de Wikileaks a démontré qu’il maîtrise cette technique, consiste à organiser la recherche, puis de les ordonner et enfin de les agencer dans l’article de journalisme.

L’autre nouveauté, l’ancien employé de la NSA a écrit une lettre ouverte au peuple brésilien, disant qu’il serait prêt à aider le gouvernement du Brésil pour qu’il enquête sur espionnage des USA qui s’avère être gigantesque pour ce pays. Mais qu’il ne pouvait le faire que si l’asile politique lui est accordé, afin de se rapprocher du terrain concerné. Ce qui ne lui a pas été accordé pour l’instant, alors que son séjour en Russie débuté en août dernier se termine au bout d’un an.

Répondre à cet article