POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Abou Qatada sera rejugé !



L’homme devait atterrir en Tunisie...


mardi 22 janvier 2013
par Damien Djamel Bouch’Raf


Quand la justice anglaise est arrivée à la date buttoir de fin de peine pour Abou Qatada, son expulsion vers la Jordanie est devenue plausible. Son pays d’origine où de lourdes accusations l’attendent pour qu’il réponde de ses actes, risquait de voir se lever les protecteurs qui citent « les tortures » et les arguments devenus classiques des « droits de l’homme ».

Voir en ligne : Notre précédent sujet : Abou Qatada devait être accueilli en Tunisie

Libre de ses actes, selon la fameuse « liberté conditionnelle », Abou Qatada El-Philistini devait atterrir au Maghreb après une démarche des cercles islamistes internationaux qui ont actionné le parti actuellement aux affaires en Tunisie, Ennahdha qui accepté son accueil.

Après les faits d’In Amenas en Algérie en ce début de l’année 2013, et les onze tunisiens parmi les kamikazes preneurs d’otages, sa présence n’aura pas été une bonne idée ! De même que la présence française au Mali alimentent une propagande islamiste allant jusqu’à parler de croisade, de néo-colonialisme et d’impérialisme occidentale et autres intérêts…

Heureusement, les autorités anglaises, avec le recours du tribunal, ont émis un recours début décembre 2012. Malgré que la Jordanie ait donné des ait donné des garanties pour un procès équitable, l’appel des juges a bloqué son expulsion vers l’étranger où ses amis font du mieux pour lui éviter la Jordanie. Où plusieurs peines ont été déjà prononcées en son absence.

Le recours a été émis par le ministère de l’intérieur et déposé auprès de la cours spéciale qui traite des affaires de terrorisme. Il a été accepté du fait que la justice se plie au regroupement des détails exacts de l’affaire qui concerne le justiciable dont toutes les accusations ne sont pas jugées. Un nouveau procès sera ouvert.

Abou Hamza

Le Royaume-Uni a accordé aux Etats-Unis l’extradition d’Abou Hamza, un prédicateur de l’islamo-terrorisme international. Il était pendant des années, en Angleterre, la vedette des fanatiques de plusieurs nationalités en squattant les minbars des mosquées de Londres.

Une bataille juridique qui a épuisé et vérifié les équilibres entre les libertés civiles et la sécurité, ont débouché sur l’extradition de 5 personnes, présumées terroristes, d’Angleterrevers les Etats-Unis, pour accompagner Abou Hamza. Une figure marquante de l’islamisme mondial qui a horreur de la solitude et de se priver d’un "pseudo-djihad" !

Les ramifications de l’internationale islamiste, que sont les idéologues et les pays appliquant la charia, particulièrement ses relations avec al Qaeda méritent une nouvelle identification...