POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > LES ASTEROÏDES OBJECTIF DE l’AEROSPATIAL COMMERCIAL

LES ASTEROÏDES OBJECTIF DE l’AEROSPATIAL COMMERCIAL



GOOGLE, le cinéaste James Cameron et d’autres entrepreneurs sérieusement attirés par les métaux des objets célestes.


lundi 30 avril 2012
par N.E. Tatem


Environ une dizaine de milliers d’astéroïdes, la NASA a recensé 9000, passent et repassent aux parages de la Terre : les appelés "géocroiseurs" sont potentiellement dangereux en cas de collision avec notre globe...

Ils sont encore bien plus nombreux, voire infiniment innombrables -on parle de quelques 560 000 (concentrés au niveau de la ceinture d’astéroïdes), à se balader éternellement entre Jupiter et Mars.

Quelques 2000 de ces objets célestes sont facilement accessibles aux moyens technologiques actuels dont disposent les humains.


Ces objets massifs ont été observés et leurs caractéristiques ont été étudiées. Quelques 1500 d’entre eux sont plus faciles à atteindre que la Lune. Par rapport à la Terre, ils gravitent sur des orbites plus proches et outre qu’ils sont de petite taille. Ce qui les rend plus faciles à approcher, à s’y poser et à repartir.

La première fois qu’un vaisseau spatial, des nombreuses excursions humaines, a approché de près avec un astéroïde, ce fut en 1991, quand la sonde Galileo a croisé l’astéroïde 951 Gaspra. Il était sur son chemin vers Jupiter. Puis la connaissance de ces "nos autres petits voisins célestes", a été révolutionnée par un petit ensemble de missions américaines et internationales. A chaque visite ou survol, la science qui est consacrée aux astéroïdes a été réécrite.

Depuis que les hommes ont été captés par l’émerveillement d’admirer les étoiles, ils scrutent le ciel hantés par le projet d’en tirer des richesses. Ensuite guidés d’un instinct inné, l’idéal d’en explorer d’autres planètes que la Terre, a été poursuivi par les visions politiques. Ainsi des armadas, de moyens et de scientifiques, ont été mobilisées pour atteindre de nouvelles prouesses sur les secrets de l’univers.

Les ressources que recèlent les astéroïdes, contrairement aux autres planètes outre d’être plus lointaines et exigeant de plus imposants équipements de l’aérospatial, sont plus attractives pour les entrepreneurs produisant les métaux. Contrairement à la Terre aussi, où ces derniers du fait de leur lourdeur sont plus près du centre, donc enfouis en profondeur de la croûte terrestre. Pour les astéroïdes ils sont disséminés partout au niveau de toute leur masse, ce qui les rend plus faciles à extraire.

Inscrit aussi parmi les objectifs de nombreux Etats et non des moindres, la conquête des astres transite, avec ce projet, vers un avenir plus poussé, dépassant son étape exploratoire pour celle de la colonisation.

Les astéroïdes qui sont considérés les bavures éjectées lors du choc à l’origine de tout l’univers, l’éclatement Big-bang, et lors de la formation du système solaire, traînent dans le ciel dans un ballet incessant. Ils sont encore inconnus pourtant à portée. Les gros objets du cosmos ont toujours plus retenu regards et attentions.

Strip-équipement minier extrait de fer et autres matières premières d’un astéroïde.

Au premier plan, une charrette de mine transporte les matériaux à une usine de transformation.

Depuis que la visite de l’espace céleste est devenue accessible aux entrepreneurs privés qui ont tenté le « Tourisme au-delà de l’atmosphère », une nouvelle forme d’accès au ciel a été essayée. Elle se décline par l’aérospatiale commerciale et arrive à point nommé comme la nouvelle et troisième épisodique phase dans l’évolution de l’histoire de l’humanité et son rapport à l’espace sidéral. Des technologies au coût très réduits sont apparues.

Ceux qui mettent les mains dans le projet d’extraire des minerais des astéroïdes, les associés de la société nommée « Planetary Resources Inc », sont des pionniers de cette nouvelle aventure humaine. Où l’usage des High Tech sera à son apogée, tel qu’il est déjà vecteur essentiel de plusieurs sciences.

Le groupe d’individus inclue Larry Page co-fondateur de Google, Eric Anderson (qui a fondé Space Adventures, la société qui a déjà organisé des vols spatiaux pour les millionnaires), Ross Perot Jr. (le président de la Conseil de Perot Systems), Charles Simonyi (qui était une partie de l’équipe qui a conçu la suite Microsoft Office), le cinéaste James Cameron et Peter Diamandis (fondateur et président de la Fondation X Prize).

Les richesses que recèlent les astéroïdes sont essentiellement orientées vers les matériaux précieux et utiles, comme le fer, le nickel, l’eau, et de rares métaux du groupe platine. D’après les premières observations, ils sont souvent en concentration significativement plus élevée que celle observée jusqu’à là dans les mines de la Terre.