POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

L’argent des Hejs musulmans dans la campagne de Netanyahou

Panama-Papers montrent que l’Arabie Saoudite a financé la droite d’Iisraël

 

lundi 9 mai 2016, par Azouz Benhocine

Les musulmans et l’Arabie Saoudite, c’est une très crédule impuissance où la garde des lieux saints commence à faire débat, dans le sens d’être contestée aux Ibn-Saoud. Sur le plan arabe, les voix qui se lèvent contre le régime saoudien, tant en Syrie ou au Yémen, il y a un lourd malaise. Les affres vécues par des populations civiles, à cause des crises politiques auxquelles la monarchie saoudienne rajoute de l’huile aux feux. L’ingérence saoudienne dans les affaires internes de ses voisins régionaux, sont insupportables aux peuples, mais c’est le silence radio inter-arabes.

Voir en ligne : Notre dossier : Arabie Saoudite

Et pour les relations avec Israël, malgré moult preuves les malheurs de l’occupation et de la spoliation à laquelle est soumis le peuple palestinien, c’est une démarche sortant du double cadre arabe et musulman. Avec le regard simple de la légalité internationale où l’Etat hébreu est au banc des accusés. L’Arabie Saoudite est dans, ce cas précisément, la trahison de l’ordre humain.

Les différentes affaires politiques et de spéculations économiques que les princes saoudiens mènent avec les israéliens, ont été souvent dénoncées par des médias et des citoyens. Mais c’est comme de simples lamentations sur la relation basée sur l’économie du marché mondialisée. Personne ne peut dire davantage.

Les documents de Panama-Papers montrent comment des sociétés offshores, souvent inactives, servent à couvrir diverses formes de transferts de fonds financiers, aidant des clients d’affaires financières à cacher leur richesse ou à faire beaucoup de transactions illégales.

Mais aussi dans le cas de l’Arabie Saoudite de servir à influencer le vote en Israël. Alors que cela aussi ne provoque pas un chatouillement chez les Habitants, tant que l’ensemble colonialiste est aidé par le candidat de cette option. Mais dans le Monde musulman, c’est bien l’argent du rite du pèlerinage "Hej ou Hadj" qui prend des destinations indésirables.

Isaac Herzog, membre de la Knesset et président du parti travailliste israélien, a révélé que le roi saoudien Salman bin Abdulaziz a financé la campagne électorale du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. Les indications qu’il donne sont éloquentes, puisqu’il donne des noms.

Chez les musulmans cette constatation est lourde de sens. Ce responsable de l’Etat hébreu, a cité la fuite de Panama-papers, où le cabinet d’avocats panaméenne Mossack Fonseca est accusé d’être le fournisseur de plusieurs milliers de société-écrans où sont placés des capitaux venant de plusieurs horizons de la Terre.

Notre dossier

Vingt millions de dollars a servi pour soutenir la campagne de Netanyahu, via une personne syro-espagnole nommée Mohamed Eyad Kayali. L’argent a été déposé sur le compte d’une entreprise dans les îles Vierges britanniques.

C’est à une société qui appartient à Teddy Sagi, un milliardaire israélien et homme d’ affaires, qu’a été alloué cet argent. pour financer la campagne le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le directeur du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), Gérard Ryle a déclaré que les documents qui couvre les activité de l’entreprise à Mossack Fonseca pour ces des 40 dernières années, sont diversifiés. Ce grand coup de fuite n’a jamais atteint, l’étendu des documents a touché plusieurs pays. Les affaires des leaders du Moyen-Orient, citées dans Panama-Papers, sont souvent d’ordre diplomatique.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT