POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Les frères musulmans égyptiens torturent leurs opposants

Dialogue de l’armée et torture des milices des Frères Musulmans couvertes par des flics.

 

mercredi 12 décembre 2012, par Hugo Mastréo

Un journaliste du journal « Al-Masry Al-Youm » a réussi à suivre de près les comportements des islamistes qui défendent le président Morsi dans la contestation que lui porte l’opposition. Il s’agit de Mohammed El-Garhi qui a constaté pendant 3 heures les actes de la foule, affidée aux frères musulmans, venue découdre avec les manifestants non-islamistes.

Voir en ligne : Notre dossier : EGYPTE

Voici son article

Les islamistes ont érigé en plein rue des chambres avec les barricades anti-manifestants, déposées par les services d’ordre aux alentours de la présidence. Dans lesquelles ils introduisent les manifestants opposants, qu’ils ont capturé, pour les torturer. Les religieux sont généralement hostiles aux médias, et ce n’est que grâce à un des ses confrères de Misr 25 TV, celle qui a déclenché les violences en diffusant les extraits de YouTube sur le film insultant au prophète Mohamed, une chaîne appartenant aux Frères musulmans, qu’El-Gahri a réussi à voir ses persécutions.

Egypte démocrate crucifié

Les cloîtres visités par ce journaliste se situent exactement entre le siège de la présidence et la mosquée Omar Ibn Abdel Aziz. Et il a relevé que plusieurs "chambres" de ce type ont été érigées dans les parages des rues où se tenaient les manifestations. Le journaliste a aperçu qu’à l’intérieur de ces espaces improvisés, des policiers en uniformes, dont des des agents en civil, du poste de police de Nozha, assistaient à ses tortures.

Plusieurs manifestants, hommes et femmes, affirment avoir été victimes de ses sévices. Beaucoup ont avisé les autres protestataires l’existence de ces cases, ils ont été les démolir découvrant des flaques de sang, dont certaines sont couvertes de poussières et de terre.

Les opposants sont pris à partie par les Frères dès leur arrestation, puis vite une chambre est construite pour les cacher des regards et de la présence des reporters des médias. Après des fouilles minutieuses qui se soldent par des prises d’argent, de téléphone et d’objets de valeurs, ils sont frappés violemment au visage et sur le corps à l’aide de bâtons et autres objets à portée de mains.

Puis ils sont soumis à des interrogatoires musclés dont la question principale est : « pourquoi manifester ? » Elle est suivie de celle s’ils avaient reçu de l’argent pour protester ? Et si ils appartenaient aux partis de Mohamed ElBaradei, le « Parti Constitutionnel » ou actuel au « parti Populaire » de Hamdeen Sabbahi ou bien à celui dissous « Parti national démocratique » d’ Hosni Moubarak .

Les supplicies obligeaient les séquestrés à se déclarer « voyous ». Une fois la torture achevée, un membre de la confrérie transmet les cartes d’identité et les effets personnels des prisonniers à un haut responsable de police. Certains tortionnaires affirment avoir trouvé des armes sur leurs détenus.

Les confrontations entre partisans et opposants du président Morsi ont fait au total 10 morts, ce qui dénote de l’atmosphère de guerre civile. L’armée égyptienne s’est remise finalement à l’arbitrage, en proposant un dialogue regroupant les représentants des deux tendances. Ultérieurement une rencontre entre Morsi et ses opposants, l’équilibre est loin d’être pour demain !

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT