POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La mort officielle du mollah Omar révèle les farces des Talibans.



Deux années de fausses déclarations attribuées au chef décédé


dimanche 2 août 2015
par jaco


Il avait servi comme adjoint du mollah Omar, alors que celui-ci était mourant d’une maladie qui l’a cloîtré au lit des années durant, le Mollah Akhtar Mansoor lui succède. Après deux années, la mort dans un hôpital pakistanais du chef des Talibans a été rendue publique et officialisée par diverses parties. Son successeur promet de continuer l’insurrection.

Voir en ligne : Notre dossier : AFGHANISTAN

Publiée en ligne le samedi 1er août, la première déclaration publique du nouveau chef du groupe islamo-terroriste afghan réitère la poursuite de la résistance armée du groupe, à la fois contre le gouvernement central et les forces étrangères en Afghanistan.


- Afghanistan : une martyre que les religieux ont faussement accusée
- AFGHANISTAN : les femmes militantes ciblées par les talibans
- Nous avons diffusé un article sur le commencement des négociations entre les autorités afghanes et les Talibans, en 2013. Afghanistan : convertir les « Talibans » en « islamistes modérés »

Ce qui a paru étrange dans cette succession ainsi que dans le premier message du nouveau dirigeant des Talibans, est que le personnage était présent lors des négociations au Pakistan le mois dernier. Depuis déjà des années, le contact des autorités afghanes avec les Talibans étaient en place et abrités par le voisin Pakistanais.

Mais les choses sont encore plus étranges et incommodantes. D’une part, les négociateurs de l’Etat afghan ne savaient pas qu’ils étaient en pourparlers avec un vrai second au leader Omar. L’homme le plus recherché au Monde, était pourtant comme Benladen au Pakistan et encore plus, il était sous soins dans une institution publique.

Et d’autre part, le nouveau chef discutait de paix, le-voilà venu pour continuer le "djihad". Les dirigeants étrangers qui étaient plein d’espoir pour les changements de direction dans le conflit afghan, auquel les Talibans ont conduit un monopole de 14 années de lutte armée, sont surpris. Aussi déçus, les espoirs pour la paix sont maintenant sous controverse.

Les paroles du nouveau dirigeant sont également perçues contraires à une déclaration écrite reçue du mollah Omar, le mois dernier. Alors qu’il est mort depuis deux années, selon la communication officielle de l’organisation, on le faisait parler.

Sa dernière déclaration semblait favoriser la négociation entre les talibans, Kaboul et d’autres capitales du monde, mais maintenant elle est donc un mensonge.

Un autre message de l’ancien chef des Talibans, qui était considérée pour la commémoration de l’Aïd al-Fitr, exactement en mi-juillet dernier (le 15), s’avère aussi un faux.

Le mollah Omar, décédé depuis 2 années, avait justifié, il y a 2 semaines, les négociations ainsi : «  Si nous regardons dans nos règlements religieux, nous pouvons constater que les réunions et les interactions, même pacifiques avec les ennemis ne sont pas interdits.  »

Ces derniers mois les Talibans ont été insistants quant à leurs rapports avec la Turquie, l’Iran et le Pakistan. Mais ce dernier pays d’Asie est un Etat théocratique qui entretient, comme l’Arabie Saoudite ou les islamistes d’Ankara, des liens avec les terroristes...

Akhtar Mohammad Mansour a été ministre de l’Aviation civile et des Transports du gouvernement taliban. Il participe ainsi aux négociations concernant la libération de militants islamistes emprisonnés en Inde lors du détournement du vol Indian Airlines Katmandou-Delhi en décembre 19991. En 2001, lors de la campagne d’octobre-décembre faisant chuter le régime taliban, il est commandant de la base aérienne de Kandahar.

Le mollah Omar.

Répondre à cet article