POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > 57% des français, d’accord pour la surveillance d’Internet...

57% des français, d’accord pour la surveillance d’Internet...

Ni la NSA, ni la diffusion des données de l’achat sur Web ne dérangent en Hexagone !

lundi 10 mars 2014
par N.E. Tatem


Impossible à croire, 57 % des français sont pour la surveillance du Web. Elle serait justifiée par la nécessité de faciliter le travail de la police. SMS, appels téléphoniques ou emails peuvent être enregistrés et stockés, selon le panel du sondage mené par Orange-Terrafemina dont les résultats ont été publiés le 25 février.

Voir en ligne : Notre dossier : le Web en France

Le motif qui convient à ces français représentatifs, du fait surtout de l’anonymat et d’être âgé de plus de 18 ans, est que la surveillance permet à la police de faire son travail.

Il est vrai aussi que la criminalité, dont le cinéma nous reflète l’essentiel, est ancrée dans le Monde occidental où les drogues et les vices institutionnels de la corruption sont pléthoriques de truands aimés par le 7ème art. Les organisations criminelles font une économie parallèle héritée du piratage maritime de jadis, mais c’est une autre mémoire.

Même si elle nuit « gravement » aux libertés individuelles, en glanant les données de la nouvelle conquête, l’identité numérique, les Français font plus confiance à l’institution chargée de faire respecter l’ordre publique : la police. La philosophie d’une justice contrôlée permet de suspecter quiconque par les employés chargés de la sûreté.

Paradoxalement, 71% des sondés de l’hexagone se déclarent inquiets qu’on puisse suivre leurs moindres faits et gestes sur internet. Cette réalité de traque continuelle, cependant avec 57% qui acceptent la surveillance, leur semble être un moindre mal.

Sinon c’est une obligation pour se prémunir des dangers. la 20ème baromètre du genre concernant les usages d’Internet par les Français, il est consacré à la collecte des données, qu’un certain Edward Snowden a révélé des pratiques d’espionnage des plus primaires auxquelles se livre la NSA.

Ce qui ressort de cette étude à la fois édifiante, pour le paranoïa collectif, et révélatrice, pour le fatalisme de confier les intérêts nationaux aux rouages, est : à chaque évolution des moyens technologiques, les français sont consentant et reconnaissants pour la surveillance.

- 64 % des sondés ont estimé que leurs messages sont « enregistrés et stockés » lorsqu’ils téléphonent avec un mobile, sans que cela ne les dérange.

- 74 % pensent que c’est bien que leurs SMS envoyés soient cryptés ou lus.

- Et même fatalisme, concernant les e-mails : 80 % des personnes interrogées soutiennent l’enregistrement et le stockage de leur courriels.

D’autres chiffres informent de l’accord exprimé par les français dans ce sondage d’Orange-Terrafemina. Quant aux différents contrôles mis en place sur Internet, sans être gênés d’accorder à la NSA des Etats-Unis, les français approuvent à 57% la mission de l’agence américaine de surveillance d’Internet. Quand si 70% y voient aussi que les atteintes aux libertés n’auraient pas dues être.

Concernant les perspectives, ce sont les lois, qui selon les sondés, trouveront solutions.

- Les législation européennes sur la vie privée ne sont pas assez restrictives pour 81%.

- Pour la protection des données, ils comptent plus sur une loi à 52%.

- Et ne sont que 46% à attendre une innovation technologique comme fin de leurs peurs et confiances.

Encore plus, ils sont 81 % à penser que les informations qu’ils transmettent à l’occasion d’un achat sur Internet, sont «  ... généralement transmises à des entreprises commerciales privées autres que celle par laquelle ils ont fait un achat...  » sans que cela ne les inquiètent donc.

Répondre à cet article