POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’OCI compte poursuivre Charlie-Hebdo en justice



Ce qui peut atténuer la colère des musulmans, cherche la procédure


dimanche 18 janvier 2015
par jaco


L’OCI "Organisation de la coopération islamique" compte poursuivre en justice le journal satirique Charlie-Hebdo, pour ses caricatures jugées blasphématoires. Fondée en 1969, cette structure intergouvernementale, impliquant officiellement les gouvernements qui en font partie. Rares sont ses réactions concernant le terrorisme, pourtant elle jouit d’une présence diplomatique conséquente dans les forums internationaux.

Carte de l'organisation
«  OIC map  » par Miihkali and Vardion Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons.

C’est l’un des rares rebondissements impliquant des Etats associés dans le cadre religieux de l’islam, concernant les dessins controversés de l’organe de la presse française.

La ligne éditoriale de Charlie-Hebdo se distingue d’une virulence vis-à-vis des religions, d’où on lui doit d’être reconnue comme faisant l’apologie de de l’athéisme. Les islamistes, manipulant leur bras armé qui sème une vaste cruauté dans le Monde, ont déjà attaqué ce journal à plusieurs reprises.

Ce qui a suscité l’attentat terroriste, du 11 janvier, est la reprise des caricatures d’un dessinateur danois, il y a quelques années, perceptibles comme diffamatoires, pour l’ensemble des musulmans. Ce crime, unique dans son genre pour le nombre et la qualité des victimes constituant le fleuron des caricaturistes hexagonaux, n’a pas été condamné par cet organisme inter-Etats.

Nombreuses manifestations, après le crime abjecte qui a visé l’équipe de rédaction au siège du journal, ont eu lieu dans plusieurs pays. Les plus massives et virulentes se sont déroulées là où l’islamisme tient une prépondérance dans le paysage politique, notamment l’Algérie, le Pakistan et le Niger.

L’OCI, basée en Arabie Saoudite à Djeddah, est présidée par le saoudien Iyad Madani. Elle regroupe 57 États. Créée suite à l’incendie criminel de la mosquée al-Aqsa de Jérusalem le 21 août 1969, par un fondamentaliste chrétien de nationalité australienne, elle est représentée au niveau de l’ONU par une délégation permanente.

Elle a changé de nom et d’emblème le 28 juin 2011. Elle est la seule organisation supra-étatique et de niveau international, à caractère religieux et uniquement pour l’islam, comme son acronyme l’indique. Mr Madani a été désigné, son secrétaire général à la fin de 2013, par élections des représentations des pays membres.

Voici le Twitt du 1er responsable de l’OCI :

Dans le cadre des attributions qu’elle s’est fixée dans ses statuts, l’OCI fait de la solidarité et de l’entraide entre les États membres. Comme elle est destinée à assurer la sauvegarde des lieux saints de l’islam. Et elle soutient également la cause palestinienne dans le conflit israélo-palestinien.

Peu visibles restent ses actions économiques, sociales, culturelles, scientifiques et des domaines d’importance considérée vitale. Cependant elle procède davantage à des consultations entre les pays membres, pour une influence commune au sein des organisations internationales, dont l’ONU. Parmi ses missions, comme de poursuivre Charlie-Hebdo en justice, elle travaille à consolider la lutte de tous les peuples musulmans pour la sauvegarde de leur dignité, leur indépendance et leurs droits nationaux.

L’OCI étudie, selon son principal dirigeant, les possibilités dans le contexte européen et selon les lois françaises, les procédures disponibles qui lui permettent d’être en mesure de prendre des poursuites juridiques contre Charlie Hebdo. A l’état actuel, aucune action claire devant la justice n’est déterminée, notamment de pouvoir s’adresser aux tribunaux français.

Répondre à cet article