POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’obsolescence programmée, l’arnaque économique !



Le consommateur, otage contre sa planète.


mardi 3 septembre 2013
par Hugo Mastréo


L’obsolescence programmée des produits est apparue à la suite des avancées technologiques et la prolifération de nouveaux meubles comme le poste de télévision ou bien le lave-linge. Elle peut mettre en fin de vie, hors-service irrémédiable, les appareils, simplement une fois leur délai de garantie à l’achat est dépassé.

Peut-être c’est le crime économique le plus abouti du monde capitaliste, qui pourtant se dit méfiant envers les produits importés des pays émergents, notamment la Chine. Les biens de consommation, l’électroménager en particulier, inondent les foyers avec des machines plus intelligentes, alors que leur renouvellement est institué par les fabricants…

D’énormes ressources de matières premières et d’énergie sont mobilisées pour les fabriquer, alors que la Terre, la planète commune, s’épuise. En conséquence aussi les déchets s’accumulent et pour certains leur recyclage n’est pas possible, donc stockés !

Quand des entreprises de renommée internationale programment l’espérance de vie d’un téléphone ou d’une imprimante, il y a de quoi se demander où peut aller ce scandale immoral sur l’environnement ?

Limiter le nombre d’années de fonctionnement d’un réfrigérateur, d’une machine à laver ou d’une TV, c’est l’arnaque dont est inévitablement victime les consommateurs.

Ces derniers sont désarmés devant des productivistes qui n’ont point de valeurs, la durabilité des marchandises n’est point l’argument de qualité. Actuellement, sous prétexte de pérenniser les activités économiques, les produits sur le marché ne fonctionnent, magiquement, plus au bout de courtes périodes…

Si au moins on avertit l’acheteur de l’échéance de vulnérabilité fixée à son achat, qui dans ce cas a forme plutôt d’une location. Or il n’a donc pas le choix d’acquérir l’objet qui réponde le mieux à son existence.

Mais "l’obsolescence programmée" ne lui est jamais précisée, la date de l’expiration fatale est cachée, le laissant dans une difficulté non-déclarée.