POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Algérie : une caserne attaquée à Khenchela



La main algérienne de l’AQMI sème la terreur dans cette région d’Afrique du Nord...


jeudi 7 février 2013
par Hugo Mastréo


L’Algérie ne s’est pas encore débarrassée du terrorisme après plus d’un quart de siècle. Après le spectaculaire coup de "Tiguentourine" à In Amenas, la région Est du pays vient de connaître un autre attentat encore plus surprenant par le nombre des assaillants.

Voir en ligne : Notre dossier : ALGERIE ET SON TERRORISME

D’emblée, il faut préciser que nombreuses complicités non-négligeables demeurent en Algérie. Ce qui laisse aux analystes de croire que ce pays du Maghreb tient le rôle, au Sahel, du Pakistan dans la situation afghane.

Ancrées au sein d’une population fanatisée par une école dévoyée, des politiciens véreux parmi les officiels et de l’opposition ainsi qu’avec le fort rayonnement de mosquées livrées à l’obscurantisme, le pays patauge dans une désorientation généralisée.

Dans la soirée du mercredi 6 février, un assaut a été donné par un groupe plusieurs dizaines de terroristes sur un casernement de la région Khenchela. Exactement située à Boudoukhane qui est aussi le nom d’une montagne de cette région, située à cheval entre Khenchela et Tébessa.

Des mitrailleuses et des lance-roquettes du type RPJ constituent l’armement utilisé par ces terroristes. Ces derniers étaient habillés en tenue militaires, qui est une méthode largement suivie par les islamo-terroristes agissant en Algérie. Les identités de la composante humaine de cette horde restent à établir, cependant on soupçonne que diverses nationalités en font partie.

Ce nouvel acte criminel est assez significatif, en s’en prenant à une structure militaire. Il vient étayer que les criminels veulent viser l’armée, alors qu’ils frappaient par le passé aveuglement la population. Afin de gagner une certaine crédibilité dans l’opinion juvénile livrée aux désespoirs et que l’AQMI se propose en alternative...

Selon plusieurs sources, dont l’APS (Algérie Presse Service), cette opération a commencé avec un faux barrage dressé par des islamo-terroristes sur un axe routier menant à cette caserne. C’était une pratique usitée, depuis que la violence existe en Algérie, d’arrêter des véhicules sur les routes. Où les personnes ciblées (militaires, femmes non-voilées et individus jugés anti-islamistes) sont appréhendées pour être abattues.

Cette fois, c’est le camion d’un livreur de produits alimentaires à cette caserne, de petites dimensions tel un poste d’observations, qui a été stoppé. Le chauffeur et le convoyeur du véhicule ont été séquestrés, pour leur remplacement. Et permettre ainsi l’intrusion dans le site militaire, sans éveiller les soupçons.

La vigilance des militaires a permis de détecter l’attaque et une riposte a été menée. Un violent accrochage s’en suivra pendant plusieurs heures. Un des assaillants a été abattu, ou deux selon des sources divergentes, et plusieurs militaires ont été blessés. Les membres de ce groupe ont pris la fuite vers la partie des monts de Boudekhane qui relève de la wilaya de Tébessa.

Actuellement les terroristes auteurs de cet acte se sont évaporés dans la nature. Et l’armée algérienne mène des ratissages dans cette zone montagneuse. Si des complicités, comme à l’accoutumé, participent à cacher les terroristes après leur forfait, les recherches resteront vaines.