POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le gaz algérien perd son embellie sur le marché européen.



Le liquéfié prêt à l’emploi a la côte et plus de producteurs.


dimanche 24 novembre 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


Ecouter l’article. Selon des sources d’informations économiques spécialisées dans les hydrocarbures, le gaz algérien va à une situation plus compliquée dès l’année prochaine 2020. Une prédiction qui reste à préciser. Pourtant, les livraisons ont battu tous leurs records en 2019. Les prévisions sont tombées, prenant en compte aussi le mois de décembre non entamé. Pas moins de 60 livraisons pour ce dernier exercice (2019) qui n’est pas encore arrivé à son terme.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

L’Algérie est devenue le troisième fournisseur de gaz de l’Europe, perdant sa place de leader. Le temps où elle était 1er pourvoyeur des voisins du nord est vraiment parti et peut ne jamais être ressuscité, pour le pays ayant le plus vaste désert le "Sahara". Les nouvelles livraisons massives de GNL sont celles des États-Unis, d’Australie et de Russie.

Des nations ont de réelles capacités pour submerger le marché européen et faire baisser drastiquement les prix. La diminution des exportations algériennes, même à travers des gazoducs qui ont montré leur utilité, montre à quel point la rente du pays d’Afrique du nord n’est plus rassurée. Telle la compétitivité des contrats anciens qui n’est pas définitivement acquise.

- Les spéculations pétrolières persistent et les nouvelles énergies attirent les investissements vendredi 28 septembre 2018

Principalement indexée aux prix du pétrole, selon les experts, les tarifs du gaz ne sont pas entièrement couverts et irréversibles. Ce qui alimente une prise de conscience collective, au sein de la société algérienne, et crée déjà des troubles politiques très développés, ou faussement déclinés, en matière de savoir des vérités sur la ruine menaçante de l’économie algérienne.

Dans un article publié par le site Web de l’agence de "Bloomberg Nouvelles" (lire ICI), signé par son correspondant, le journaliste algérien Salah Slimani, repris par la plateforme "Posmedia" (Canada) diffusant le "Financial Post", les ventes de GNL de Sonatrach devraient atteindre 5 milliards de mètres cubes cette année. Contrairement à ce qui est connu, les premiers clients d’Algérie ne sont pas les pays européens, mais les asiatiques.

Cette année 2019, depuis le "Hirak", le mouvement de révolte contre le système politique qui a failli dans la gouvernance, les Algériens ont été victimes d’une très grave désinformation. Elle leur distille que le pétrole est bradé et la France spécialement en bénéficie gratuitement. Malgré les nombreux démentis, dès mars, le "Fake News" s’est propagé comme une traînée de poudre, avec une certaine impossibilité de le retirer de l’opinion.

Depuis 2017 les hivers sont plus chauds en Europe, notamment dans les pays du sud du vieux continent qui sont les clients les plus fréquents du gaz algérien. Les répercussions sur les réductions des ventes a été nettement constatée. Cette année, non-encore terminée, la même situation s’aggrave. Mais elle est légèrement sauvée par l’augmentation de la demande. En effet, le gaz russe est plus à portée des Européens avec son transfert continental.

En plus les technologies ont beaucoup amélioré la liquéfaction des gaz en général. Le GPL / GNL ont été les premiers à en bénéficier de ce type de conditionnement, le transformant concentré et sous forme liquide. Quand la tendance, de réduction des achats d’Algérie, a été bien identifiée, heureusement une nouvelle clientèle s’est manifestée.

Avec l’émergence économique de nombreux pays asiatiques, des industries ainsi que l’amélioration des conditions de vie des populations, de cette région du Monde, cherchaient du gaz. Alors que la position géographique du Maghreb est favorable. En fin de compte, au 31 décembre, ce qui fait croire que les ventes de GNL de Sonatrach devraient atteindre 5 milliards de mètres cubes cette année.

- L’indifférence envers les travailleurs de SONATRACH privés de leur statut de cadres 24 septembre 2018

La société algérienne a connu plusieurs changements de managers ces dernières années. Le mouvement des dirigeants a été attribué par les politiciens aux accointances et autres népotismes. Or il est dû aux incertitudes du marché, déjà très secoué par la nouvelle donne d’hostilité aux énergies fossiles. La résistance de la production algérienne fut rude.

Pour compenser, il fallait transformer une plus grande partie du gaz en GNL, c’est-à-dire le préparer avant de le proposer. Ce qui le fait vendre, dans un marché pris dans la houle, au comptant avec des livraisons immédiates. Avec aussi un avantage de taux supérieur, un plus d’environ un quart des transactions, par rapport aux prévisions de cette année, a déclaré Ahmed El-Hachemi Mazighi, le vice-président des activités de commercialisation de Sonatrach.

C’est la première fois que les ventes au comptant représentent 30% des exportations de GNL de la société algérienne. Le produit a toujours été présenté brut. Ce qui facilitait les travaux, de sa production, qui se limitaient à son extraction du sol et de son transfert par les réseaux de gazoducs jusqu’aux point portuaires de son embarcation.

Les exportations de gazoducs algériens vers l’Europe accusent une chute de 25% du niveau des ventes escomptées, cette année, d’après Ahmed El-Hachemi Mazighi, vice-président du marketing de la société d’énergie publique. L’approvisionnement russe est bien moins cher. Puis l’abondance mondiale, des USA et bien d’autres fournisseurs de la forme liquéfiée de ce carburant, continuera de reculer l’offre algérienne. 2020 est imprévisible...

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article