POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Alerte aux incidents nucléaires en Ukraine !



Un pays qui traite l’uranium et son président est Panama-Papers


vendredi 8 avril 2016
par jaco


Les 30 et 31 mars, plusieurs dirigeants mondiaux se sont réunis à Washington autour de Barack Obama à l’occasion d’un Sommet international sur la sécurité nucléaire, le quatrième du genre depuis 2010. Le risque d’une « attaque nucléaire » représentait « la menace la plus immédiate et la plus extrême pour la sécurité mondiale », de quoi oublier Fukushima. Un incident dans la centrale nucléaire ukrainienne du Sud, dans l’oblast de Mykolaïv, aussi connue par « centrale nucléaire de Konstantinovka », a été rapporté le 22 mars par les médias du pays, citant le ministère de l’Énergie. Depuis peu de réactions, le problème est considéré mineur et les risques de contamination n’existent pas.

Voir en ligne : Notre dossier : Ukraine

Lire cette source, avant d’aller plus loin. Peut-être vrai que la panne n’est pas dangereuse. L’évolution de l’accident est-elle connue de l’opinion des personnes habitants des zones proches ? L’Ukraine, avec une population de 45 500 200 hab, est un état nucléaire obtenant 18,8 % de sa consommation énergétique du nucléaire. La centrale de Zaporijia qui inquiète plus, parce que le pays est dans le chaos, est la plus grande d’Europe. Cependant celle de de Mykolaïv est tombée en panne en mars dernier...

Populi-Scoop se fait le devoir de lancer l’alerte pour la légèreté avec laquelle sont traitées ces informations minimes, voire insignifiantes. Quand, il y a un mois (9 mars) nous avons lancé l’alerte sur les 13 000 réfugiés bloqués à la frontière de la Grèce et de Macédoine, le mot « Idoméni » était inconnu. Puis il a été indiqué, par les médias lourds, comme un ghetto aux exilés. Les faits sont toujours suspendus sur le blocage et l’enlisement dans les boues d’Idoméni qui n’intéressent pas grand monde, sauf les humanitaires.


- En Ukraine, l’Europe au service de l’OTAN poussée à la guerre
- Simplicité Ukrainienne : une base de l’OTAN pour la levée du visa

Plusieurs fois la Libye est citée dans les résultats négatifs des interventions des armées de l’Otan, alors qu’en Europe la dégradation de l’Ukraine est encore plus insoutenable. La désorganisation du pays crée une indifférence, la centrale nucléaire est à l’arrêt. Les ingérences atlantistes qui déstabilisent des pays, puis les laissent aussi le chaos, la ruine et la déception, promettent des blindés américains en 2017 en Europe et des bases militaires de l’Otan en Ukraine pour 2018.

Le désordre du Monde semé par les forces "atlantistes" jongle avec de nouveaux risques.

Ce pays vient d’essuyer aux Pays-Bas, avec l’UE (Union Européenne), le camouflet du rejet de l’accord d’association (Ukraine-UE), lors du référendum du mercredi 6 avril, qui s’est soldé avec un lourd rejet de 64%. En plus dans le scandale dit « Panama-Papers » le président Petro Prorochenko apparaît et il réagit, depuis le japon où il était en visite pour solutionner le problème nucléaire, en déclarant qu’il a gelé ses activités offshores.

L’actuel président ukrainien avait promis de quitter son industrie de chocolaterie, pour ne tomber en conflit d’intérêt avec son poste de chef d’Etat, mais elle alimente toujours, voire davantage selon les mouvements des fonds, son compte bancaire ouvert au Panama. Les fascistes qui gouvernent actuellement l’Ukraine sont responsables de cet incident nucléaire entouré depuis 2012.


- Les pays du Sud, victimes de l’abandon du nucléaire
- Israël a espionné les négociations du nucléaire iranien

La cause de cet incident est la fourniture de tiges en acier spécial, pour les réacteurs, habituellement achetées en Russie, par « Westinghouse » une société américaine. Les spécialistes de l’énergie nucléaire disent d’une seule voix que les produits Westinghous pour les réacteurs s’avèrent inefficaces. Actuellement en arrêt, la centrale Mykolaïv, produit 9% de l’énergie du pays et elle est actuellement devant de sérieux obstacles des systèmes de sécurité pour les postes de travail.

De sources fiables ont indiqué 22 et 23 mars de déprimantes informations, disant un feu à pris au niveau de l’auto-transformateur et un rejet de substances radioactives dans l’environnement est soupçonnée. Mais les responsables du pays n’écoutent pas déjà experts, notre alerte, pour les dangers provoqués par la gestion des affaires du pays, peut ne jamais parvenir, à moins qu’elle soit reprise par les médias qui font de l’écho. Alerte donc !

Les données sur l’Ukraine. En 1er : électricité. Centrer le tableau.

Répondre à cet article