POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Didi, l’Algérien sauveur des clients du Bataclan



Professionnel, humble et anonyme !


dimanche 17 janvier 2016
par jaco


Didi travaillait à la sécurité du Bataclan, lors de l’attentat du 13 vendredi 13 novembre. Depuis le carnage qui s’est soldé avec 129 victimes, il est resté anonyme. Puis on découvre qu’il a sauvé des dizaines, voire bien plus d’une centaine, d’individus parmi les spectateurs de la foule faisant une prise d’otages collective pour les criminels de l’islamisme armé, sans qu’on n’apprécie son acte. Il pouvait rester inconnu, mais une association le révèle.


L’algérien Didi, anonyme du Bataclan par Populi-Scoop

Sans la pétition demandant sa naturalisation, son cas, pourtant mis en exergue par le maire de la ville où il habite, serait encore ignoré. L’homme vrai, garde d’abord sa protection, en se cachant encore et tient à son humilité de ne rien demander. La reconnaissance est née en réaction aux oublis...


- Un vendredi 13 noir : le Daesh frappe Paris !
- Un an après, Charlie Hebdo récalcitrant !

A l’heure où la controversée et inapplicable déchéance est au centre d’un débat, pour les élus de France auxquels un projet de loi est soumis avec une ferveur présidentielle, son cas représente l’autre face des serviables étrangers qui sont migrants accueillis. Il n’est certainement le seul cas à rappeler...

Didi n’est pas encore identifié. Il est algérien et refuse de montrer son visage ainsi que sa véritable identité. Son pseudonyme actuel « [Didi] » est le titre d’une chanson de Cheb Khaled. Il est aussi un personnage d’un volume d’une œuvre romanesque algérienne, connu en "Didi Krimo". Didi veut dire, l’ami dans "L’incendie" de Moamed Dib...

L’efficacité du chef des vigiles du Bataclan, un travail de professionnel infaillible.

Ce parisien qui travaille dans la sécurité, a eu le geste sauveur. Et comme algérien, même venu en France à un âge très précoce, il a idée des projets des terroristes qui se présentent masqués et prétendent à défendre l’islam. Donc il sait, de part sa nationalité actuelle, à qui il a affaire.

C’est le « CRAN » (Conseil représentatif des associations noires de France) qui revendique la reconnaissance de sa citoyenneté française, méritée avec un acte de bravoure, auquel il a aussi donné un sens du devoir professionnel.

Dans le titre de sa pétition (ICI) qui atteint 34 000 signatures en une semaine, cette fédération d’associations françaises, créée le 26 novembre 2005, affiche « Honorez Didi, le héros oublié du Bataclan ». En janvier 2006, sur le modèle du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le CRAN tient son premier dîner annuel.

En France, Lassana Bathyli, un sans-papier d’origine malienne qui sauva des juifs attaqués par le terroriste Amedy Koulibaly dans l’épicerie appelée "l’hyper-Cacher", a été admis à la nationalité française, il y a exactement un an. Ce qui coïncide aussi avec la cérémonie du repas du Cran.

Afficher l'image d'origine

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Répondre à cet article