POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le dernier affront d’Ariel Sharon, l’amnésie de ses crimes !



La contre-Histoire d’un exterminateur colonialiste.


mardi 21 janvier 2014
par Hugo Mastréo


Les actes mémorables du criminel de guerre israélien, décédé au bout de 8 années de coma après une attaque cérébrale datant de 2006, sont encore plus insupportables à décrire, après son décès, qu’odieux à prononcer alors qu’il était vivant. A la poigne de la puissance des States et de la force de nombreux pays occidentaux, ligués par l’atlantisme, les effarants et effroyables forfaits d’Ariel Sharon sont restés impunis, sinon sous droits protégés.

Voir en ligne : Notre Dossier : Israël et apartheid

Il y va de la mémoire ombiliquée d’une nation quand, lors des funérailles d’Ariel Sharon, le boycott universel qui s’est affiché dans et sur les médias internationaux, a dit qu’est exactement cet individu. L’homme qui aurait dû être jugé pour crimes contre l’humanité, a été apprécié massivement par 3 ou 4 officiels de pays complices. Et à l’exception du vice-président américain Joe Biden et l’ex premier ministre anglais Tony Blair, le scélérat est passé maître des liquidations !

Nombreux responsables Israéliens de crimes, ayant à leurs palmarès des centaines de victimes, bénéficient honteusement de l’impunité la plus totale, au grand dam des palestiniens des ONG des droits humains, au niveau des instances judiciaires internationales. A laquelle se rajoute la couche de la complaisance tricheuse d’un très grand nombre de journalistes, certainement au service de médias à l’impartialité douteuse.

Pour la justice internationale, les USA et Israël n’ont jamais ratifié le traité créant la CPI (Cour Pénal Internationale). Tandis que pour le journalisme qui considère son auditoire en psychiquement troublé, les exposés deviennent clivés et incohérents ! D’un côté, les présentations faites d’Ariel Sharon sont assez lapidaires et même discutable par leurs auditoires, les réactions et répliques ont été fermées sur les réseasux et forums.

D’ailleurs tous les messages de condoléances, officiels ou bien ceux repris par les canaux médiatiques et dans les réseaux, sont aussi laconiques que funestes par leur formulation. Une vie jonchée de cadavres et d’exploits affligeants. L’odyssée de conquête, qu’est la spoliation des palestiniens de leur terre, est antinomique avec l’idée même de paix, mais Bon !

Le tout dernier des plus horribles forfaits d’Ariel Sharon est le massacre de milliers de civils par les milices libanaises dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila au Liban en 1982, ce délit semble être commandité par l’Homme qui a été condamné par la commission Kahan des plus fantoches de l’Etat hébreu. Mais, toute une liste de tueries, à grande échelle, jalonne le parcours d’Ariel Sharon, à qui bon est ce colonialisme répondant à la volonté d’un peuple validant sa contre-histoire !

Le 14 octobre 1953 dans le village de Qibya, en Cisjordanie (à l’époque sous souveraineté jordanienne), en représailles à une action de commandos palestiniens, qui avait fait plusieurs victimes civiles, l’unité 101 de l’armée israélienne, sous le commandement de Sharon, pénètre dans le village et dynamite une cinquantaine de maisons avec leurs habitants. Soixante-neuf morts palestiniens, pendant une nuit d’horreurs.

Au prix que doit coûter Israël, il est même inutile maintenant de revenir aux autres faits de guerre d’un personnage ayant le mieux représenté une nation à l’identité plus controversée qu’admirable ! Il est vain de citer les crimes de 1956 en Egypte lors de la nationalisation du canal de Suez. Et rappeler le sort du ghetto de Gaza ne sert à rien, dans un Monde qui enfante ses demi-dieux assortis aux missions des assassins !

Répondre à cet article