POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Une mosquée à 2 pâtés de maisons du site des attentats du 11 septembre.



Un centre culturel musulman fait polémique à New York !


mercredi 4 août 2010
par Damien Djamel Bouch’Raf


Projet annoncé, mosquée en construction, il s’agit en fait de la conversion d’un local déjà existant qui sera en centre culturel musulman baptisé " la Maison de Cordoue ". Et comme il est situé non-loin du site du plus spectaculaire des 4 attentats du 11 septembre2001, à 2 pâtés de maisons de celui des Twins Towers, une grande polémique entoure ce projet. Des manifestations ont eu lieu, depuis déjà 4 mois, pour empêcher cette ouverture...

Le bâtiment d’une architecture dite "type italien" a été construit en 1857. Il a été retenu comme un édifice digne de jouir de la protection des services publics pour son passé, même si il n’a aucune valeur historique. Selon nombreux témoignages, il a été touché par des morceaux de l’un des avions détournés qui ont frappé les 2 tours jumelles. D’ailleurs pour ce dernier argument, les critiques et opposant au projet avaient espéré faire caler et avorter ce centre culturel musulman.

Le local est situé au milieu d’une rangée de commerces sur un pâté de maisons, sur un lieu populairement connu avec "Ground Zero", et dispose de 13 étages. Du fait de son ancienneté, il était voué à la démolition. Le projet a attiré l’opposition, très psychologique de la part des résidents locaux et les proches de victimes de attentats du 11 septembre. La plus marquante est celle de l’ancienne candidate des républicains à la présidence des États-Unis, Sarah Palin, entre autres.

Malgré les protestations des "islamophobes" de tous genres et tous bords qui grouillent aux USA depuis les attentats. La commission chargée de suivre les programmes touristiques, de la ville de New York, a donné son accord pour l’ouverture de ce centre culturel musulman. Voici l’extrait essentiel de son communiqué (traduit par populiscoop) : " Nous appuyons fermement la création du Centre culturel islamique, car nous croyons que l’accueil du centre, qui est destiné à promouvoir la tolérance entre les religions et le respect, est compatible avec les valeurs fondamentales américaines de liberté pour tous".

11 septembre,attentats,new york

Y compris le maire de la ville de New York, Michael Bloomberg qui est de confession juive, a déclaré : " ... avec ou sans désignation historique, les propriétaires pourraient ouvrir une mosquée dans le bâtiment existant... " Dans un discours où il a été rejoint par nombreuses personnes communautés chrétiennes, juives, musulmanes et bouddhiste ainsi que des gens travaillant pour ces cultes, il a noté que "... l’Amérique a été fondée sur le principe de la liberté religieuse. " Il a déclaré " C’est mon espoir que la mosquée contribuera à mettre notre ville encore plus étroitement liée au vivre ensemble et que ce centre contribuera à répudier l’idée fausse et répugnante que les attaques du 11 septembre étaient de toutes les manières compatibles avec l’islam ".

Jeremy Ben-Ami, chef de file J Street et conseiller de Barack Obama, dit espérer la concrétisation du projet. Il le considère au premier plan dans la défense de la liberté d’une minorité religieuse.

Cependant les tenants de l’exclusion de l’islam continuent encore d’espérer et les voies de recours devant la justice sont ouvertes. Ces défis juridiques ne peuvent encore freiner la décision de la Commission qui a autorisé la construction (aménagement) de la Maison de Cordoue. Cette dernière comprendra une salle de prière et un auditorium de 500 places dans le cadre d’un complexe de 13 étages dont la salle de prière (mosquée) de 500 places. Toutes ses activités sont versées à la culture musulmane.

Le jour du vote, de la Commission des affaires touristiques de la ville, a attiré plusieurs personnes avec des pancartes comportant de tels écriteaux : " Cette mosquée célèbre de nos meurtres " et " Ne pas glorifier les meurtres de 3000 personnes. " Parmi les manifestants certaines familles des victimes du Septembre 11ème.

Une autre question bien controversée, a été plusieurs fois soulevée. Celle qui consiste à savoir comment le centre s’est procuré 100 million de dollars pour financer son projet ? Donnant lieu à la spéculation que l’argent pourrait provenir de groupes extrémistes. Or les réponses se sont vite faites entendre.

Sharif El-Gamal, gamal sherif,mosquée New york le promoteur a rejeté ces allégations, tout en insistant " Nous sommes reconnaissants à la Commission Culture ". Et il a dit que l’argent serait venu d’une combinaison de capitaux propres, les obligations, les subventions et les contributions. Il a également appelé que la proximité de l’immeuble sur le site du World Trade Center est fortuite. Et il a acheté ces locaux pour répondre aux besoins d’une communauté musulmane grandissante.

L’imam Feisal Abdul Rauf, un Koweitien qui a ouvert sa première mosquée de New York en 1990, soutient lui aussi pleinement le projet. Il est le plus connu des imams américains pour avoir ouvertement condamné les attentats du 11 Septembre. Comme il a été choisi, par la suite de ses positions, par le FBI et d’autres institutions pour enseigner et sensibiliser les musulmans des States au respect des lois.

Les plus nombreuses approbations viennent aussi des familles de victimes du 11 septembre, dont l’association de Peaceful Tomorrows. Cette dernière s’est félicitée que la commission du tourisme ait prise sa décision sans céder à la politique et de l’émotion.