POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > USA > La guerre commerciale de Trump dévaste l’agriculture des Etats-unis.

La guerre commerciale de Trump dévaste l’agriculture des Etats-unis.



Les déficits se creusent, la crise s’accentue et d’autres pays s’impliquent à produire davantage.


dimanche 3 novembre 2019
par Hugo Mastréo


Ecouter l’article. Dernière des décisions motivées par la cruauté subie par les animaux, l’interdiction du foie gras qui aux Etats-Unis a été déjà prononcée en Californie arrive à New York. Elle a ébranlé le monde agricole en Europe où, en France, la tradition culinaire est défendue par des catégories aisées de la population. Cependant comme elle ne profite directement pas aux agriculteurs américains dont certains se mettent au gavage des oies, elle ne se prie pas pour être reculée.

Voir en ligne : Notre dossier USA Etats-Unis

Quand les faillites ne s’arrêtent pas, alors que jamais le taux d’intérêt sur les emprunts n’a été aussi bas et le rallongement des périodes de remboursement, la crise bat son plein au pays de l’oncle Sam. Malgré les tentatives de sauvetage que sont les aides, l’émergence économique d’autres nations, notamment au niveau de la région des Amériques, continue de disputer la compétition productive et la prise du travail des pays qui avaient monopole sur la richesse agricole.

- Le parti démocrate des USA se vide des blancs quand se ruent les latinos. 25 octobre 2019

Le bureau des fermes aux Etats-Unis fête son centenaire, en 2019, alors que les faillites agricoles se multiplient depuis une décennie. Et ce cycle de déficit s’accélère depuis l’arrivée de Trump à la tête de la Maison Blanche. L’esprit ranch, généralement perceptible avec ses énormes élevages, a modifié le « praedium », de l’exploitation rurale romaine, quand le capitalisme s’inventant révolutionnaire, en brisant la féodalité, donna parole aux producteurs.

Elles sont 2 millions de fermes à parsemer les 50 Etats américains. Et comme leur nombre diminue, dans un contexte où très peu de sujets sont publiés, à ce propos de faillite du plus vaste bastion fournissant l’alimentation du Monde, parlons-en. La multiplication des faillites est conséquente de la dette agricole qui augmente également, suite à l’effondrement de l’écoulement de la production. Si l’agriculture américaine est à sa seconde année consécutive de conditions défavorables en matière de plantation, de croissance et de récolte.

L’heure est celle de la sauvage concurrence commerciale avec la Chine qui évite les produits américains, en répliquant aux taxations que subissent ses exportations vers les USA. Le département de l’agriculture des États-Unis a divulgué qu’en 2019 la dette agricole atteindrait près de 416 milliards de dollars, son record jamais atteint.

- Les votes aux Etats-Unis accueillis par le "cloud" (nuage) d’Amazon. 21 octobre 2019

De leur côté les données de la Federal Reserve Bank à Kansas City montrent que les agriculteurs sont plus lents à rembourser toutes leurs dettes de saison et d’investissement. Les prévisions de l’USDA (consulter ICI) indiquent que l’aide fédérale représentera 40% de l’ensemble des revenus agricoles en 2019, un pactole de 33 milliards de dollars.

Ses ressources versées aux agriculteurs proviendraient des taxes, notamment les récentes, appliquées au commerce. Des fonds qui servent en cas de catastrophe et aux paiements d’assurance garantis par le gouvernement fédéral. L’administration Trump fournit ces aides aux agriculteurs depuis la guerre commerciale, pour éviter les fins d’activité. Quand la Chine, principal client, s’adresse ailleurs.

Le nombre de dépôts de bilan augmente de 24%, 580 cas en 2019 (676 en 2011) selon des données du ministère de la justice qui enregistre les faillites, par rapport au niveau de l’année précédente. Quand on cite qu’il une augmentation bien chiffrée des revenus de l’agriculture, elle est principalement due à une augmentation de l’aide fédérale. A cela se rajoute une réduction des dépenses d’exploitation, car le travail n’est pas plus agrémenté donc les charges y afférentes.

Répondre à cet article