POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Golfe d’Aden, enjeu d’une nouvelle guerre au Yémen



Le contrôle du Yémen dans la géopolitique mondiale.


lundi 6 avril 2015
par Azouz Benhocine


On ne comprendra jamais comment la coalition qui s’est spontanément construite autour de l’Arabie Saoudite, pour commencer depuis le 25 mars des frappes contre les milices chiites du Yémen, sans un regard éveillé. Le dernier des stratèges ou charlatans des militaires du Monde, vous dira sur le golfe d’Aden tant d’importance. Nous le dirons avec insistance, ce lieu, qui porte le nom du port yéménite d’Aden représente le relais du Monde de demain, comme il était le cœur de celui du passé. Il sépare l’Afrique de l’Asie sur une distance maritime de 20Km et débouche en méditerranée par le canal d’Egypte.

Voir en ligne : Notre dossier : Yémen

Locatie Golf van Aden.PNG
«  Locatie Golf van Aden  » par edited by M.Minderhoud — own work based on PD map. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons.

" « Celui qui atteint la suprématie maritime dans l’océan Indien serait un acteur de premier plan sur la scène internationale. »  » (contre-amiral Alfred Thayus Mahan, 1840-1914, géostratège américain : voici sa page Wikpedia ICI). Il est attribué à cet officier américain, le premier à avoir utilisé l’expression « Moyen-Orient » en 1902.

Nos derniers articles :
- Quand les Mollahs chassent la CIA du Yémen

- Contre les Houthis chiites du Yémen, l’Arabie Saoudite déclenche une guerre

- Le Yémen, maillon faible de la conspiration, dans l’œil du cyclone.

- Au Yémen, l’Algérie satisfait le loup et ne fait pas pleurer le berger

Le percement du canal de Suez à la moitié du 19ème siècle (entre 1859 et 1869) a complètement changé le parcours maritime des marchandises mais surtout des militaires, dans cette cette région du Monde. Dernièrement, avec une piraterie qui a été dissuadée, ce point a été le théâtre d’attentats dont celui du 12 octobre 2000, donc avant ceux 11-9-2001, où une embarcation, avec deux kamikazes à bord, a foncé sur un bateau de guerre américain.

Bien sûr, il est étonnant que les médias n’ont pas joué les dessous des cartes sur la valeur stratégique de cette zone, maintenant dans une guerre qui semble n’avoir aucun effet sur le terrain, puisque aucuns objectifs n’est atteint après 11 jours d’intervention et les aides humanitaire ne sont pas encore déployés dans cette guerre.

Pour aussi mieux appréhender cette région, les îles de Socotra, appartenant au Yémen, sont une réserve faunique reconnue en 2003 par l’UNESCO, comme un site du patrimoine mondial, y sont dans ce golfe. C’est aussi un lieu convoité par une base militaire américaine considérée comme une violation d’un site touristique protégé. Le projet datait de 2010, mais l’ex président Saleh (actuellement soutenant les Houthis) avait tergiversé, avant d’être emporté quelques mois plus tard par les révoltes du Printemps Arabe.

Aussi les richesses marines, ayant des retombées économiques, dans le golfe d’Aden sont denses pour l’industrie et servent aux populations de toutes la région. Aucun accord connu ne s’est intéressé à délimiter l’espace maritime appartenant aux États riverains et d’où aussi des voies navigables libres. Le mot Houthis ramène à une organisation insurrectionnelle et confessionnelle chiite et non une désignation d’ethnie.

Non, tous les Houthis du Yémen ne sont pas chiites, et autres approximations trompeuses (par Thalia Rahme, traduit par Claire Ulrich)

Posted by Global Voices en français on lundi 6 avril 2015

Les Houthis, pièce nouvelle dans un vieux puzzle.

A première vue, c’est un combat sectaire entre chiites et sunnites qu’on présente la dernière guerre que mène l’Arabie Saoudite au Yémen, par le passé comme l’Egypte des ingérences ont été faites. Les milices « Houthis » sont présentées comme des alliés de l’Iran qui sort de son isolement, en combattant le Daesh et en décrochant une convention cadre pour son programme nucléaire.

Parmi les objectifs stratégiques de Washington est la militarisation des grandes voies maritimes, et ces espaces navigables ont été de hauts lieux de guerre. Le Golfe d’Aden, pourtant le plus classique des stratégiques points est sur le point d’être contrôlé autrement.

Donnant à la fois sur la Méditerranée, et vers l’Asie du Sud et l’Extrême-Orient à travers le canal de Suez et la mer Rouge, golfe d’Aden n’en est pas à ses premières interventions militaires d’Europe et des Etats-Unis.

Ces derniers ne perdent guère espoir de prendre une base sur l’île, alors que sur les continents des alentours plusieurs pays (La France a une base militaire à Djibouti. Les Britanniques ont été remplacés par les Américains, qui disposent de bases à Djibouti et au Yémen). Et y compris le Japon a, depuis 2011, une base militaire à Djibouti.

Les pétroliers n’ont que ce chemin et les produits chinois aussi. Comme tout le commerce maritime de l’Afrique orientale et australe vers et de l’Europe occidentale transite également à proximité de Socotra (Socotra), à travers le golfe d’Aden et la mer Rouge. (Voir carte ci-dessous). Une base militaire à Socotra pourrait être utilisée pour superviser le mouvement des navires y compris les navires de guerre...

Trafic maritime
- 25 000 navires y passent tous les ans, faites le calcul pour le quotidien
- 12 % de la production mondiale de pétrole brut.
- 1/3 de l’approvisionnement énergétique de l’Europe.

Répondre à cet article