POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


#OccupyMecca, l’Etat Islamique veut représenter l’islam sunnite



L’Arabie Saoudite subit l’effet boomerang du terrorisme sunnite


mercredi 28 janvier 2015
par Gros Emile


Alors que les frappes de la coalition, commencée mi-septembre dernier, n’ont pas encore montré leur efficacité, l’Etat Islamique dirigé par Abu-Bakr El-Baghdadi entame son ultime conquête pour présider l’islam sunnite. L’Arabie Saoudite qui vient de perdre son monarque qui a parrainé, durant des décennies, l’islamo-terrorisme servant l’anticommuniste entamé pendant les années 70, est désormais dans les projets de l’expansion des forces terroriste du « Daesh ».

Voir en ligne : Notre dossier : Arabie Saoudite

De temps à autre, des bilans sont donnés concernant des cibles touchées par l’aviation de certains pays de l’OTAN, et inversement l’EI (Etat Islamique) trouve échos. Il glane une pléthore de recrus du Monde entier et ses appels sont exécutés par des djihadistes, partout où des noyaux ou des loups solitaires frappent déjà ou bien sont arrêtés avant d’agir. Les proclamations du groupe terroriste né simultanément de la crise irakienne puis syrienne, s’adressent aux musulmans qualifiés de traîtres s’ils n’accomplissent pas leur devoir envers leur prophète et leur religion.

Combat entre armée saoudienne et terroristes du Daesh

PROJET de muraille de 800 kilomètres, qui sera commencé en 2015, avec surveillance assistée de caméras et tenue par des militaires, sur la frontière nord de l’Arabie Saoudite avec l’Irak.

Sur le terrain, son expansion est obstruée par les résistances locales qui sont grandement aidées par les avions des forces occidentales. La disqualification de l’EI (Etat islamique) de la sphère de l’opposition d’Irak et de Syrie assombrit son avenir, alors que l’ambition de fédérer les croyants gonfle dans les catégories de la jeunesse « islamisée » (les convertis et les islamistes politiciens). C’est dans la perspective de transformer l’islam sunnite et de prendre le leader-chip à l’Arabie Saoudite, du principal et du plus répandu rite, que le Daesh est attiré par le royaume saoudien…

C’est pour cela que le nouveau front des combats intitulé «  #OccupyMecca », dans la vision de présider l’islam sunnite par El-Baghdadi, est devenu l’intérêt supérieur de l’EI. Les escarmouches à la frontière de la monarchie qui vit une transition, moins sereine que comme elle paraît, à la tête du palais.

Avec une impatience des jeunes princes de la dynastie des Ibn-Saoud, qui sont avides d’être au diapason d’une époque qui développe les questions des libertés aux considérations universelles, le climat de transition est caché. Les discussions pour la succession sont devenues très fréquentes et de plus en plus violentes.

Dans un article d’El-Bawaba, il est relaté qu’une euphorie de joie des combattants du Daesh lors du décès du roi saoudien. Chose qu’AP (Associated Press) a observé aussi dans les réseaux sociaux du Web. Cela est dû à la participation du royaume saoudien aux frappes, dirigées par le Pentagone, qui espèrent limiter l’avancée de l’EI (le Daesh). Ce dernier se tourne désormais vers le royaume qui abrite les lieux saints de l’islam...

Un général de l’armée saoudienne, le plus haut gradé en charge de la sécurité aux frontières avec des zones contrôlées par (EI) de l’Irak, a été tué dans un attentat-suicide, le 5 janvier 2015. Il s’agit d’Oudah al-Belawi, commandant de toutes les opérations frontalières dans la zone nord de l’Arabie saoudite. Il est décédé après une attaque qui a visé les gardiens d’un important poste frontalier ce lundi matin. Les journaux locaux ont tous rapporté cette information, avec des illustrations des corps des militaires tués.

Le ministère de l’Intérieur d’Arabie Saoudite a confirmé qu’un officier supérieur et un autre gardien ont été tués, après que des assaillants ont ouvert le feu sur une patrouille. Rajoutant que l’un des terroristes a été capturé, mais s’est fait exploser avec une ceinture d’explosifs. L’attaque a eu lieu au poste frontière Suweif, à 25 miles de la ville d’Arar, à la frontière avec la province d’Anbar en Irak.

Répondre à cet article