POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Bashar Al-Assad chante déjà victoire contre ses opposants…

Bashar Al-Assad chante déjà victoire contre ses opposants…



Après de violents combats, Genève-2 est un leurre à la paix !


dimanche 1er décembre 2013
par Azouz Benhocine


Alors que l’organisation des Nations Unies compte regrouper les parties en conflit en Syrie, pour la conférence "Genève-2" prévue le 22 Janvier, le gouvernement de Bashar Al-Assad chante déjà victoire. D’après l’enthousiasme du Premier ministre Wael Halki en visite samedi en Iran, les rebelles ne se reposeront pas, jusqu’à ce qu’aucun d’eux ne restera.

Voir en ligne : Notre dossier : guerre civile en SYRIE

Le dernier week-end de novembre 2013, précisément depuis jeudi selon l’Observatoire des Droits de l’Homme syrien basé à Londres, quelques 500 décès ont été enregistrés dans les plus grands combats qu’a connu le pays depuis 2011.

Cette séquence vidéo de sœur Agnès, laquelle a été diabolisée par ses détracteurs comme une fantoche et pro-régime quand elle dénonce les islamo-terroristes. Qui pour cette fois encore, sont dits au service des Etats-Unis et des monarchies arabes réactionnaires.

Toute la banlieue de Damas, ainsi que la région montagneuse surplombant Qalamoun traversée par la route principale au nord de Damas, la ville centrale de Homs et les villages alaouites d’où est originaire Assad situés sur les côtes de Méditerranée, ont vécu des batailles rangées dernièrement.

Les forces en belligérance se précisent et distinguent maintenant leurs convictions et leurs desseins. Alors que la catastrophe des exilés n’en finit pas. S’il y a effectivement la dualité d’une dictature face à son opposition, elles sont trois à déchirer ce pays.

La colère de l’opposition armée pour le mépris international.

  1- D’un côté, Bashar, et son armée aidée par l’Iran et le Hizbollah libanais, enregistrent des victoires. Ils espèrent plus que jamais le maintien du régime.

  2- Et de l’autre, l’opposition armée contient deux types de combattants.

  A- Les islamo-terroristes composés de « djihadistes » internationaux, ayant aussi dans leurs rangs des militants islamistes locaux, auxquels les monarchies du Golf apportent leurs milliards en équipements.

  B- L’opposition laïque, ou bien simplement « les insurgés syriens » qui viennent aussi d’être fournis par du matériel par les mêmes royaumes réactionnaires arabes, est sollicitée pour représenter toutes les tendances à Genève-2.

Alors que les autres soutiens, étrangers arabes ou internationaux, méprisent les rebelles de l’ASL, ces derniers, par la voix de leur chef, le général déserteur Salim Idris chef d’état-major du Conseil militaire suprême (SMC) de l’Armée syrienne libre, refusent de discuter avec le pouvoir en place. Ils seront absents de Genève-2.

Ils n’iront pas aussi à la prochaine rencontre que Brahimi, l’envoyé de l’ONU pour cette crise, n’arrive pas encore à regrouper. Ils comptent, avec les islamo-terroristes, de continuer la lutte armée.

L’opposition syrienne a vu sa révolution polluée par la ruée des islamistes de diverses nationalités mobilisés par l’Internationale Islamiste. Ces derniers sont au service du sectarisme primaire d’Al-Qaïda, soutenu par l’Arabie Saoudite. Lequel a ouvert un large front dans le Proche-Orient à partir du conflit, déjà très poussé en Irak, entre sunnites et chiites.

Les militants syriens témoignent que des avions de combat ont bombardé des cibles autour de Nabak, la principale ville en dehors du contrôle du gouvernement. Des MiG et des Sukhoi ont effectué huit raids en larguant des bombes qui ont déclenché des incendies.

Le scénario réservé aux armes chimiques

Dans une violence de plus en plus féroce, les experts de l’ONU pour l’interdiction des armes chimiques, tentent de superviser l’élimination de ces armes prohibées. Aucun des pays sollicités n’a accepté d’accueillir la destruction des armes chimiques syriennes.

Les 1ers responsables du Royaume-Uni et d’Allemagne, Cameron et Merkel, ont rejeté que telles opérations s’effectuent sur le sol de leur pays respectif.

Sigrid Kaag Tandis qu’en Albanie, où une entreprise publique spécialisée en armement a collaboré dans la livraison des armes qui ont servi dans la traque de Mouaâmar Kadhafi, la population a manifesté sa colère contre la prestation de détruire ces produits chimiques chez eux.

Les États-Unis ont proposé finalement de les détruire sur un de ses navires. Ce qui a été confirmé par l’OIAC. Les armes chimiques syriennes seront embarquées dès qu’un port approprié de la Méditerranée le permettra. Puis le traitement sera effectué. Sigrid Kaag, chef de l’équipe de l’OIAC Syrie, a déclaré que la mission s’efforce de livrer les produits chimiques avant la fin de l’année.

Selon la responsable onusienne, originaire des pays bas, chargée de coordonner le ramassage de l’arsenal chimique, « … les stocks sont situés à différents endroits à travers la Syrie. Ils seront emballés, scellés et déplacés au port de Lattaquié. Ensuite, transportés par d’autres navires des Etats membres de l’organisation, à un navire américain. Qui les détruira en dehors des eaux territoriales syriennes... » dit-elle.

Répondre à cet article