POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Raid israélien contre les ONG palestiniennes



Priver les colonisés de revendiquer légalement leur liberté !


mercredi 12 décembre 2012
par N.E. Tatem


Des soldats israéliens ont attaqué les bureaux de trois organisations de la société civile palestinienne, à l’aube du mardi 11 décembre. Situés dans le cœur de Ramallah, la capitale palestinienne sur la Rive occidentale sous occupation, ces locaux ont été fouillés et les ordinateurs saisis. Seul le bilan de deux d’entre les 3 ONG est actuellement rendu public...

Voir en ligne : Notre DOSSIER : Palestine

L’assaut a été donné avant l’aube, par les troupes de Tsahal qui ont arraché les portes de l’Union des femmes, le Réseau des ONG palestiniennes et Addameer, une ONG de défenseurs des prisonniers Palestiniens, entre 5000 et 6000 personnes : femmes, enfants, malades et sans jugement, qui croupissent dans les geôles de l’entité colonialiste. Ils ont procédés à la confiscation de plusieurs ordinateurs de ce dernier groupe qui mène actuellement une campagne internationale.

L’opération s’est déroulée alors les membres de ces ONG étaient absents des sièges de leurs organisations. Depuis que le gouvernement palestinien basé en Cisjordanie a remporté une victoire de son initiative d’être membre « observateur » de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 29 Novembre, l’Etat hébreu redouble de férocité et persécutions. Ces dirigeants l’ont promis.

Avec la nouvelle donne de la reconnaissance de l’Etat palestinien, les organisations patriotiques, qui militent pour obtenir la liberté des Palestiniens, sont devenues une réelle menace contre l’apartheid israélien. L’occupation utilisera l’agression pour tenter d’arrêter la marche inexorable de l’Histoire.

Justifiant son geste illégal, comme de coutume, Israël a justifié son assaut en déclarant que les bureaux ciblés sont associés au « FPLP » Front Populaire pour la Libération de la Palestine. Cette petite faction de gauche dispose d’un bras armé dans la bande de Gaza, mais elle aussi pleinement engagé dans l’activisme civile pacifique en Cisjordanie. Qui la démarche actuelle de l’OLP conduite par Mahmoud Abbas.

Le volet des prisonniers est vraiment l’épine dorsale de l’injustice imposé par l’occupant à une population exilée de force d’une terre que l’ONU a partagé en 1947, un certain 29 novembre, en déclarant la naissance d’Israël. C’est aussi le sujet de mes prochains articles.