POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le Daesh en Irak recule et se mêle aux populations



Un front de guerre se dessine, après des mois autour de Sinjar


samedi 28 novembre 2015
par Azouz Benhocine


Il est indéniable que la guerre contre l’Etat Islamique remporte des succès sur le terrain irakien. A l’intervention russe en Syrie se rajoute la mobilisation des forces irakiennes de l’armée accompagnées par les Peshmergas Kurdes dans le fief même de l’EI (Itat Islamique), la région de Mossoul ou Raqqa en Syrie. Actuellement la défaite de cette nébuleuse terroriste sur de vastes territoires irakiens, ne fait que commencer. Son premier résultat est la reprise de la ville Sinjar. Le progrès attendu est de couper les hordes islamo-terroristes en Syrie de celles en Irak.

Voir en ligne : GRAND dossier (nos articles) : Irak et Syrie


Reprise de Sinjar par les Kurdes, un point... par POPULI-SCOOP

Ce que les intervenants occidentaux ne savent pas, la coordination entre les autorités de Syrie et d’Irak existe bien. Mais elle ne peut être affichée, tellement les trahisons complices de l’islamisme armé, comme celles des monarchies réactionnaires arabes et de la Turquie ainsi que des pays occidentaux (cette dernière vise l’hégémonie d’Israël dans la région), sont nocives.


- Nombre et motivation des "djihadistes" en Irak...
- #AbuAsraël en Irak, dans l’élite du combat contre #Daesh
- Bataille décisive pour le contrôle de Ramadi en Irak

Il n’a jamais été dit par exemple que Benladen en Afghanistan, pour chasser les communistes pro-russes, a été aidé à la fois par l’Iran et les Etats-Unis, pour rappeler d’autres forces qui se sont effectivement impliquées pendant les années 80. En cette fin d’année 2015, les populations musulmanes des régions occupées par Daesh sont aussi dans le carré du soutien direct au terrorisme.

C’est pour bien nombreuses raisons et une large connivence que la défaite de l’EI (Etat Islamique) est encore plus difficile, même si son reflux est bien amorcé et déjà visible. Les [sources de Populi-Scoop], vivants sur place qui sont des journalistes arabophones irakiens et des activistes syriens, nous ont dressé une nouvelle mise à jour des derniers faits qui s’y déroulent notamment en Irak. Que nous exposons en exclusivité.

Sinjar est une ville située dans le nord-ouest de l’Irak, proche de la frontière syrienne. Elle est le chef-lieu du district de Sinjar dans la province de Ninawa (Ninev). Sa population en 2013 est de 88 023. Elle doit son nom à la montagne où vit depuis des siècles la communauté des "Yézidis".

Voici le plan, cliquer le repère (étoile rouge) pour voir les 4 photos : région de Sinjar.

Les frappes faites en Irak avec le renseignement au sol.

عملية مشتركة لعمليات المخابرات العراقية وسلاح الجو؛ تنجح بقتل أمير قاطع حصيبة في القائم ضمن ولاية الفرات" ابوعائشة السعودي"، وتدمير مخزن ومعمل لتصنيع العبوات والمفخخات.#الخلافة_تنفيكم_مرتين

Posté par Hisham Alhashimi sur vendredi 27 novembre 2015

Après la défaite des terroristes à Sinjar, les combattants d’ISIS (Etat Islamique) mettent en place une nouvelle stratégie sur le terrain irakien.

- 1- Les entrepôts de munitions sont déplacés dans les zones résidentielles, comme certaines mosquées, églises, hôpitaux publics (ou centres de santé), écoles, station-réservoirs d’eau et bâtiments abritant services aux citoyens, afin d’empêcher ou limiter les frappes de l’armée de l’air.

- 2- Les camps d’entraînement désignés chacun par deux cheikhs, en particulier le camp à "Tel-afar" où le plus connu porte le nom du "Cheikh Abu-Omar Al-Baghdadi", sont vidés.

- 3- L’arrêt des persécutions extrêmes qui frappent la population, afin que cette dernière reste du côté des criminels islamistes.

- 4- Le report et la réduction des procès, des exécutions et la limitation des arrestations !

5- Des espions du Daesh cherchent à savoir qui utilise internet et les réseaux sociaux ? La sécurité les utilise pour la localisation des groupes terroristes.

- 6- Le recours au courrier crypté et les messages oraux entre les dirigeants et les centres importants, qui habituellement dirigent les factions de criminels.

- 7- L’arrêt des transports de produits pétroliers avec des citernes de grands volumes, en utilisant des conteneurs de capacité maximum de 4000 litres, au lieu de réservoirs importants.

- 8- Le transfert des bataillons spéciaux à El-Djezira et Euphrate qui sont dans les zones frontalières entre l’Iraq et la Syrie. L’évitement de la mobilité des colonnes importantes qui parcourent des distances de moins de 3 kilomètres, afin qu’elles ne soient repérées.

- 9- La réduction des "salaires" de 30 % pour les tueurs et de 50% pour les dirigeants. Ainsi que le remplacement des taxes tarifaires sur les butins des combattants, après que les médias irakiens les ont révélées, par le don volontaire du combattant.

- 10- L’adoption d’une nouvelle politique médiatique. Les données diffusées sont accompagnées d’infographies, moins détectables que les textes. L’intensification de la communication visuelle et sonore en plusieurs langues. La dernière parution du magazine "Dạbq", dans son récent numéro a porté des articles dans lesquels des expressions politiques. L’agence des terroristes reconnaît une trêve avec le gouvernement de Syrie après la reprise de l’aéroport de "Kosaire", afin de relever le moral des troupes terroristes.

- 11- La contrebande de pétrole a baissé de 100 000 barils par jour à moins de 50 000 barils.

- 12- Le déplacement des familles du Daesh à des zones sécurisées comme Boukamạl.

- 13 - Dạesh contrôlait une superficie de 238 000 km² en Iraq et en Syrie. Actuellement c’est moins de 180 000 Km², après avoir perdu le contrôle militaire de la province de Diyala et du Gouvernorat de Salah Eddine. De bonnes parties des Gouvernorats de Kirkouk, de Salah-Eddine et de Haoudjia, ont été libérées.

- 14- Les estimations parlent de 30 %, de la région Ninev, sont nettoyés des terroristes. Ce qui ouvre la porte d’une perte de grande envergure dans la province d’Anbar, le plus grand désert contrôlé depuis janvier 2014 par l’Etat Islamique !

Répondre à cet article