POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La bataille d’Alep : décisive pour la paix en Syrie...



... Devant les négociations de Genève et élections législatives, la guerre.


vendredi 15 avril 2016
par Hugo Mastréo


Les américains ont exprimé leur préoccupation, alors que le bastion décisif d’Alep, va être récupéré par l’armée. Plus que Raqqa, Alep est le véritable épilogue des souffrances du peuple syrien. Sur le terrain d’Alep, il y a une répartition des tâches. L’armée syrienne s’occupe d’#ISIS et des miliciens pro-régime résistent aux assauts de Djabhet Enusra. Les avancées sont chaque jour enregistrées avec l’aide russe, alors que s’offusquent les Etats-Unis qui sont devenus hors-jeu désormais.

Voir en ligne : Notre dossier : Syrie

Une frappe russe

La diplomatie

La seconde ville de Syrie est le 1er pôle économique du pays, voire une place commerciale forte au Moyen-Orient. Elle a été dévastée en 2012, après que le régime habitué à nier la société civile a essayé d’asphyxier des manifestations pacifiques. Lesquelles ont eu recours aux mains généreuses du Qatar et de l’Arabie Saoudite, qui leur accordèrent tant d’armes que de djihadistes que la pseudo-idéologie (parce que théologie) islamiste peut produire...


- Deux journalistes explorent les rangs d’une faction djihadiste en Syrie
- La Russie, en Syrie, croise des islamistes membres l’OTAN : la Turquie.

Des élections législatives en Syrie, des négociations à Genève cependant la guerre continue. Encore plus que d’habitude et comme aucun sol sur Terre, la bataille d’Alep dépasse de son importance tous autres faits de conflit. Le dénouement de la crise syrienne, avec la destruction des hordes islamistes armées, n’est pas pour demain. Mais l’éradication des fous d’Allah a bien commencé dans cette région prédestinée à une telle barbarie...

Alep en Syrie vit l’une, de ses attendues depuis deux ou trois années, confrontation armée. Une guerre couverte par aussi bien les médias que par la générale participation des groupes en guerre. C’est aussi la seule fois, où une réaction des Etats-Unis a pris ouvertement et publiquement la position de soutien aux criminels de toutes les tendances.

"Alep est la clé de la guerre et la paix en Syrie" , a déclaré à l’AFP le directeur de l’Observatoire des droits de l’Homme qui alimente les médias occidentaux, Rami Abdel Rahman. Attaques et contre-attaques est le menu des échanges dans les combats pour gagner des positions, un véritable front opposant deux ennemis.

Elle a commencé réellement début avril 2016, avec la mobilisation des antiterroristes qui n’a jamais fait une telle unanimité. En effet, dernièrement des Syriens qui étaient indifférents à la barbare discorde entre Bashar et ses opposants, ont pris les armes pour débarrasser leurs villages des hordes avides de prières et de cruautés. Alors que ces auteurs du chaos sont sur le point d’encaisser la défaite, sortent cyniquement les subterfuges américains

En réalité le cessez-le-feu en Syrie en vigueur depuis le 27 février à minuit, n’existe que dans la diplomatie et dans les médias.

Avec l’objectif de reprendre cette « jadis-capitale-économique » des mains des islamo-terroristes par les forces du régime, la bataille de prise des points tactiques fait rage sur le terrain. Mais elle est si difficile à gagner par l’une des parties, du fait de la concentration des capacités de toutes les factions en belligérance, entre elles et face à l’armée officielle.


- L’information de Syrie dissuadée par les enlèvements
- Ce que Poutine a précisé sur l’intervention en Syrie

Ce vendredi de mi-avril, l’armée syrienne s’est trouvée face à toutes les hordes qui ont essaimé depuis 2011, dans cette cité. Alep est, mais on ne le dit pas, l’un des grands sites des patrimoines de l’humanité. Où les traces des mythes prophétiques sont gravées. La recrudescence des combats, est un vrai démenti à l’idée de trêve soi-disant signée entre pouvoir et opposants.

La nouvelle série de pourparlers de paix en cours, aux mêmes moments à Genève, n’a en réalité aucune valeur. Seule la décantation du front de guerre est la réalité du déroulement de la guerre civile en Syrie. Deux fronts de combats sont visibles, selon les rares échos qui sortent via les réseaux sociaux de cette zone qui couve actuellement le premier site mondial de guerre.

Dans la stratégie devenu gagnante depuis l’intervention de la Russie en Syrie, l’armée syrienne attaque la zone saisie par ISIS. Près de Handarat, aux pseudo-opposants qui sont en fait d’autres islamistes alimentés par le Qatar et l’Arabie Saoudite, des guerriers qui ne sont des militaires, des syriens se trouvent dans le choix de sauver ce qui reste du pays.

[

OUVRIR

Voici l’appel américain pour...

Répondre à cet article