POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Protestation en faveur des droits des immigrés en Autriche.



Une jeunesse choquée par le traitement des réfugiés en Europe


mercredi 2 septembre 2015
par jaco


Défilé spontané des jeunes de Vienne, la capitale autrichienne, le lundi 31 août en soutien avec les réfugiés. Ils étaient de tous âges et même des familles avec des enfants, mais bien des couleurs juvéniles dominaient le cortège. Les peuples européens sont choqués par le matraquage, sur le déferlement humain venant du sud, alors que la solidarité ne trouve pas encore priorité...

Nous avons relaté in POPULI-SCOOP, le fait horrible de la découverte de 71 corps de réfugiés entamés par la décomposition dans un camion abandonné la semaine dernière, dans un pays de l’Europe profonde et sans accès à la mer. Rien que pour le cas syrien, les voisins : la Turquie, la Jordanie et le Liban ont accueilli plus de 3 millions, sans que le nombre de morts, comme sur des terres européennes, n’explose lors du déplacement...

Les estimations tombées dans la foulée du fait inattendu, évaluent le nombre de manifestants entre, au début de la marche applaudie par les passants, à 20 000 puis à plus de 30 000 personnes en fin de leurs parcours. Elles ont signé une surprenante protestation, qui désobéit à la bureaucratie policière et la xénophobie politicienne.

Descendue de la gare centrale de la capitale, où s’étaient entassés des étrangers pour prendre les trains vers l’Allemagne et d’autres pays du Nord européen, la manifestation s’exprimait contre le mauvais traitement des migrants. Ils étaient majoritairement de la tranche d’âge qui a encore du temps et de l’avenir à vivre.

Beaucoup de ces manifestants étaient vêtus de blanc, une couleur qui a trait à l’innocence et l’humanisme. Ils se sont rassemblés devant le parlement, où ils ont allumé une mer de bougies. S’adressant à la foule, un membre des organisateurs de cette marche qui a marqué les esprits, Nadia Rida, a accusé l’Europe de « échec politique » et « traitement inhumain » des réfugiés.

Cette manifestation a essentiellement pour origine, le blocage, par la police, des trains quittant le pays et pris d’assaut par les réfugiés dont nombreux étaient munis de leurs titres de transport.

Le cardinal Christoph Schönborn archevêque de Vienne s’est prononcé lors d’une congrégation où étaient présents des membres du gouvernement : «  Nous en avons assez - assez de décès, la souffrance et la persécution  ».

La police autrichienne n’a signalé aucun incident !

Répondre à cet article