POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Des opérations d’espionnage pour quelques graines de maïs.



Un centre de recherche chinois va par raccourci dans sa science


jeudi 20 août 2015
par jaco


Alors que le maïs OGM fait encore des doutes, chez les industriels agricoles la semence est maintenant un enjeu afin de surmonter la demande alimentaire mondiale. De plus en plus explosive cette dernière, avec l’augmentation de la population et grâce aux pays émergents plus nombreuses à avoir une demande en nutrition, avec leurs capacités de paiement, la place des céréales ayant des succès de production devient l’objectif des nations qui dépendent d’importations.

Voir en ligne : Notre dossier : CHINE

L’histoire, d’espions industriels chinois arrêtés aux Etats-Unis et au Canada alors qu’ils transportaient des graines de semences de maïs, ressemble aux guerres primitives de l’humanité comme pour le feu, l’eau, la nourriture naturelle des cueillettes ou bien la connaissance de techniques cachées, comme les semences. L’affaire qui a commencé en 2011 avec des pépites de graines de maïs, continue encore. Juillet 2015, la justice américaine inculpe une brochette de 6 à 10 Chinois d’espionnage, voire d’atteinte à la sûreté des Etats-Unis.

Infos sur la Chine
- La Chine récupère de l’étranger ses corrompus, mais pas des pays occidentaux
- Retour au piratage chinois des entreprises américaines
- La cyberguerre Chine-USA n’existe pas.

Monsanto et Pioneer Hi-Bred, les deux géants des semences américains, ont produit des qualités hybrides à hauts rendements et leurs recherches continuent pour les variétés résistantes à la sécheresse. Ils contrôlent désormais 45 pour cent de toutes les semences vendues dans le monde.

La Chine ou autres pays peuvent être approvisionnés auprès de ces entreprises, mais c’est sur l’avenir que les paris sont lancés. Les terres arables deviennent de plus en plus étroites et les conditions climatiques sont moins favorables, alors des expériences ont été par les chercheurs et les Chinois préfèrent emprunter le raccourci des travaux déjà faits aux USA. Les Etats-Unis fournissent 90% du maïs consommé en Chine.

Les enquêteurs du FBI pourraient désormais démontrer qu’il s’agit bien d’un espionnage industriel et scientifique que des protagonistes chinois ont mené. Des films, des rapports d’enquête et des signalements de police locale, comme la présence de 4 personnes asiatiques sur un champ de plantation expérimentale, étayent que le centre de recherche « Kings Nower Seed Science & Technology Co. Ltd », basé en Chine et spécialisée en semences de riz et de maïs, cherche à obtenir des pépites à planter.

Les hommes que les agents du FBI ont rencontré sur le terrain, avaient pour noms : Mo Hailong Robert (Mo parfois utilisé l’alias Robert Mo), Wang Lei et Li Shaoming, le PDG de Kings Seed Nower. Mais aussi, depuis 2011 des sacs de semences de maïs ont été découverts dans des domiciles et les bagages de passagers d’aéroports, il s’agit d’autres chinois de la même entreprise.

Le 30 septembre 2012, des agents du FBI contactés par « l’US Customs and Border Protection » (police des frontières) de l’aéroport international O’Hare à Chicago, pour une demande urgente. Ils avaient appréhendé des sacs de deux passagers sur un vol en direction de Pékin, découverts lors d’une inspection de routine.

Les passagers ne sont pas de dangereux criminels. Il s’agissait de Li Shaoming, président de Kings Nower Seed Science & Technology, accompagné de Ye Jian, le directeur de la recherche sur les cultures de l’entreprise. Ils transportaient du maïs pris sur une plantation où les sociétés américaines mènent leurs études et expérimentations.

Pioneer maize PR39F58.jpg
"Pioneer maize PR39F58" by werktuigendagen - originally posted to Flickr as 1DM38314. Licensed under CC BY-SA 2.0 via Commons.

L’acte d’accusation Mo Hailong Robert (alias Mo Robert), habitant aux Etats-Unis. Dans sa maison plusieurs sacs de maïs expérimental ont été saisi par le FBI.

Répondre à cet article