POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Marseille s’embourbe, Paris s’envole




lundi 29 août 2011
par Jérôme COLLIN


Journée prolifique en buts ! 32 réalisations ont été inscrites pour cette 4 ème journée (déjà !) de Ligue 1. Les candidats au titre, hormis Marseille, ont tous gagné leur match et pointent enfin en haut de tableau. Valenciennes et Nancy restent englués dans les profondeurs du classement, tandis que Bordeaux et Auxerre décrochent leur première victoire. Voici les enseignements de cette journée de Ligue 1.

Voir en ligne : Le blog de l’auteur

Le PSG revient fort

Tout n’a pas été génial du côté du Stadium de Toulouse. Le Paris-Saint-Germain s’en allait défier une équipe invaincue et qui avait engrangé sept points sur neuf possible. Les Toulousains ont donc donné du fil à retordre à cette formation parisienne volontaire, mais toujours aussi brouillonne en première mi-temps. Le PSG version 2011/2012 met toujours 45 minutes pour se mettre en marche, pour le moment au moins. Étienne Capoue inscrivait donc l’unique but du TFC, permettant aux Violets de mener à la pause.

C’était sans compter donc le retour des Parisiens, beaucoup plus engagé et précis en seconde période, à l’image de la star Pastore, auteur de deux passes décisives et à l’origine du troisième but parisien. Pastore donc qui mettait idéalement Gameiro sur orbite tout juste avant l’heure de jeu d’une passe parfaite. L’ex-Lorientais, flamboyant depuis son arrivée dans la capitale, ne tremblait pas pour tromper Ali Ahamada d’une astucieuse pichenette. À 1-1, les Toulousains ont commencé à reculer, à subir les assauts parisiens, qui n’étaient pas véritablement tranchants. Alors qu’on se dirigeait tout doucement vers un partage des points mérité, et d’une contre-performance du PSG ; Pastore, une nouvelle fois, trouvait Erding qui catapultait le ballon au fond des filets. Beau clin d’oeil, puisque le Turc est pressenti sur le départ, lui qui réclame du temps de jeu, et qui fut un temps hors de la liste des joueurs convoqués pour ce match.

Enfin, pour parachever la victoire, Ménez, auteur d’une belle prestation par ailleurs, inscrivait son second but sous ses nouvelles couleurs, et le premier en championnat, sur une passe décisive...d’Erding ! Cette large victoire, plus sur le score que sur la manière, permet aux Parisiens de remonter à la troisième place. Il est loin le temps des doutes.

Lyon persiste et signe

Titre doublement évocateur. D’une part, l’Olympique Lyonnais poursuit sa série d’invincibilité depuis le début de la saison. 2 victoires et deux nuls en championnat, 1 victoire et un nul en barrage de Ligue des Champions, Lyon est donc l’équipe à battre en ce début de saison. D’autre part, ce titre fait aussi référence à la friabilité de la défense lyonnaise, qui a encore encaissée un but, le sixième en six matchs...

L’OL recevait donc à Gerland le MHSC. Les Héraultais venaient en leader invaincu et trois fois vainqueur dans l’antre des Rhodaniens. Surtout, les joueurs de René Girard venaient avec des certitudes sur leur attaque (Rennes peut en témoigner, étrillé 4-0) et sur leur jeu. Malgré la défaite, René Girard peut repartir de Gerland avec encore plus de certitudes. Son groupe possède un très grand talent collectif, et des pépites dans chaque secteur de jeu (Pionnier en gardien, Yanga-Mbiwa en défense, Belhanda au milieu et Giroud devant).

Son équipe a quasiment fait jeu égal avec les Gones. Ces derniers peuvent une nouvelle fois remercier leur gardien, Hugo Llorris, encore énorme (cela devient un pléonasme). Mais ils n’ont pas démérité non plus dans le jeu. Derrière, Baky Koné, la recrue en provenance de Guinguamp, dégage une sérénité et une assurance d’un cadre expérimenté et rompu aux joutes du très haut niveau, alors même qu’il n’a que trois matchs de Ligue 1 au compteur ! À ses côtés, Dejan Lovren s’affirme en ce début de saison, et si Aly Cissokho ne connaissait pas autant de problèmes, l’arrière-garde rhodanienne aurait fière allure.

Au milieu de terrain, les Lyonnais peuvent compter sur un homme en forme, en très grande forme. Miralem Pjanic empile les prestations de haut vol en ce début de saison, sans jamais être titulaire. Mieux, le jeune Bosnien a mûri, n’a plus peur de prendre les clés, le commandement du jeu lyonnais. Face à Montpellier, on l’a souvent vu demander le ballon à ses coéquipiers, pour ensuite les servir dans de bonnes conditions. Michel Bastos, sur son aile gauche, est aussi étincelant. Moins en verve face aux joueurs de Nicollin, il a tout de même gratifié Gerland de belles passes et de gestes techniques de grande classe. C’est lui qui lance idéalement Pjanic sur le second but lyonnais, inscrit par Jérémy Pied.

Montpelliérains et Lyonnais ont tous deux un rôle à jouer dans cette Ligue 1, tant ils ont séduit samedi soir.

Marseille s’enlise, Lille se relève

Marseille a rompu avec sa série de trois matchs nuls. Cette série s’est arrêtée non pas par une victoire olympienne, mais par une défaite face au champion de France en titre. Les Lillois, malchanceux lors de ces dernières confrontations face à l’OM (défaite 5-4 au Trophée des Champions après avoir mené 3-1 à cinq minutes de la fin, défaite 3-1 en championnat après avoir ouvert le score), ont failli perpétuer cette mauvaise blague que leur joue à chaque fois les Marseillais. En effet, les Lillois, après avoir ouvert le score par Moussa Sow, son premier but de la saison, ont vu l’OM revenir au score, puis les dépasser.

Finalement, c’est le LOSC qui, à son tour, a renversé la vapeur grâce à un but de Chedjou et de Sow, encore. La physionomie du match aurait mérité un partage des points. Mais voilà, l’OM est terriblement apathique en défense, avec un gardien en perte de confiance, une charnière centrale perdue et toujours expérimentale, tandis qu’Alou Diarra, dans son rôle de sentinelle, n’a pas eu l’impact escompté. Au final, cette défense prend l’eau rapidement, et le manque de réalisme offensif empêche de rendre cette perméabilité défensive rédhibitoire. Didier Deschamps a plutôt du souci à se faire. Toujours en train de tatônner dans l’élaboration de son équipe, en quête de la plus compétitive possible, DD n’est pas encore parvenu à faire de son groupe un des ténors de la Ligue 1.

Pour les Lillois, cette victoire est la seconde de la saison, la seconde de suite. Autant dire qu’ils sont enfin lancés. Sow a ouvert son compteur but, une bonne nouvelle quand on sait que Lille recherchait activement un attaquant pour pallier à un éventuel départ d’Hazard et une défaillance de Sow.

Nancy et Valenciennes mal en point

La première sortie des Nancéiens avaient de quoi donner confiance aux supporters lorrains. Un match nul contre le champion de France en titre lillois, une équipe nordiste en difficulté face au rideau défensif de Nancy, le match avait livré quelques promesses. Depuis, c’est le trou noir. Pas une victoire, trois défaites face à Saint-Etienne, Sochaux et donc Lorient samedi. Motif d’espérance toutefois pour les joueurs dirigés par Jean Fernandez, des défaites étriquées, dont deux causées par des buts encaissés lors du temps additionnel de la seconde période. Plusieurs fois, les Lorrains ont eu l’occasion de repartir avec au moins un point voire plus, mais leur maladresse, leur naïveté digne d’amateurs les a piégé.

Pour Valenciennes, la donne est guère mieux. Comme Nancy, ils ont laissé filer les trois points de la victoire face à Bordeaux dans les arrêts de jeu, en encaissant deux buts. Le stade du Hainault n’a donc pour l’heure pas vu son équipe triompher. Inquiétant quand on sait que cette équipe n’a pas connu de départ majeur, a réussi à conserver son meilleur buteur Grégory Pujol et a juste changé son entraîneur.

Les deux clubs ont tout intérêt à se relancer rapidement, d’autant plus que leur calendrier était jusqu’ici abordable.

Le joueur de la journée

Alain Traoré réalise un début de saison fantastique. Déjà auteur de cinq buts, lui qui en avait marqué autant en une saison l’an dernier, le milieu d’aspect plutôt défensif est récompensé de ses nombreuses tentatives de frappes éloignées. Son premier but à Montpellier n’avait laissé aucune chance à Geoffrey Jourdren. Idem pour Mandanda face à Marseille.

Samedi soir, c’est le Mexicain Ochoa qui a du s’incliner par deux fois face au Burkinabais. Par la même, ce dernier permet à son club d’engranger les trois premiers points synonyme de victoire. Pas de trop dans la période des Ajaïstes.

Quatre journées sont déjà passées dans ce championnat de France. Après avoir démarré doucement, les favoris au titre sont bel et bien au rendez-vous, hormis les Marseillais. Si l’on se réfère à la saison passée, qui avait vu l’OM perdre son titre à cause d’un début de saison calamiteux, on peut penser que les Olympiens ont tout intérêt à s’activer pour refaire leur retard. Si seulement quatre matchs ont été joué, les Marseillais accusent déjà un déficit de 5 et quatre points respectivement sur Lyon ; Paris et Lille.

Jérôme COLLIN

Voici l’adresse de mon blog sportif : sportsfans.over-blog.com

Merci d’y écrire vos impressions !