POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Terroriste ou pas, quand les médias improvisent des priorités aux crimes...

Un certain amour aux Etats créés pour terroriser des peuples à spolier de leur terre

mardi 30 octobre 2018
par Gros Emile


Ce n’est guère un esprit de communication qui, utilisant les concepts, définit : qui est terroriste ou ne l’est pas ? Les méthodes langagières préfèrent "violence politique" quand il s’agit de groupes qui causent des tueries. Par allégeance à des nébuleuses indéchiffrables ou bien à de vraies organisations qui traduisent une action de confrontation politique, le mot "terrorisme" semble convenir précisément à certains criminels, plutôt qu’à d’autres...

Voir en ligne : Notre dossier terrorisme

Après que le tueur Robert Bowers, ait abattu au moins 11 personnes dans la synagogue Tree of Life à Pittsburgh, étonnement le qualifiant « terroriste » n’a pas été enjoint à ce tueur. 3 jours plus tard, à Tunis, une femme a jeté un engin explosif sur des policiers et a blessé, elle est confirmée comme « terroriste ». Et les recherches de ses liens avec Daesh sont incessantes, 2 jours après…

- Afrique de l’ouest, dans la chronique du terrorisme, mise à jour d’un formatage ! 5 mars 2018

Pour la plus meurtrière des attaques antisémites de l’histoire américaine, le président américain Donald Trump a déclaré que c’est un « acte méchant d’assassiner en masse... » De quoi rien comprendre à discours qu’il fallait judicieusement traduire en d’autres langues de l’anglaise des Etats-Unis.

Après avoir commis son forfait, l’homme âgé de 46 ans, bien armé, s’était barricadé dans la synagogue, pour un échange de tirs avec la police. Avant son attaque, Bowers avait, à plusieurs reprises, publié des insultes antisémites sidérantes sur Gab, un site à vocation de média social, très prisé des nationalistes blancs. On a trouvé ses publications haineuses. Il a crié : «  Tous les Juifs doivent mourir  », alors qu’il pénétrait dans la synagogue.

- Tous nos articles sur Donald Trump.

Au commencement, les observateurs notamment des médias et des intervenants d’expertise ou bien les personnalités publiques, ont intitulé l’assaut de Pittsburgh en « acte terroriste ». Mais très vite, l’ensemble s’est ravisé. On se contentait à le consacrer en acte antisémite. Comme il est attribué à un blanc, entendre qui n’est pas arabe ou musulman, ni de couleur noire, il est autrement compris.

Les nationalistes blancs et les extrémistes nationaux violents sont graciés dans l’opinion, la justice est ailleurs. L’hypocrisie des idéologies de droite est d’une démesure inconvenable. Dans son discours général, la tendance utilise et explique l’étiquette « terrorisme » pour diaboliser les adversaires, tout en évitant d’indiquer de la même façon les groupes qu’ils considèrent comme sympathiques. Le cas d’Israël en « pays terroriste », va ici comme un critère.

- Alliance internationale contre le terrorisme : aide ou complot pour les musulmans ? 14 février 2018

Avec la renaissance du fascisme dans les pays occidentaux, auquel Israël fait les yeux doux parce qu’il est complètement versé contre l’islam et les arabes, notamment en Europe et en Amérique, l’occurrence de terrorisme n’est pas établie pour tel fait qui se répète. Si la communication des médias ne voit pas de terroristes quand il s’agit d’auteurs occidentaux et qui ne soient pas liés à l’islamisme, c’est pire que d’inciter à...

Répondre à cet article