POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


11 semaines du hirak, quels sont les acquis et que reste à faire ?



#Irehlou_ga3 (ils partiront tous), loin d’être vraiment lancé...


mardi 7 mai 2019
par Moussi Nassim


Lorsqu’on dit nouvelles, on se demande si elles sont bonnes ou mauvaises ? La plupart du temps, on préfère qu’elles soient des bonnes. Mais peu importe l’information reste, ne disparaît pas, quand elle a la primauté des faits qu’elle cite. Et la technique de passion la valorise aussi.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Depuis dix semaines, les Algériens, sortent dans les rues pour s’exprimer. La plateforme de revendications change selon les circonstances, ils ont commencé par dire non au 5ème mandat de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika. Et ils sont en train de revendiquer le départ de tout le système et ses symboles. Pourquoi cette revendication ne veut pas s’exaucer ?

- Rater le changement, éviter le vote et sans projet sociétal, l’héritage d’inertie en Algérie 2 mai 2019

PNG - 207.5 ko

Le peuple algérien, cette fois-ci, s’est unifié sur une seule parole : « le départ de ce système corrompu et pourri ». Sauf que le détenteur du pouvoir en Algérie est très rusé. Pour détourner l’opinion public et faire oublier au peuple ce qu’il veut vraiment, ils ont courus vers une sorte d’accumulation de poursuites judiciaires envers certain responsables, sous prétexte qu’ils sont en phase de mettre fin a la corruption, d’une part. Et d’autre part, ils ont fait semblant d’oublier la revendication principale de ce peuple grandiose qui est : le départ de tout ce système.

Le mois sacré du ramadan s’approche. C’est une raison pour laquelle le pouvoir espère que le peuple s’épuisera. Et ne sortira pas dans les rues pendant ce mois. Mais la détermination des Algériens pour un changement radicale et d’une façon pacifique de tout le système est bien apparente, après 11 vendredis de sorties d’une intensité inimaginable.

La crise qui secoue notre pays ne nous laissent pas indifférents, pour penser sur son avenir. Notamment qu’on est en train de vivre, même une crise économique qui s’agrandit du jour a l’autre, ce système va-t-il partir ? Du moins, on évite le pire, pour un pays qui mérite les places premières dans tous les classements mondiaux vu son potentiel ?

La détermination des manifestants pour un changement, d’après le slogan "irehlou ga3" (dégagez tous) est évidente. Il suffit que le peuple reste uni en sortant dans les rues avec le même enthousiasme que les semaines précédentes. Et surtout, il ne faut pas écouter aux diviseurs comme Naima Salhi et d’autres qui jouent un rôle d’adversité pour que le peuple se divise. Et par conséquent ils régneront ou bien ils détourneront l’opinion public vers d’autres sujets moins importants et qui ont peu de valeurs.

- La cour européenne accorde à la France d’expulser un Algérien membre de l’AQMI 1er mai 2019

Il semble que l’élection présidentielle va se dérouler le 4/07/2019, d’après la décision de Bensalah, l’intérimaire à la tête du pays. Auquel le peuple algérien ne reconnait même pas la qualité de président de l’état algérien. Le peuple nie catégoriquement ces élections qui seront organiser par un gouvernement non reconnu.

Le hirak peut être affaibli par les moyens fournis par les autorités, notamment s’ils utilisent tous les moyens afin que les citoyens ne puissent pas s’exprimer surtout sur Alger : a quoi sert une élection nier par tous le peuple ?.

De nombreux cadres de l’Etat algérien, comme Ouyahia et Djamel Ould-Abbas sont en justice. Allusion à une justice transitoire sans aucun changement a la base, ce ne sont que des dribbles du public pour leur exhiber une sorte du changement du système de gouvernance. En réalité, il ne faut croire surtout a ce genre de manipulations qui veulent faire apparaître au grand public, qu’une nouvelle justice est en train de se mettre en place, ouvrant les dossiers d’anciens visages.

JPG - 13.9 ko

En outre, cette semaine la vie politique a été mouvementée, vu les poursuites judiciaires d’une dizaine de personnalités politiques et militaires. Veut-on stopper le hirak par cette activité de la justice ? En disant que ça commence à changer vers le mieux. Rebrab est entré en prison sous prétexte qu’il gonfle des factures et d’autres causes qui ne sont pas encore révélées...

- Terrorisme depuis janvier 2019 en Algérie, les interpellations à Oran continuent... 26 avril 2019

Pour quelles raisons le plus fortuné de l’Algérie est t-il en prison, sachant qu’il est kabyle et il a participé au hirak ? Ils veulent détourner le mouvement et faire une division entre kabyle et arabe ?

Cependant, après ces 11 semaines du hirak les acquis qu’ont constate sont les suivants :
- 1. Nous nous sommes retrouvés.
- 2. Nous avons retrouvé notre estime de soi, longtemps bafouée.
- 3. Une nouvelle conscience nationale émerge.
- 4. Nous assumons notre identité plurielle.
- 5. Les femmes ont repris leur place dans l’espace public.
- 6. Nos étudiants reprennent petit à petit leur rôle d’avant-garde.
- 7. Notre diaspora se mobilise en masse.
- 8. Bouteflika et les symboles de son régime sont humiliés.
- 9. Nous nous réapproprions l’espace public
- 10. Nous entamons le processus d’organisation des forces du changement.

Enfin, entre le système gouvernemental et le peuple algérien une longue histoire dont un malentendu régnant d’une façon atroce. Le soulèvement du 22 février qui se poursuit ne peut que nous donner un résultat final de cette histoire. La plupart des gens attendent le résultat avec impatience.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Portfolio

la music sans paroles

Répondre à cet article