POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La viande conçue en laboratoire autorisée aux USA, de la science à l’industrie.



Réduction du prix sur le climat mais l’innovation est toujours chère aux bourses modestes


mardi 20 novembre 2018
par Gros Emile


Les Etats-Unis optent pour une industrialisation de la viande conçue en laboratoire. Commençons par la meilleure des blagues. Les musulmans et les juifs n’auront plus à se préoccuper de leur Kasher et Hallal ! Pour ces derniers, la consommation d’animaux avec l’aval religieux de l’égorgement, en positionnant de la bête direction de la Mecque tout en citant qu’au nom d’Allah s’effectue la mise à mort, n’a plus lieu d’être. Pour tous, donc moins de communautarisme !

La parade est trouvée et les géants de l’industrie agroalimentaire y croient, en mettant la main à la poche, pour investir dans de nouveaux modèles de production de la viande. Au commencement, c’est le débat qui prime, d’où notre présent sujet. C’est aux Etats-Unis que la discussion est très poussée pour décortiquer le moindre recoin de la mise sur le marché d’un produit fabriqué dans des usine-labos à partir de cellules animalières.

- Un steak in-vitro dégusté en 2013, un précieux pas ! lundi 30 décembre 2013

- Science : la fraude prolifère lundi 12 novembre 2012

Avec le réchauffement climatique où les élevages bovins sont indiqués comme grands émetteurs de gaz nocifs à l’atmosphère terrestre, les partisans d’une solution de rechange ne manquent pas. Ils font valoir qu’elle peut changer durablement le système de production de la viande en évitant d’élever et de tuer des animaux. Aux États-Unis, la question de savoir s’il fallait ou non autoriser ces produits ne s’est jamais vraiment posée.

En revanche, savoir qui allait les contrôler la chaîne de production, surveiller les nouveaux acteurs par le ministère de l’Agriculture (USDA) ou l’agence responsable de la sécurité alimentaire (FDA), tient encore des échanges entre décideurs, scientifiques, économistes et via les médias ouverts sur de telles thématiques.

Dernièrement, en octobre, une conférence publique pour débattre de la «  régulation nécessaire pour à la fois encourager ces produits alimentaires innovants et maintenir les normes de santé publique les plus strictes  », a été même ouverte au public. Les deux entités américaines ont annoncé dans un communiqué commun, avoir décidé d’en partager la supervision, sans indiquer la moindre contrainte. L’appellation "viande" est en contentieux, elle risque de ne pas être accordée à cette nouvelle matière comestible.

- Initiative 2045, prolongation de la vie dans un être non biologique ! mardi 18 juin 2013

Peut-on encore parler de viande, quand la matière n’est pas animalière ? L’administration américaine a en tout cas dévoilé, le vendredi 16-11-2018, son cadre réglementaire, ouvrant la voie à la commercialisation d’aliments conçus à partir de cellules animales. Nous avons déjà publié, en décembre 2013 (voir le lien en haut) lequel est encore souvent revisité sur notre site, un article quand la première expérience de concevoir « in-vitro » un bout de viande artificielle.

Nous avons, il y a 5 années déjà, que le prix de revient, de cette création scientifique qui devient de plus en plus capitale pour l’avenir de la planète et l’humanité, est exorbitant. Mais plusieurs entreprises, tentées par l’aventure, sont en démarrage. Ces dernières années plusieurs se sont lancées sur ce créneau. Malgré que le coût de production est encore très élevé et aucun produit n’est pour l’instant prêt à être vendu, la tentation anime bien des industriels épris de technologie.

Répondre à cet article