POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Sport : Le corps et l’esprit. > L’Egypte n’accueille pas le championnat africain de handball, la présence des (...)

L’Egypte n’accueille pas le championnat africain de handball, la présence des algériens la démange.

Les égyptiens, mauvais perdants, ne sont plus en mesure de croiser les algériens dans les compétitions sportives.

jeudi 3 décembre 2009
par Hugo Mastréo


Si le pays des pharaons, officiels, intellectuels, médias et populations se sont mis en commun terme pour diaboliser les algériens, ils ont provoqué une animosité... Comme il existe parmi Les algériens, des chenapans idéologiques, issus des cercles du nationalisme ayant monopole sur les centres de décisions depuis l’indépendance du pays, qui optent aussi pour la surenchère.

L’hystérie démentielle, du 14 novembre, des égyptiens dans le domaine sportif est une onde qui choque désormais nombreux observateurs au niveau mondial qui craignent une contagion. Enclenchée depuis l’agression, non pas unique de l’équipe algérienne de football qui a vu 3 de ses joueurs blessés, mais toute la délégation sans distinction médias, représentants des instances sportives et supporters, à leur arrivée pour le match retour de la phase finale du mondial 2010 en Afrique du Sud. Elle vient de prendre une nouvelle tournure.

Les autorités égyptiennes ont largement désinformé leurs citoyens ainsi que plusieurs étrangers. Ils n’arrivent plus à contenir les supporters chauffés à blanc. Au point d’adhérer et d’entretenir une violence haineuse et inimaginable entre les 2 pays, le public égyptien est passé à un manque de discernement des plus étranges. Pourquoi ?

L’ambassade algérienne assiégée dès les premières heures de défaite, 1 à 0 à Khartoum -Soudan, pays voisin à l’Egypte.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Les algériens restent traumatisés, cette Égypte sans doute trop aimée et idéalisée auparavant, a montré une bestialité qui les déçoit. Au lendemain du guet-apens d’Egypte, les algériens se sont mis au saccage de surtout les sièges et points de vente de l’opérateur téléphonique Djezzy, qui pourtant a condamné l’agression de l’équipe algérienne. La victoire des Verts algériens au détriment l’équipe égyptienne (1-0), le 18 novembre à Khartoum, a encore multiplié la tension, et les conséquences commencent à ressurgir. La maîtrise des évènements échappe totalement aux décideurs égyptiens.

L’Egypte avait demandé le report le 19e Championnat d’Afrique de handball, qui aura lieu du 10 au 21 février prochain, c’était dans un premier temps. Ce qui lui a été refusée par la Confédération africaine. Dans le second moment, la décision de renoncement d’accueillir ces compétitions, a été prise à l’issue d’une réunion extraordinaire de la Fédération égyptienne de handball. Elle a été annoncée, le 29 novembre, par le président du Conseil national égyptien du sport, Hassen Sakr.

L’accueil de la délégation algérienne est devenue problématique et risquée, au regard de l’ample débandade encore bouillonnante, et le restera encore quelques années… Deux jours après la qualification de l’Algérie face, Onze policiers égyptiens ont été blessés ce vendredi matin devant l’ambassade d’Algérie au Caire, lors d’une manifestation. Le rassemblement a commencé la veille avec environ 200 personnes, sinon juste après le résultat du match joué dans le pays voisin, avec les premières dizaines d’individus venus découdre avec la représentation algérienne. Le monde entier en a témoigné que ce sont les égyptiens qui ont provoqué cette tension, devenue diplomatique.

Si le pays des pharaons, officiels, intellectuels, médias et populations se sont mis en commun terme pour diaboliser les algériens, ils ont provoqué une animosité des troupes de hooligans déchaînées dans une surprenante férocité prenant en cible les algériens. Comme il existe parmi ces derniers, des chenapans idéologiques, issus des cercles du nationalisme ayant monopole sur les centres de décisions depuis l’indépendance du pays, qui optent aussi pour la surenchère.

Cependant nombreux algériens aussi étonnés de la tournure des faits, pensent à l’existence d’une manipulation politique de part et d’autre pour faire oublier l’essentiel : des projets démocratiques inébranlables pour les 2 pays.