POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Si la prof le dit…




vendredi 3 décembre 2010
par Sabrina


Les profs sont les premiers à conseiller à leurs élèves de faire des séjours linguistiques pour améliorer leur niveau d’anglais. Si même les profs le disent, alors...

Lorsqu’un élève éprouve des difficultés dans une langue, les options que recommandent la plupart des professeurs sont, dans l’ordre, s’inscrire à des cours d’appuis, engager un professeur particulier et partir en séjour linguistique. « L’enseignement des langues étrangères est capital et le programme que nous suivons est très complet et élaboré avec soin. Mais je reconnais que les élèves qui ont la possibilité de suivre des cours intensifs d’anglais, d’allemand ou d’espagnol dans les pays anglo-saxons, germanophones ou hispaniques vont acquérir un niveau incomparable avec celui des élèves qui apprennent la langue sans jamais quitter leur ville », explique Jane Gaskell, professeur d’anglais et de français installée à Bordeaux depuis 15 ans. Elle-même s’est licenciée en langue et littérature française et, bien avant de s’installer à Bordeaux, tout au long de ses études, elle a fait de nombreux séjours linguistiques dans divers pays francophones.

« Suivre des cours de langue quelques heures par semaine est une chose, mais faire un séjour linguistique en Angleterre, par exemple, en est une autre. On ne peut pas comparer quatre ou cinq heures d’anglais par semaine avec plusieurs semaines d’immersion totale dans la langue, et ce 24 heures sur 24. Les élèves qui reviennent d’un séjour linguistique n’y croient pas eux-mêmes au début. Mais ils réalisent très vite à quel point leur niveau a changé, à quel point ils ont enfin intégré des règles et des concepts qui avant leur paraissaient complètement abstraits et qui maintenant sont devenus tellement naturels qu’ils n’y pensent même plus », ajoute-t-elle convaincue.

Et Jane n’est qu’une prof parmi tant d’autres qui recommande année après année à ces élèves de partir quelques semaines en séjour linguistique. «  Il s’agit d’orienter les élèves le mieux possible. Je ne dis pas que les cours d’anglais que je donne sont inutiles, bien au contraire, sinon je n’en aurai pas fait mon métier. Mais ce n’est pas suffisant. Si l’on veut acquérir un haut niveau dans une langue, il faut partir  », conclue-t-elle.