POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Augmentation des arrestations aux Etats-Unis pour appartenance au Daesh



Les convertis et les musulmans émigrants, filière naturelle...


mercredi 2 décembre 2015
par Azouz Benhocine


Les Etats-Unis sont, à l’instar de plusieurs nations, devant la mobilisation des loups solitaires de l’islamo-terrorisme. Outre 10 000 enquêtes du FBI, un travail d’étude pour l’identification et d’analyse a été confié à deux experts : Seamus Hughes et Lorenzo Vidino. Tous deux sont spécialistes de l’islamisme et de la violence politique, exerçant auprès du Centre de l’Université George Washington. Ils ont dressé un rapport révélant que l’année 2015 est celle où, depuis 2001, a eu lieu le plus grand nombre d’arrestations liées à l’Etat Islamique.

Plusieurs médias ont exploré ce rapport que vous pouvez consulter ICI et s’accordent à déterminer que pas moins de 71 personnes ont été appréhendées, depuis 2014 dont font partie les 56, depuis janvier 2015. Les appréhensions à ce propos croient encore que cette évolution comporte le risque, ou la menace, d’augmenter encore.


- Le Daesh en Irak recule et se mêle aux populations
- Obama déclare la guerre au Daash (EIIL ou ISIS)

Les deux analystes ont examiné des comptes de médias sociaux et des documents juridiques de près de 400 sympathisants américains de l’État islamique et jugent que leur besogne est loin d’avoir vraiment terminée toutes les liaisons. Le rapport qu’ils ont rendu public mardi 1er décembre a pour titre : "ISIS en Amérique : de retweets à Raqqa".

Une grande partie de la recherche a porté sur les activités sur Twitter. Environ 300 individus identifiés, comme partisans américains de l’État islamique, ont été suivis dont 30 % sont des comptes de femmes. 40% des cas arrêtés par le FBI sont des convertis à l’islam dont une grande majorité a la nationalité américaine.

Le document insiste sur la stupéfiante diversité des personnes recrutées par l’Etat Islamique. Il apporte que les cibles sont des militants endurcis, des adolescents, de petits délinquants et des étudiants. Tous étaient sous surveillance électronique ou physique lourde, selon des responsables américains.

Sur tous les individus arrêés, la moitié l’ont été avec des opérations du FBI impliquant des indics ou des agents infiltrés. Cette tactique de pénétration, des cercles islamistes qui pourvoit le terrorisme, est considérée controversée. Elle a été critiquée par les ONG dont Human Rights Watch. Ces dernières défendent souvent des criminels avec la protection des droits humains.

Parmi les personnes déjà sous enquête, généralement il y a peu de preuves qu’ils vont commettre des actes terroristes ou bien qu’ils font appui à une cellule quelconque. Ce qui rend encore plus difficile, pour les autorités, de prévoir ou détecter qu’ils pourraient passer à l’acte. Pour l’application de la loi, il est extrêmement délicat de déterminer qui va faire le pas du djihadiste du clavier à celui de commettre un attentat.


- La promesse de la bombe atomique du Daesh prise au sérieux

Comme le montre le rapport que nous vous avons donné lien pour le consulter, les personnes identifiées dans cette étude de l’Université George Washington, varient entre un garçon de 15 ans, qui est un Tairod Pugh, à un ancien officier de l’Armée de l’Air âgé de 47 ans au moment de son arrestation. L’âge moyen est de 26 ans, soit l’âge idéal pour le combattant aguerri et ayant connaissance du maniement des armes et des explosifs.

Un juge américain, John P. Carlin, le procureur général adjoint pour la sécurité nationale, a commenté le rapport. Il a dit que ces arrestations liées au terrorisme, effectuées au cours des 18 derniers mois, sont la plupart du temps impliquées avec l’État islamique. 80 pour cent des personnes arrêtées ont moins de 30 ans et 40 pour cent ont moins de 21. Les femmes représentent 14 % de l’ensemble.

Les Etats-Unis, et les pays occidentaux amarrés à sa traîne, ont décidé d’intensifier leur déploiement en Syrie et en Irak. Ils comptent accentuer les bombardements sur les activités pétrolières de Daech. Des forces spéciales de diverses nationalités, suivant la stratégie du principal mentor, les States, seront engagées dans de nouveaux combats qui n’ont pas priorité de faire tomber le régime. Et la version dite "pas de soldats au sol" est dépassée.


Le daesh menace washington par Populi-Scoop

Répondre à cet article