POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Israël clôt l’affaire des 4 enfants palestiniens : un crime colonial.

La thèse de "Tsahal" bat les témoignages des journalistes...

vendredi 12 juin 2015
par Azouz Benhocine


Les crimes de guerre de l’Etat hébreu à l’encontre des palestiniens ne se comptent pas et la résistance à la dernière colonisation que connait l’humanité, est qualifiée de "terrorisme". Un de ces actes orduriers qui tombent sous la qualification "d’acte criminel" des juridictions internationales, est "la mort des 4 enfants palestiniens sur une plage" en plein offensive, dernière d’une série, contre la prison à ciel ouvert de Gaza...

Voir en ligne : Notre dossier : GAZA

Sous les yeux de plusieurs journalistes, la bavure de l’armée israélienne n’est pas la première à être rapportée. Malgré l’immense black-out de la censure militarisée d’une occupation qui a le nom d’une spoliation d’un peuple de sa patrie avec les complicités dans nombreux médias du Monde, le fait n’a pas été anodin. Et une pseudo enquête a été diligentée par une justice de guerre et de conquête...

Nos articles choisis
- Crime contre les droits de l’homme à Gaza , Par Jimmy Carter.
- Gaza-2014 : l’escalade pour saper le processus de paix...

Le 16 juillet 2014, une première frappe a touché, peu après 16 heures (14 heures en France), une cabane de pêcheurs sur la digue du port de pêche de Gaza. L’un des enfants meurt sur le coup. Puis, une deuxième atteint le groupe sur les mêmes lieux de bord de mer et en tue trois autres.

Le groupe de gamins jouait. Après les deux pilonnages, des enfant terrifiés, couraient. Certains, ensanglantés, remontent la plage attenant au petit port, en criant, pour se réfugier dans un hôtel, situé à quelques 200 mètres. Là où résident des journalistes qui se sont trouvés témoins malgré eux d’un événement dont la justice israélienne vient de définitivement fermé le dossier.

Ce crime de guerre est classé une erreur de "Tsahal" (l’armée israélienne). L’enquête criminelle n’a pas lieu d’être. Les individus ont été considérés membres de la marine du Hamas.

Toute responsabilité quelconque est exonérée. L’enquête a déterminé qu’il n’y a pas eu de meurtres. Et Israël exclut que des frais en découlent de la mort des 4 enfants. Un verdict final qui résonne en impunité, c’était sous les caméras et les yeux de nombreux journalistes...

L’attaque de Gaza a duré 50 jours. Elle a fait au moins 2189 morts palestiniens, dont plus de 1 486 civils à plus de 50% d’enfants, et 11 000 blessés. Une certaine impunité de la Terre promise...

Répondre à cet article