POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


A la frontière Algérie-Tunisie, le terrorisme en hausse



Une recrudescence alarmante par la présence des djihadistes


vendredi 15 mai 2015
par Damien Djamel Bouch’Raf


Nous avons publié le bilan de l’action antiterroriste du mois d’avril 2015 en Algérie, dans un de nos récents articles. Ce qui est frappant, c’est le nombre de caches d’armes, de diverses provisions (y compris alimentaires) et d’autres équipements comme les générateurs mécaniques d’électricité.

Outre l’élimination d’individus d’une manière disparate, ces signes montrent que les préparatifs vont bon train pour une recrudescence régionale et une explosion plus globale, auprès des territoires et des populations ayant une pratique militante de l’islam, des violences terroristes.

Nos articles sur le terrorisme au Maghreb
- Avril 2015 : où nombreuses caches d’armes et de provisions sont au bilan
- Avenir de l’industrie de défense en Algérie, des dépenses juteuses
- L’alerte algérienne contre les djihadistes se tourne vers la coopération...

L’avancée de l’islamo-terrorisme séduit nombreux islamistes qui, notamment de plus en jeunes, s’engagent à concrétiser leurs macabres buts criminels. Et c’est la situation de l’ensemble des pays musulmans, où il ne se passe pas un jour sans d’horribles actes viennent mettre au devant que l’avenir de l’insécurité n’est point en phase d’être résiduelle ou freinée.

Au même moment que flambe partout la violence terroriste, certaines régions s’avèrent être plus exposées. Notamment en Afrique du Nord, les appels au djihad se multiplient, tant par des prêcheurs dans les mosquées que par les leaders tel Abu-Bakr El-Baghdadi, à la tête du premier pays terroriste, l’Etat islamique, s’adressant à l’ensemble des musulmans.

A la frontière commune de l’Algérie et la Tunisie, les fiefs terroristes ne cessent de se former et les attentats sont devenus très fréquents. Cependant les armées des deux pays, face au sanctuaire libyen, portent très souvent des coups destructeurs aux groupuscules qui surgissent quasi quotidiennement.

L’élimination de plusieurs terroristes, souvent se déplaçant par deux personnes, dans l’est algérien (dans la la wilaya de Tébessa) pendant la première quinzaine du mois de mai, s’est faite à 2 reprises.

Mais plus loin, en Tunisie de telles interventions des militaires se soldent par des prises plus importantes. Au mont de Sammama, (Kasserine où déjà des actes terroristes se sont produites) 5 terroristes ont été abattus le 13 mai par l’armée tunisienne. Cette dernière a même trouvé des pièces d’identité sur certains tués qui attestent qu’ils sont d’origine algérienne, comme le montre des illustrations diffusées après l’opération (VOIR ci-bas, le passeport d’un certain Sellami Mourad originaire d’El-Khroub).

Aussi, sur renseignements authentifiés, les autorités algériennes ont informé leurs voisins d’une liste de 22 personnes venues de Libye, où ils ont subi des entraînements. Ce groupe a été aussi désigné avec « Kawkebet El Chouhada ». Parmi lesquelles 2 tunisiens, pas moins de 4 mauritaniens, 3 algériens et 2 égyptiens et d’autres nationalités de pays arabes et africaines, dont une majorité de maliens.

Si l’Algérie, grâce aux revenus pétroliers, peut permettre à son armée des équipements importants pour lutter. La Tunisie est dans la difficulté budgétaire de doter ses militaires de moyens adéquats. Lors d’une réunion tenue le 12 mai, l’Ambassadeur américain Walles a informé le Ministre de la Défense Farhat Horchani de la livraison de 52 véhicules à roues multi-usage à haute mobilité (HMMWV) et un bateau de patrouille de 20 mètres (65 pieds).

Répondre à cet article