POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Dakdouk (Daqduq) libéré en Irak malgré la pression des USA



Innocenté, ce cadre du Hizbollah libanais regagne son pays


samedi 17 novembre 2012
par Gros Emile


Le Pentagone juge l’attaque du 20 Janvier 2007 à Kerbala (Irak) est la plus audacieuse et sophistiquée qu’ont essuyé les forces forces américaines et leurs bataillons de diverses nationalités, depuis l’invasion de l’Irak en 2003. Elle s’est soldée par l’enlèvement de 5 soldats des GI’S qui ont été tués et 3 autres blessés gravement. L’homme accusé d’avoir dirigé cette opération a été signalé au Liban, son pays d’origine, ces derniers mois. Ce qui crée une polémique...

Attribuée à L’Iran et au Hizbollah libanais par les responsables américains, elle est la seule connue dans le monde où des combattants, toutes tendances confondues, ont réussi à se faire passer pour des soldats américains, en parlant un anglais ayant l’accent approprié.

D’après aussi les américains Ali Moussa Dakdouk, un militant du Hezbollah arrêté en 2007, par les forces de l’alliance ayant participé à l’invasion, à Bassorah. Il a été présumé derrière cette opération marquante. Après son arrestation, il s’est fait passé pendant des mois pour un sourd-muet, coupant ainsi à toute libération de paroles pouvant faire avancer l’enquête.

Quand l’administration d’Obama a officiellement mis fin à la guerre en Irak, après neuf ans, elle a aussi décidé de remettre Ali Moussa Dakdouk, devenu encombrant et était proposé à être interné à Guantanamo, aux autorités locales irakiennes. Ces dernières s’étaient engagées à l’emprisonner pendant au moins quatre années, mais finalement il vient d’être libéré en toute discrétion.

La relaxation de Dakdouk vient de créer un agacement des américains et un déchaînement des médias israéliens. Alors que les autorités irakiennes ont déclaré qu’aucune preuve n’est établie dans son implication dans la frappe qui a étonné avec le professionnalisme jamais constaté, dans les nombreuses adversités s’attaquant militairement aux Etats-Unis.

L’avocat irakien Abdel Mehdi el-Mouteiri, chargé de la défense de ce militant libanais, a déclaré dès son arrestation que son client sera libéré pour manque de preuves concrètes contre lui et que sa détention était politique et non juridique. Obama ne voulait plus de prisonniers à contenir à Guatanamo, et dehors de cette prison aux Etats-Unis ou ailleurs un jugement devait être obligatoire.

Comme son histoire date de 5 années, le secrétaire à la Défense des USA, Leon Panetta, a déclaré à Reuters, début de l’année 2012, qu’il avait reçu des assurances de l’Irak que Dakdouk ne serait pas libéré, même si le tribunal irakien le blanchit des accusations.

Ayant lui-même reconnu, comme il est renommé, être militant du Hizbollah depuis 1983.

Il est classé par la CIA t le Pentagone aussi comme un élément actif de l’unité d’élite iranienne « Al-Qods » qui est dite, par les services secrets américains et israéliens, relèvant des Gardiens de la Révolution et sous les ordres et la responsabilité directs des hautes autorités iraniennes.