POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Son 5è mandat impopulaire, Bouteflika passe 8 jours de soins à Genève !



Une candidature dangereuse pour la stabilité du pays et la crédibilité de l’Etat


samedi 2 mars 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


Alors que le dernier séjour pour hospitalisation de Bouteflika, à Genève en Suisse, demeure dans le grand secret, les mauvaises sources d’informations à Alger s’adonnent à des spéculations infondées, voire farfelues. Notamment d’un changement inutile, voire inopportun même et dont l’urgence n’est guère avérée, de membres du gouvernement...

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Au 2 mars 2019, cela fait 7 jours que le président algérien se fait soigner En Suisse. Et pour la première fois, depuis son arrivée en hospitalisation, l’établissement médical s’exprime non pas sur l’état de santé de Bouteflika, mais justement sur la désinformation médiatique concernant son patient.

Dans un premier communiqué de la présidence de la République algérienne daté du 22 février, le raïs Abdelaziz Bouteflika, devait être pendant 48 heures à Genève en Suisse, pour du contrôle médical de routine. Mais nous sommes arrivés à plus d’une semaine de séjour inexplicable, ce qui donne une idée nauséabonde de la gouvernance en Algérie.

Ce 2 mars alors que Populi-Scoop publie ce sujet, c’est l’anniversaire du président algérien. Il fête son 82 anniversaire alors qu’il se trouve sous des soins cachés à son peuple. Les derniers traitements pensent les connaisseurs en médecine, qui s’exprime sur le constat de sa dernière apparition public.

- Est-elle Web-2.0, la révolte qui en Algérie est raffermie d’un civisme inédit ? 27 février 2019

Alors que son entourage tente de le maintenir coûte que coûte en vie, les contrôles médicaux de routine sont suspectés de masquer le désarroi généralisé. Le séjour s’avère trop long et les manifestations ne cessent pas dans le pays, pour casser l’idée de son éventuelle 5e mandat

Selon diverses sources, dont RT, le site et la chaîne d’informations russe, le chef de l’Etat algérien devait subir une intervention chirurgicale. Chose qui n’est pas vérifiable, mais reste plausible vu la lenteur des soins en Suisse.

D’ailleurs c’est l’une des sources qui a révélé, elle en premier avant bien d’autres, son déplacement, qui est depuis carrément le 22 février. Date de la première manifestation d’ampleur en Algérie, contre le prétendu 5ème mandat.

La même plateforme médiatique russe, il y a 6 jours, a précisé qu’il au 9e étage, sans donner de précisions. Par exemple donner d’adresse ou autres indications. Par contre elle a précisé que l’accès au lieu où il est hospitalisé est impossible. Notamment les couloirs sont obstrués et les escaliers comme s’ils n’existent pas. Sans parler aussi de surveillance...

Alors que les Algériens attente le certificat médical pour qu’il puisse se présenter à l’élection présidentielle Du 18 avril 2019, l’hôpital suisse dont même le nom ou l’adresse restent inconnus, ne donne pas la moindre information sur le président.

Surtout aucun signe de bonne santé, quand cette dernière hospitalisation s’allonge dans la durée. L’hôpital suisse indique, et c’est aussi pour la première fois, que les informations qui circulent sur la maladie du président algérien, notamment dans les médias et les réseaux sociaux, non aucun rapport avec les activités de cet établissement sanitaire.

- Pour addiction au trône, Bouteflika est devant un inexpugnable printemps algérien 27 février 2019

L’hôpital a répondu aux journalistes, notamment contacté par les médias suisses et l’AFP, la direction des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), n’a pas voulu s’exprimer. Insistant qu’aucun mot ne peut être dit. Et en bloc, l’interlocuteur réfute tellement soit une source quelconque de ce qui est dit ici et là.

D’après plusieurs intervenants sur les réseaux sociaux, aussi bien du côté des officiels que du côté des journalistes et des communicants ainsi que de la société civile, la candidature de Monsieur Abdelaziz Bouteflika est maintenue. Et ce malgré les grands problèmes de santé ainsi que la révolte populaire qui secoue le pays.

D’après la chaîne de télévision européenne Euronews qui a cité, sans la nommer ou donner son statut, une source sécuritaire algérienne, l’avion qui devait ramener le président Abdelaziz Bouteflika à son pays, le dimanche 3 mars, s’est dirigé le samedi 2 mars à la ville helvétique, Genève.

D’après la même chaîne de télévision européenne, le chef d’état-major de l’armée en l’occurrence monsieur Gaïd Salah a suggéré au président Bouteflika de rester en hospitalisation jusqu’au 3 mars. Ce qui rend sa version tenable.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article