POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le pétrole irakien siphonné par l’alliance sacrée : ISIS-Turquie



L’un des soutiens régionaux aux terroristes se fait au grand jour


mercredi 9 décembre 2015
par Azouz Benhocine


Des troupes turques, d’un pays membre de l’OTAN, s’invitent en territoire irakien. La dénonciation du président irakien, alors que les forces de son pays sont en train de libérer la ville de Ramadi, est venue du premier concerné. L’autre réaction est la convocation d’un conseil de sécurité, par la Russie, à propos de cette présence militaire entre voisins. Le double-discours des islamistes du Bosphore a toujours troublé, le soutien de la Turquie à l’Etat Islamique est maintenant au grand jour...

Voir en ligne : Nos articles sur Irak et Syrie.


Géographie de l’Etat Islamique dans une région... par Populi-Scoop

Des régions irakiennes sont reprises de l’occupation des hordes du Daesh. Aidés par les frappes de la coalition, l’armée et les Peshmergas kurdes gagnent en Irak. En Syrie, c’est laide russe qui apporte un changement du rapport de force au front des combats entre régime et factions terroristes.

Wikileaks qui fuite des informations toujours croustillantes, vient de révéler, avec des preuves, la préparation de l’opération pour abattre l’avion russe. C’est un lanceur d’alerte turc qui a fourni cette dénonciation. À consulter ci-bas.

La Turquie n’a jamais pensé un seul instant à fermer sa frontière avec la Syrie où ont explosé les cruautés. Les conflits des voisins, Irak et Syrie, étaient devenus juteux pour les turcs. Les commerces côtiers destinés à vendre des gilets de sauvetages et des embarcations gonflables, pour une traversée de quelques dizaines de kilomètres pour la Grèce, aux réfugiés est aussi l’image du comportement "business" d’Ankara dans l’instabilité de la région.

Nos derniers sujets.
- Le Daesh en Irak recule et se mêle aux populations
- La Turquie et l’Etat Islamique : l’alliance religieuse !
- Nombre et motivation des "djihadistes" en Irak...

Ankara a réagi aux déclarations, déclarant qu’elle déployait ses troupes en Irak dans le cadre du programme de la coalition occidentale. Elle justifie la présence de ses forces armées, qui n’est pas démenti comme le trafic de pétrole, avec un programme d’entraînement des futurs soldats qui lutteraient contre Daesh. Et insistant bien faisant partie de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

Le régime islamiste qui dirige actuellement en Turquie et vient de remporter les dernières élections législatives est devenu le mauvais élève de l’OTAN, il s’est mis à dos ses voisins et de loin préoccupé du nouveau règne de l’Isis (Etat Islamique). Les relations entre l’Irak et la Turquie ont été relativement toujours tendues, même la visibilité du conflit avec irano-irakien avait les devants.

L’invasion du Koweït par Saddam Hussein a compromis, à son époque, les relations bilatérales, depuis l’armée turque n’hésitait pas à lancer des raids transfrontaliers contre les rebelles kurdes. L’émergence du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l’Irak est par ailleurs source de tensions.

Cette intervention de plus de quelques 120 soldats turcs en Irak, d’autres sources parlent de 600 militaires, reste inexplicable. En effet, le quotidien turc Hurriyet affirmait qu’"avec 600 soldats, la Turquie était en train d’établir une base dans la localité de Bashiqa dans la région de Mossoul", en vertu d’un accord entre (le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani et le ministre turc des Affaires étrangères.

Pourtant les relations avec les terroristes qui ont libéré les 80 turcs du consulat de Mossoul, ville considérée capitale de l’Etat Islamique, reviennent chaque fois au devant. Profitant des discussions sur la présence de contingents de soldats étrangers, notamment que l’OTAN et la Russie ne démentent pas, la Turquie a entamé cette incursion.

Une manœuvre incompréhensible au moment où le Daesh est déclaré difficile d’être renversé. Ses armes et ses recrutements ne cessent de s’amplifier pour une guerre de positions autour de Mossoul. Région où le pétrole, le trafic des monuments archéologiques et d’autres activités commerciales sont échangés entre daesh et le business turc.

Irak et Turquie
«  Turkey Iraq Locator  » par Phoenix B 1of3 at en.wikipediaTravail personnel Transferred from en.wikipedia. Sous licence CC0 via Wikimedia Commons.

Répondre à cet article