POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les néonazis se déchaînent en Ukraine !



Brigades de la mort et milices de voyous exhortent à rejoindre l’UE


lundi 20 avril 2015
par Azouz Benhocine


C’était pour la liberté et la démocratie, ou même selon un brin de noblesse contre la corruption, que l’imitation du « Printemps Arabe » s’est faite à place Maidan à Kiev, capitale de l’Ukraine. Alors inondée par les révoltés, un certain BHL a été vu, comme en Libye, pour tout bonnement court-circuiter le semblant de révolution.

Voir en ligne : Notre dossier : UKRAINE

Les choses s’accélèrent dans ces régions, à se demander vers quel dessein ? Quelle alerte donnée, face à de lourds médias qui cachent l’essentiel ? Et obéissent aux règles qui travaillent pour une influence néfaste ayant les moyens d’imposer des informations. La mort d’un député et d’un journaliste en Ukraine est la partie visible de l’iceberg, car au pays profond et dans le quotidien, les atrocités du néofascisme s’installent en Ukraine.

Des articles sur l’Ukraine
- Simplicité Ukrainienne : une base de l’OTAN pour la levée du visa

- En Ukraine, l’Europe au service de l’OTAN poussée à la guerre

- Comment l’Europe prépare sa 3ème guerre mondiale ?

Le jeudi 9 Avril, les distributeurs (machines ou boîtes de distribution libre-service) qui contenaient l’édition du journal du journal « Kiev Vesti » ont été saccagés. Les attaques se sont produites autour de « Héros de Dnepr » et les stations de métro « Vasylkivska ».

Dans les deux cas, le scénario était le même : la machine de vente a été détruites par deux voitures d’où sont sortis des hommes non identifiés et portant des symboles de la « Secteur droit » qui ont saisi illégalement le journal. Dans le cas de la station de métro « Vasylkivska », le livreur qui remplissait la boîte a été battu et les assaillants ont menacé de brûler sa voiture.

Faut-il aussi décrire les déchirements qui se passent au pays du Maghreb ? Alors qu’en Europe de l’est, les néonazis, précédant l’avancée de leurs semblables à l’ouest, ont pris le pouvoir à Kiev, ou bien sont déjà des centres de décision qui augurent de sombres lendemains. Ils sèment leur innommable système de terreur, encore plus atroce et criminel que celui des islamo-terroristes.

Avant que ne soient abattus le député kalachnikov et le journaliste Bouzina pendant la journée du jeudi 16 avril, des tas d’évènements ont été vécus en Ukraine. Des enlèvements d’opposants à l’actuel pouvoir ont été massifs, ainsi que la confiscation de pas moins de 10 000 sites Internet.

Ces persécutions ont été relatés par un rapport de presse, à consulter ICI. Les kidnappés sont détenus dans des camps ou prisons inconnus et bien d’autres désespérés opposants du chaos et du régime actuel sont sans défenses.

Les services de sécurité actuels sévissent maintenant publiquement contre les journalistes indépendants et les blogueurs. Déjà qu’en plein occupation de la place Maidan, les images marquantes montraient des agressions de présentateurs de chaînes TV ont été diffusés.

Les premières enquêtes alternatives et parallèles, à ceux que diffusent les supports des pays européens d’abord et des pays occidentaux en général avec un pilotage des Etats-Unis, ainsi que le régime de Kiev dont le gouvernement est totalement noyauté par les néonazis, révèlent que les groupes d’extrême-droite, composés de voyous, sont liés à même la Maison Blanche.

Répondre à cet article