POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


De la désinvolture à l’aventurisme !



Ou l’imprudence qui ne paie pas, 2 journalistes tunisiens otages en Libye...


samedi 14 février 2015


Quand on prend une initiative quelconque, par exemple, pour s’expatrier clandestinement à ses risques et périls, créer une entreprise sans disposer des fonds nécessaires, entreprendre un voyage dans un pays ravagé par des troubles et conflits armés, il est normal qu’on doit assumer les retombées conséquentes de cette initiative…

Voir en ligne : Notre article sur les 2 journalistes tunisiens enlevés en Libye

A ce jour, l’exécution des deux journalistes tunisiens détenus par les islamo-terroristes en Libye reste à vérifier. Pendant qu’il s restent disparus, il est impossible de savoir que leur absence. Sofiene Chourabi et Nadhir Ktari sont portés disparus dans l’est de la Libye depuis septembre 2014 et leur sort reste inconnu.

Pour tout geste maladroit ,il y a toujours un prix à payer. Et c’est toujours l’Etat qui assume les fautes des autres. Les deux journalistes, partis de leur propre mouvement en Libye, en dépit des troubles qui sévissaient dans ce pays, étaient fort insouciants du calvaire qui les attendait et des tracasseries que leur audacieuse aventure allait causer à l’Etat.

TOUS Les articles du Dr Mohamed Sellam sur POPULI-SCOOP

Quand je vois leurs deux portraits affichés en médaillon constamment dans le coin supérieur de la TV nationale, j’estime pour ma part que ce geste impromptu frise le scandale et l’ignorance. D’autres loustics, pour gagner la sympathie de la rue et la notoriété tant souhaitée, ne peuvent rien faire de mieux que d’entreprendre la même aventure…

Or, dès leur débarquement sur le sol libyen, ils furent arrêtés par un groupe d’islamistes fanatiques, puis quelque temps plus tard, par un miracle inattendu, ils furent relâchés après s’être engagés d’un commun accord de quitter le pays dans l’immédiat.Mais ces deux journalistes, toujours insouciants de la situation catastrophique dans le pays, peut-être par arrogance et vanité, n’ont pas honoré leur engagement.

Ils furent alors arrêtés à nouveau et dès lors, leur sort est devenu imprévisible. On ne sait plus maintenant qui les a kidnappés ? De même qu’on est loin de savoir où ils sont, en dépit les efforts gigantesques déployés pour découvrir le lieu de leur captivité.

Dès lors, leurs proches, à cor et à cri, ne cessent de réclamer leur retour sains et saufs. Comme si l’Etat était responsable de leur coup de tête. Vu la situation en Libye, j’ai la pleine certitude qu’ils étaient conscients de ce qu’ils faisaient. Ils sont responsables de leurs actes,donc ils doivent assumer leur sort avec résignation…

En outre,que dire au sujet de ceux qui acceptaient,pour une raison ou pour une autre,de prendre des embarcations improvisées et fragiles pour aller chercher une autre vie sous d’autres cieux qu’ils jugeaient plus cléments et plus prometteurs ? Mais, par malchance, ou bien ils perdaient leur vie en cours de route,ou bien ils sont recueillis par les autorités étrangères pour être oubliés dans des sombres cachots…

Or leurs familles, d’une manière désinvolte, se lançaient dans des campagnes souvent déchirantes, exigeant de l’Etat le retour de leurs enfants, comme si l’Etat était responsable de leur coup de folie ! Peut-on féliciter tout comportement de réalité farfelue ?

Dr Mohamed Sellam

Répondre à cet article