POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Boycott de Netanyahou au congrès, un mouvement est lancé



Sujet de débat, l’allocution controversée et arrogante envers la paix


samedi 7 février 2015
par Hugo Mastréo


L’allocution de "Bibi", le premier ministre israélien, sur invitation du congrès américain où sont majoritaires les républicains qui l’invitent, connait une flopée de désistements des figures habituellement venant à la rescousse de l’Etat hébreu, pour influencer la diplomatie des Etats-Unis. Pour certains observateurs, c’est un mouvement d’annulation qui est lancé, au moins les absences seront nombreuses, un virus de grippe obligerait les élus à rester chez eux.

Voir en ligne : Notre dossier : NETANYAHOU

D’autres, comme les porteurs d’une alerte qui pousse à l’annulation, présentant le mouvement protestation ont lancé un cri de boycott qui ne peut être caché. Pourra-t-il bloquer la présence de Netanyahou, dans l’hémicycle qui fait office de seconde institution ayant main haute dans les décisions de la politique générale des USA, d’ici son jour "J" ?

La contestation de cette présence du responsable israélien, natif de Tel-Aviv et ayant fait ses études aux Etats-Unis, a déjà fait entendre parlée d’elle, au sein même du congrès. L’arrogance qui a marqué certains, lors d’un précédent passage, avait choqué. Mais acte commis, donc vite enterrée.

L’événement qui a grandement rassuré Israël des engagements renouvelés de soutien de la première puissance du Monde, n’a jamais été autant chahuté, que comme cette fois. Un vent de refus de ce passage devant les élus fédéraux, se réveille alors que même en Israël le doute commence à s’installer quant à l’opportunité de cette prise de parole.

Attendu pour le 3 mars prochain, soit à peu plus de deux semaines des élections en Israël, ce discours, à la rhétorique rodée, est considéré comme une sape aux efforts, d’ailleurs impuissants de la Maison Blanche, de trouver cape à la paix au conflit israélo-palestinien.

Plusieurs éminents démocrates, notamment le légendaire leader américain des droits civiques John Lewis, a déclaré qu’il sera absent. « Je pense que c’est un affront au président et au Département d’Etat cette intervention... » , a déclaré Lewis sur l’invitation faite à Netanyahu. Il est suivi par le non-moins agitateur Jim McDermott, le dénonciateur des mensonges de G. W. Bush pour la guerre en Irak, qui lui dit ouvertement le « Boycott ».

Le vice-président Joe Biden sera à l’étranger et n’occupe pas le fauteuil du président du Sénat, de la seconde chambre, habituellement derrière Netanyahou, comme lors de la dernière prestation, qui a laissé une trace abusive à l’égard des actions du Président Barack Obama, sera absent, prétextant un voyage...

Les faucons américains comptent toujours sur le thème des sanctions contre le programme nucléaire iranien, pour admettre la parole usurpée au représentant de l’Etat hébreu, mais la Maison Blanche rejette toutes nouvelles répressions contre l’Iran. Elle ne cesse de le répéter.

Jim mcdermott.jpg
"Jim mcdermott" by Unknown : official portrait - http://www.house.gov/mcdermott/biography.shtml. Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons.

John lewis official biopic.jpg
"John lewis official biopic" by U.S. Congress - http://www.house.gov/johnlewis/images/john_lewis_official_biopic.jpg. Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons.

Répondre à cet article