POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La belle démocatie des USA, n’est pas aussi rose que l’on croit...

Parutions littéraires à la veille des élections aux USA.



Livres révélateurs des dessous que Barak Obama ne peut pas changer.


lundi 28 avril 2008
par Rebel Kazimir


Avec les quatre premiers mois de l’année 2008, quelques analystes à la pointe de la connaissance du mythe yankee, certainement davantage inspirés par l’étendu du branle-bas électoral, ont fait paraître des travaux. Dans ces œuvres livresques que nous avons tenté de décrypter, l’explication du destin du libéralisme américain qui s’accouple bien à l’avenir d’une société refusant de baisser les bras dans son influence sur le reste de la Terre, n’est plus aussi envoutant que par le passé miné par les fortes inégalités.

Ecouter en MP3, cet article en cliquant ICI.

DANS CET ARTCILE UNE VIDEO TRES SIGNIFICATIVE DE LA CAMPAGNE ELECTORALE DE BARAK OBAMA.

Des livres qui soulèvent les inégalités et la censure aux USA, leurs particularités ils sortent à la veille des élections 2008 et en Europe pour échapper à l’interdit officiel et institutionnel d’un régime qui prétend propagaer la démocratie...

La plus pose photo de Barak Obama Image hébergée par servimg.com

Avec les quatre premiers mois de l’année 2008, quelques analystes à la pointe de la connaissance du mythe yankee, certainement davantage inspirés par l’étendu du branle-bas électoral, ont fait paraître des travaux. Dans ces œuvres livresques que nous avons tenté de décrypter, l’explication du destin du libéralisme américain qui s’accouple bien à l’avenir d’une société refusant de baisser les bras dans son influence sur le reste de la Terre, et dont l’influence n’est plus aussi envoutante que par le passé minée par les fortes inégalités.

Parutions littéraires à la veille des élections aux USA, c’est aussi la bonne saison. Ce mois d’avril à renaissance printanière nous a exhortés, plus que les autres mois écoulés, à suivre les soubresauts de l’investiture des démocrates américains à travers deux candidats qui n’ont rien de commun, sauf la chapelle politique. Beaucoup, sinon tous, des habitants du monde ont suivi les échéances écoulées et sont stupéfaits du processus par lequel les républicains ont, avec presqu’une simplicité déconcertante, placé leur candidat, John Mac-Caine, alors que le camp adverse tient en haleine pour la suite attendue en résultat crucial renfermant de minces espoirs. Une bonne majorité des terriens continuera encore de scruter le déroulement de l’atmosphère toute circonstancielle de la faisabilité de l’activité politicienne au pays du Lincoln, jusqu’au jour J.

Image hébergée par servimg.com

L’attrait est rehaussé par la déférence envers cette puissance surestimée en gendarme universel. Surtout que le questionnement essentiel sur les parcours à rebondissements auxquels se livrent autant l’ex. première-dame, Mme Clinton bien classée aux remparts du conservatisme, que le métis Obama Barak vu comme le phénomène du postmodernisme, n’a pas encore de réponse. Et parce que la dispersion du spectre de la communication vit pleinement son ère et convie les terriens, de même chez eux, à suivre ce qui se passe dans ce pays bien rayonnant.

Avec les quatre premiers mois de l’année 2008, quelques analystes à la pointe de la connaissance du mythe yankee, certainement davantage inspirés par l’étendu branle-bas électoral, ont fait paraître leurs travaux. Dans ses œuvres livresques que nous avons tenté de décrypté, parce qu’ils expliquent tant-soit-peu le destin du libéralisme américain qui s’accouple merveilleusement à l’avenir d’une société refusant de baisser les bras dans son influence sur le reste de la Terre, et dont l’influence n’est plus aussi envoutante que par le passé minée par les fortes inégalités et les interdits officiels et institutionnels.

Très peu de littératures continuent comme « Américan Vertigo » de Bernard-Henri Lévy continuent de faire l’apologie du pays aux défauts incalculables, y compris les anglais qui nous offrent plusieurs titres aussi remarquables les uns que les autres. Le plus percutants est : « De l’inégalité en Amérique. La vague conservatrice de Reagan à Bush »(1), suivi « De la religion en Amérique »(2) et « Obama, le roman de la nouvelle Amérique »(3) revenant à des français. En plus depuis les dernières guerres expéditives en Irak et en Afghanistan qui interpellent fortement les américains avec les mêmes intonations que l’agression impérialiste du Viêtnam car dépourvue de justesse en leurs causes, créant une culpabilité tout autour de leurs menées et conséquences. Elles sont à l’origine d’une crise identitaire transversale qui sillonne profondément et avec un choc tel une brisure foudroyante, ce peuple ressentant qu’il est tout-à-fait offensé en deux temps.

Image hébergée par servimg.com

Premièrement par son dirigeant actuel qui ne remonte aux devants des scènes diplomatique et n’est plus apprécié de part le monde. Et en second lieu par les appels incessants, aux meurtres et aux saccages, de terroristes que les américains avaient cru avoir apprivoisés dans des élans anticommunistes, se rendant-compte que la bête immonde est indomptable et tarde à être éradiquée. C’est là qu’une certaine déprime donne à la conscience collective le malaise d’une culpabilité pour l’agressivité des rapports avec les non-partenaires étrangers, classés par étroitesse en ennemis à attaquer toujours et davantage. Cette remise-en-cause du soi américain est loin d’être généralisée et trouve son panacée dans l’obligation de se défendre par la dissuasion.Ce qui donne désormais plus d’importance à l’intéressement exogène, aux yeux des citoyens américains pour savoir ce qui est pensé d’eux. C’est aussi la recherche de sauver la face du fatras local de violence et faits sociaux comme les fusillades dans les établissements scolaires. 36 fusillades entre vendredi 18 avril 2008 et lundi 21, uniquement dans la ville de Chicago faisant 7 morts et nombreux blessés. Du plan international ceux, des américains, qui savent que le président G.W. Bush termine en queue de poisson son règne, ne pouvant se déplacer dans le monde et surtout en Europe, l’allié traditionnel, sans ameuter des dizaines de milliers de manifestants à le dénoncer pareillement à un criminel de guerre malaimé, n’attendent que la nouvelle tête vienne redorer les blasons. La honte prioritaire !

A force de nous asséner que la meilleure démocratie du monde est celle du pays de martyr Martin Luther King, plutôt là où on l’a assassiné, le doute s’est installé dans nos méninges avides de vérités antinomiques, celle qui s’aperçoivent dominées, dont on ne tient pas compte et qui pourtant nous chatouillent les esprits. Rappeler que la démocratie est toujours discutable, perfectible, reste à établir, ébauche interminable et ouverte à des réaménagements qui lui apportent de meilleurs facultés ainsi qu’une perspective d’avenir, interpelle. Le mot « chantier » lui convient le mieux et laisse entendre que la chose se réalise. Elle n’est pas toute faite, toute construite même si des faits probants laissent croire qu’elle s’exerce. Et comme on arrête jamais d’entreprendre en matière démocratie, l’incertitude pousse à vérifier l’authentique de l’ivraie. Dans l’ensemble de ce qui ne satisfait pas et met moralement à nue cette démocratie, oblige au scepticisme...

Image hébergée par servimg.com

POPULISCCOOP vous montre l’une des vidéos marquantes de la campagne de Barak Obama

Par respect au peuple américain qu’on ne peut confondre avec son administration, nous nous ne contenterons pas d’amoindrir les riches particularités de ce pays par sa forte criminalité endogène ou bien par la grotesque médisance gratuite que : les Etats-Unis n’ont pas d’histoire. Le premier fléau n’étant pas leur propre sans nul-autres parmi toute l’humanité et la seconde métaphore écourte tous les siècles depuis que le continent a été découvert. Cette dernière formule désormais n’étit plus admise dès la première décennie où Christophe Colomb foula le sol du continent encore nouveau et toujours en métamorphose. Si ailleurs on peut se limiter au pour ou au contre envers la politique américaine... En France deux points de vue entièrement paradoxaux sur le fond, restent à égale opinion admiratif du point de vue culturel, et sont colportés ou assumés entièrement tant à droite qu’à gauche. Ils facilitent une lecture limpide par rapport aux ambiguïtés et tergiversations généralisées ailleurs.

Du côté de la première tendance on en est globalement à la béatitude admirative du capital faiseur de la croyance en « le marché », concurrentiel et échangeur de la finance entre les acteurs spéculateurs et peu productifs, même si Sarkozy, qui représente une droite qui se veut pragmatique, a tenu des propos concernant la nécessité de régulation. Du côté de la gauche on s’exalte surtout des luttes et conquêtes féministes et raciales. Les deux familles politiques de France croisent leurs armes sur la discrimination positive chère au camp adverse, comme une radicalité qui n’ait point de concessions à offrir et pour qu’on ne puisse pas faire reculer l’époque sur cette question. Et ce sont justement les banlieusards, toutes origines confondues regroupés sous BBB (Blacks, blancs, Beurs) qui n’arrivent pas à se frayer une place au soleil dans la partie hexagonale, qui trouvent rendez-vous avec la réussite, selon l’équivalent de la discrimination positive française à travers ce qui est « affirmative action » après avoir déjà exploré le Canada, l’Australie et le royaume d’Elisabeth.

Pays de la censure par excellence, la plus abjecte et de cynisme inégalé agissant en criminalité officielle, les mesures qu’elle enclenche font souvent unanimité comme une paranoïa collective du fait que l’Etat fédéral soit le décideur. Le maccarthysme, sagement assumé par beaucoup, est l’incarnation la plus juste des applications de cet interdit qui vise ceux suspectés de nuire ou de ne pas défendre les valeurs communes protégées par la puissance publique, donc légitimes. Et c’est la littérature romancée, journalistique et des essais, que vise chaque fois cette nuisance chargeant ouvertement les libertés de pensée et d’expression. Depuis les années 20 où les écrivains – Dos Passos, Fitzgerald, Hemingway... - ont pris conscience que le puritanisme américain leur est fatal, des vagues d’auteurs ont préféré l’exil auprès de grises banlieues européennes que le confort de leurs bercails. Comme l’ex. URSS, les USA gardent souvent leurs subversifs chez eux et aussi ne leurs autorisent pas la paix douillette en leur infligeant aussi leur goulag comme l’emprisonnement du maître du polar Dashiell Hammett ou bien des persécutions avec les dossiers du « FBI de Hoover »(4) et du « Beria Washington » (4) qui ont touché James Baldwin, Norman Miller, Allen Ginsberg et beaucoup d’autres.

Dans la puissante machine idéologique hollywoodienne qui a aussi le statut du pole industriel à orientation inaliénable, on se contente de glorifier, par moult fictions, la suprématie du pays pour faire passer un abominable mépris du reste du monde, reconstituer la personnalité américaine une fois effritée dans des aventures ruineuses et mettre au devant des malveillances en meilleure et éclairée sinécure. Ce qui a donné matière Théodore Roszak, considéré précurseur de la contre-culture suite à son ouvrage « Vers une contre-culture » paru en 1969, à décortiquer en 1991 dans « La conspiration des ténèbres » (traduit au français en 2004 faisant une vente de 70 000 exemplaires) l’immensité de cet appareil phénoménal du 7ème art qui fonde un imaginaire universel aussi fort que les conquêtes de l’espace par la NASA. Cet auteur publia en 2006 « La menace américaine » à la veille de la réélection de Bush-fils. Et son dernier livre « L’enfant de cristal »(5), qui sort en France qu’en son propre pays au regard du traitement d’indésirable qui lui est fait, et cette oeuvre est consacrée au thème du cinéma.

L’histoire dite de la « Black List » (la liste noire) qui est d’abord un livre portant ce tire, a visé des journalistes au professionnalisme incontesté, détenteurs les plus grandes distinctions (Pulitzer, Emmy Awards, Peabody Awards) illustre le système de contrôle et répressif, souvent chanté par ignorance ou complaisance envers la belle démocratie.Commencée en 1996 avec l’affaire de l’avion de la TWA à destination de Paris, qui explosa comme abattu par un missile tiré de l’un des nombreux bâtiments de la US-Navi en manœuvre là où a eu lieu le drame, elle explique désormais le culte principal d’une administration pervertie . Kristina Brojesson reporter et productrice très en vue, travaillant à CBS, qui découvre le pot-aux-roses constate aussi l’indécence, sans en être vraiment prête à une autre croyance, des règles abjectes en en place. Quand elle décide de savoir si vraiment la censure peut tant l’empêcher de faire son travail, alors qu’elle vivait l’idée idéale confectionnée par le précédent du Watergate, en enquêtant auprès de ses collègues, elle fut ahurie par l’éthique de surveillance généralisée et bien établie. Corruption en retraite dorée ou en cachets surévalués, licenciements, pressions, autocensure...

Toutes les panoplies qui laissent croire à l’inexistence de la liberté d’expression au pays de la belle démocratie, ont été vérifiées par Kristina. Surtout qu’il ne fallait pas toucher au niveau de la presse, pendant les années 90 où éclata ce scandale, à l’industrie du tabac. Mais ça reste encore en vigueur en matière d’autres industries de l’armement, de l’énergie, de la pharmacologie et bien d’autres secteurs où il est complètement impossible de révéler les malversations, secrets inhumains et autres odieuses réalités. Comme pour d’autres arts où la censure est omniprésente, nous y reviendrons un jour.

(1) « De l’inégalité en Amérique. La vague conservatrice de Reagan à Bush » de Godfrey Hodgson –Edition Gallimard

(2) « De la religion en Amérique » de Denis Lacorne –Edition Gallimard.

(3) « Obama, le roman de la nouvelle Amérique » d’Audrey Claire, -Edition Le Rocher

(4) « Le FBI et les écrivains » 1991, de Nathalie Robins - Edition Albin Michel.

(5) « L’Enfant de cristal » de Theodore Roszak, traduit par E. Ochs –Edition Le Cherche Midi, collection « Néo ».