POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Israël : un Etat voyou qui défie la communauté internationale

Les médias occidentaux contraires aux politiques, en complicité dans les crimes de guerre.

 

vendredi 7 décembre 2012, par Hugo Mastréo

Dans le concert des nations, Israël vient de subir la mise en échec de son comportement, et comme Etat- voyou, c’est ce qui est désormais reconnu aux yeux de nombreux pays. Pour mémoire, il y a quelques semaines, le projet d’agression de l’Iran, pour son programme nucléaire surveillé par des contrôles fréquents des agences de l’ONU, a créé un climat du pire péril. Cette démarche de voyou a été comprise en projet propre de nervi pour la violence et les guerres. L’Angleterre et la France promettent des sanctions contre Israël, si l’apartheid sioniste continue...

Voir en ligne : Notre DOSSIER -tous les articles- : Israël et Proche-Orient

Une série d’évènements viennent étayer clairement qui effectivement viole sans cesse les consensus de la communauté internationale. Tous les uns que les autres, de ces récents faits, désignent Israël comme une menace potentielle à la paix et la sécurité dans le monde.

Un vote récent de l’assemblée générale des Nations Unies a demandé à Israël d’ouvrir son programme nucléaire aux inspecteurs d’armes nucléaires. Dans ce lien un site israélien rapportant cette information. Cette décision unanime étant l’initiative qui a été la moins médiatisée, selon la légendaire connivence des médias occidentaux.

Voici une vidéo qui relate la place dans réunion d’Helinski

Le vote est intervenu, suite à l’annulation d’une conférence de haut niveau visant à interdire les armes nucléaires au Moyen-Orient. Toutes les nations arabes et l’Iran avaient prévu de participer au sommet à la mi-décembre à Helsinki, en Finlande. Mais les Etats-Unis ont annoncé le 23 Novembre qu’elle n’aurait pas lieu. Citant les troubles politiques dans cette région du Monde, où l’Etat hébreu sème la terreur, ainsi que l’attitude de l’Iran en matière de non-prolifération, les Etats-Unis font usage d’un double langage. L’Iran et certains pays arabes ont rétorqué que la véritable raison de l’annulation était le refus d’Israël de participer.

Au niveau des politiciens, contrairement aux médias faisant de l’auto-rétention, de nouvelles visions sont apparues avec le « Sommoud » (résistance non-violente) des palestiniens. L’admission de la Palestine comme membre observateur de l’Assemblée générale de l’ONU, avec 138 voix favorables, neuf contre et 41 abstentions, constitue aussi la grande défaite diplomatique de l’entité sioniste qui n’a aucune obligeance envers la communauté internationale.

La réponse à cette victoire, des colonisés qui se font spolier de leur terre, Israël a annoncé une offensive de sa colonisation punitive des Palestiniens. En approuvant de nouvelles colonies (que le monde entier juge illégal) et en bloquant les recettes fiscales qui permettent de payer des salaires des employés de l’Autorité palestinienne, la voyoucratie israélienne défie l’opinion mondiale.

Les USA ont décidé leur côté de suspendre leur aide annuelle habituelle, donnée à l’autorité palestinienne, d’un peu plus de 200 millions de dollars, suite au vote à l’ONU. Ceci d’une part, mais de l’autre, ils ont dénoncé et qualifié d’entrave à la paix l’expansion de l’occupation, sur les zones que la légalité internationale attribue aux palestiniens.

L’Australie et le Brésil ont convoqué mardi les ambassadeurs israéliens accrédités chez eux, pour protester contre la décision d’Israël d’étendre les colonies juives à Jérusalem-Est et de la Cisjordanie. Ces deux pays ont manifesté aussi leur désapprobation de retenir les recettes fiscales revenant à l’autorité palestinienne.

Ce mouvement de désaveu a été aussi suivi avec des actions similaires en Europe, traditionnellement c’était le silence. Où l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, la Suède et le Danemark ont soutenu les Palestiniens pour leur admission à l’ONU, la reconnaissance de leur Etat « transitoire ». Ils ont convoqué les ambassadeurs israéliens respectifs, pour le projet de construction 3000 logements sur les sols palestiniens

Ce que cachent encore les médias occidentaux, c’est aussi cela : la Grande-Bretagne et d’autres pays européens pensent à « de nouvelles mesures » hostiles à l’Etat hébreu, si ses responsables refusent d’annuler ses plans pour l’expansion des colonies.

Une vague de protestations diplomatiques et mondiales a été déclenchée suite à cette décision, marquée par une volonté d’accaparement des terres palestiniennes.

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT