POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > Humanit > Monde, actualit internationale, politique, relations, diplomatie, affaires trangres > Deux Dossiers Spciaux de POPULISCOOP. > U.P.M. Union Pour la mditerrane > Les documents conventions, charte, projets, articles... > Articles de presse sur UPM > ALGERIE / PATRIMOINE FORESTIER

ALGERIE / PATRIMOINE FORESTIER

Un crneau dinvestissement reconsidrer

mercredi 10 mars 2010, par Lyazid Khaber

En ces temps de rcession conomique, et en dpit des assurances pour le moins infondes du gouvernement quant aux consquences de la crise financires mondiale sur notre conomie, nest-il pas peut-tre utile de penser varier les ressources de notre pays, notamment par lexploitation des diffrentes potentialits existantes ? La ressource forestire, jusque-l presque totalement ignore, du moins de la part du large public Algrien et mme des investisseurs nationaux, intresss Pour la majorit du moins par le commerce des services et la transformation des produits semi-finis, souvent dcoulant dune importation effrne faisant le plein des caisses trangres ; au moment o de la matire premire parfois simplement exploitable attend toujours sa prise en compte.

En effet, si lon se rfre la production gnre ces dernires annes, et pour ne citer que lexemple du lige, lAlgrie trne aux premires loges lchelle plantaire. Autrement dit, lon dispose de plusieurs autres ressources directement extraites du tissu forestier dont dispose notre pays. Si lon reste dans la filire du bois, il ny a pas que la production du lige, ds lors que les diffrentes espces darbres permettent une exploitation des fins diverses ; linstar de la production du bois duvre, le bois de chauffage et celui usage de construction. Les statistiques tablies en fin danne 2008 par la DGF (direction gnrale des forts) permettent bien une visibilit en ce qui concerne lventualit dune exploitation plus adapte de ces ressources. Cest ainsi que lon compte lchelle nationale, pas moins 881 000 ha de Pin d’Alep, 230 000 ha de Chne lige, 48 000 ha de Chne zeen et Afares, 16 000 ha de Cdre, 31 000 ha de Pin maritime, 43 000 ha dEucalyptus, 108 000 ha de Chne vert, ajouts aux reboisements de protection dont la superficie est estime 717 000ha et autres maquis et broussailles les diffrentes espces exploitables comprises, linstar du Thuya , Genvrier et Frne.etc. valu 1 786 000 ha. Cela sans compter lexploitation de ces produits forestiers dautres fins autres que le bois, limage de lextraction des aromes et des plantes mdicinales.

Pour ce qui est de la production gnre durant lanne coule dcoulant principalement des coupes (accidentelles ou celles prvues par les plans de gestion) et des travaux sylvicoles il a t mobilis quelque 27 940 m3 de bois, toutes catgories confondues. Ce qui marque une rgression par rapport lanne 2007 o lon na cueillis 154 471 m3 de bois, 82 973 Qx de lige et 1 073 tonnes dAlfa. Pas loin quen 2004, lAlgrie tait classe troisime producteur mondial de lige avec une moyenne de 7 % de la production plantaire, bien sur, loin du Portugal et de lEspagne enregistrant, respectivement 57% et 23%. A lpoque dj, une tude effectue par un bureau dtudes tranger sur les filires industrielles algriennes note qu avec une meilleure gestion et une exploitation plus rationnelle des peuplements, la production nationale de lige peut connatre une sensible augmentation court terme .

FLECHISSEMENT DU NIVEAU DE PRODUCTION

Il est certes des initiatives prises notamment par la DGF, ayant mis en uvre plusieurs programmes de reboisement, mais lexploitation demeure toujours en de du niveau requis. Il est pour preuve la facture dimportation du bois qui ne cesse daugmenter. Celle-ci atteignant les 300 millions de dollars /an, ds lors que la demande nationale en bois ne cesse de connatre des bonds significatifs engendrs par la consommation due notamment pour le bois usage de construction aux diffrents projets lancs ces dernires annes, dans le cadre des diffrents programmes structurels initis par le gouvernement. Ainsi la demande nationale en la matire a atteint le seuil de 1,5 millions de m3 par an. Dans ce cas, faut-il relever que si les responsables du secteur dfendent la thse de linsuffisance du potentiel forestier national, comparativement la demande en la matire, ou encore le fait que nos forts sont plutt de nature protectrice dont le rle premier est cologique ; la rhabilitation des seules superficies forestires dvastes par les feux de forts et lentretien des massifs dj existants permet bien daccrotre le rendement. Autrement dit, les produits forestiers exploitables ne se limitent pas la seule production du bois comme nous lavons soulign en haut. Pourtant, selon mme les prvisions de la DGF, la mise en pratique des mesures comprises dans le cadre du plan national de reboisement lanc en 1999, table sur une extension de la superficie forestire nationale quelques 1 245 000 ha. Sur ce, lachvement des oprations dinventaire national et la mise en uvre des tudes damnagement de quelques 600 000 ha, permettront de hisser la production nationale en bois une moyenne de 400 000 m3.

lheure actuelle, le patrimoine national forestier est estim quelques 7 millions dhectares. Cependant, les menaces de dgradation de celui-ci sont courantes, ds lors que leffort de la DGF et des autres structures tatiques associes quant la rhabilitation et la prservation de ce dernier sont souvent contraris. La fort algrienne subit ainsi plusieurs alas dfavorables tant naturels (lis la gographie et la climatologie) quanthropiques dcoulant de lactivit humaine. Le climat, facteur essentiel conditionnant le milieu forestier, demeure lun des paramtres essentiels prendre au srieux. Le choix des plantations doit donc tre fait suivant ladaptabilit au milieu naturel, afin dassurer un rendement consquent. Dautre part, si lon enregistre, non sans regret, la perte annuelle de pans entiers de ce patrimoine pour cause dincendies, il est vivement attendu souhaitent le spcialistes en la matire que les moyens de lutte soient, eux aussi, adapts la ralit du terrain dans notre pays. Car, loin daccepter un tel phnomne par fatalit, nous perdons annuellement une moyenne de 25 000 ha de massifs boiss. Des chiffres qui donnent de la sueur quant on sait que la superficie dtruite dpasse de loin celle rhabilite.

UN POTENTIEL SOUS-EXPLOITE

Cot exploitation : exceptions faite aux espaces protgs, les forts Algriennes regorgent de produits exploitables divers usages. Hormis le cas des produits extraits des plantes et autres arbrisseaux, le lige largement et facilement exploitable constitue lui seul un crneau mme de gnrer des dividendes normes. Lconomie nationale en a normment besoin en ces temps o lchelle mondiale la tendance est la recherche dune alternative aux hydrocarbures. Pourtant, il est vident que le lige compte parmi les matires premires les plus stratgiques dont dispose notre pays.
Cest une culture fragile certes, de par le contexte cologique, social et conomique prvalant, mais qui offre autant dopportunits dexploitation.

Sur ce, faut-il noter que la production algrienne du lige a volu, depuis lindpendance, suivant une courbe descendante. Ceci dit, lexploitation effective est trs loin dentamer le patrimoine existant et exploit par le pass (durant lre coloniale). Les rserves actuelles sont ainsi estimes 230 000 ha gnrant (pour le compte de lanne 2008) une production maximale de 82 973 qx. Pour lanne 2005, seulement 18 543 qx ont t rcolts et dont 2915 qx seulement ont t commercialiss. Cest l donc une rgression de production qui dnote du manque dintrt accord la filire. Pour sen convaincre, il suffit de remonter un peu dans le temps, o, en 1940 titre dexemple lAlgrie produisit 400 000 qx de lige. Ceci dit, la production nationale pouvait au moins satisfaire la demande nationale, notamment en ce qui concerne la production des matriaux disolation acoustique et thermique, de carrelage (revtements muraux et dcoratifs) et de pices accessoires de certains dispositifs mcaniques. Pour lexportation, des opportunits sont aussi offertes ds lors que la moyenne de production nationale ligible est de 50 %. Ce qui peut bien tre hiss des stades suprieurs avec notamment lintroduction des techniques modernes dexploitation. Cest l donc autant de facteur qui dnote de la ncessit de reconsidrer le patrimoine forestier national, pour en faire une nouvelle ressource pour le dveloppement des exportations hors hydrocarbures.

Lyazid Khaber

Messages


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.