POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


5 journalistes détenus en Algérie, pour le délit de couverture du #Hirak



Le mépris du peuple, quand on dit que l’armée accompagne la réforme de l’élite politique.


jeudi 24 octobre 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


Ecouter l’article. Les autorités algériennes détiennent 5 journalistes pour des raisons fallacieuses. Contrairement aux discours livrés avec d’incessants matraquages, ce sont là de graves atteintes aux libertés constitutionnelles. Et elles dénotent les vraies intentions des actuels dirigeants, de ne pas répondre à l’aspiration populaire d’une Algérie en rupture avec la « kléptocratie » addictive à la « hogra ».

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE


- 1 - Le mois dernier, le tribunal de première instance du Bir Mourad Rais d’Alger a accusé le journaliste indépendant Sofiane Merakchi d’avoir travaillé sans autorisation pour des chaînes de presse étrangères. Quelle loi prévoit ce préalable. Il est aussi poursuivi d’avoir évité les autorités douanières lors de l’importation d’équipement de diffusion, selon des ONG. Le 14 Octobre, son appel à la mise en liberté provisoire a été rejetée par le tribunal.

- 2 - Le 6 Octobre, Saïd Boudour a été appréhendé par les autorités du ministère de la Sécurité nationale à Oran. Il a été libéré sous condition le lendemain, d’après ses propos rapportés par divers supports. Cependant, cette ordonnance a été annulée le 15 octobre. Il est détenu à la prison d’ Oran et ce depuis le 19 octobre selon nouvelles rapports .

- Fourberie en Algérie : l’armée félicitée de ne pas réprimer le peuple qui la paie ! 16 octobre 2019

- 3 - Le blogueur Abdelmoundji Kheladi arrêté le 7 octobre pour avoir publié, le 4 octobre, sur Facebook des photos de manifestations contre le chômage à Constantine. Le 15 octobre, un juge de cette localité de l’est du pays a ordonné que Kheladi soit maintenu en détention provisoire, selon des messages sociaux et un de ses collègues défenseur de la presse locale.

- 4 - Lundi 14 octobre 2019, le juge d’instruction près le Tribunal d’El Oued a placé le journaliste Adel Azeb Chikh en détention provisoire, pour prise de photos non autorisées, rapportent plusieurs médias. Il couvrait des manifestations des chômeurs devant l’agence de l’emploi de la wilaya d’El Oued (ANEM locale), selon les mêmes sources.

- 5 - mercredi 23 octobre Le rédacteur en chef du journal « Le Provincial », le journaliste Mustapha Bendjama, a été arrêté au sein même de la rédaction de son journal à Annaba, selon la page du journal sur Facebook. Aucune info sur les raisons de cette dernière arrestation. Aucun mandat de perquisition n’a été présenté au journaliste par les policiers, selon le journal. Les agents ont emporté l’unité centrale de de son ordinateur.

Actuellement une faction, parmi celles qui composaient et se déchiraient au sein de l’ancien régime, a pris le dessus sur d’autres qui s’affrontaient dans les sillages de l’ex-parti unique et l’indécrottable bureaucratie. Celle des militaires qui ont été empêchés par le gang de Bouteflika de lever l’échine lors du 3ème et 4ème mandat, nettoie le groupe qui s’est agglutinait autour du frère Saïd et qui qui croupissent en prison.

- Les médias en Algérie tournent le dos aux manifestations contre le gouvernement 13 octobre 2019

Cela ne limite pas ou réduit les anciennes de bloquer les progressistes algériennes qui incarnent la volonté profonde peuple. Par laquelle juger les anciens malfaisants et aller définitivement à une seconde république qui ne soit plus en capitulation à la voyoucratie bardée de nationalisme, constitue tout un programme sociétal digne de la modernité que désire le consensus de la jeunesse.

Les piétinements des libertés continuent en Algérie, en dépit de l’infatigable Hirak et contre même la volonté de garder l’ancienne familles « badissiya/novembriya » des prédateurs. Parmi les droits non-encore acquis, l’absence de garantie à l’expression à tous citoyens, ainsi que celui d’être informés. De même l’exercice du métier de journaliste sans contraintes de manière à assurer la communication sociétale la plus élémentaire, d’où émerge la citoyenneté avec son entière dignité.

Le Comité pour la protection des journalistes a émis un appel pour la libération de ses détenus d’opinions qui sont privés de l’exercice de leurtravail, un droit des plus basiques. Le musèlement des Algériens les plus honnêtes qui, à la longue de leur honnêteté, dérangent les corrompus, est une vieille pratique.

La justice, des plus corrompues du Monde, a aidé l’islamo-terrorisme lors des années sombres, sur des critères linguistiques de langue arabe et des convictions religieuses de son personnel généralement réactionnaire, s’adonnent à exercer une répression sélective. Elle traque les jeunes qui aspirent à leur émancipation...

Et elle vise des jeunes avides d’expression, notamment sur les médias modernes qui les émerveillent. Plus particulièrement les tribunaux frappent les berbères avec une ségragation connue du régionalisme, ayant longtemps servie à tous les nationalistes de tous les bords...

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article