POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Inquiétude sur le destin des terroristes du Daesh #Isis



Les déplacements des djihadistes : USA et UE prochaines cibles.


vendredi 13 mai 2016
par Azouz Benhocine


Au fur et mesure que l’inexorable défaite de l’Etat Islamique, lui fait perdre du terrain sur les fronts irakien et syrien, le destin des hordes de criminels de l’Etat-Islamique questionne ? La conseillère en contre-terrorisme du président américain Barack Obama, Lisa Monaco, est venue jusqu’en Europe, pour en avertir… En Belgique, une filière a frappé ces derniers mois à deux reprises, sans que la sécurité ait pu parer.

Voir en ligne : Notre dossier : Daesh #ISIS EIIL Daech Isil

Comme l’afflux ne s’est pas encore inversé, pour pas moins de 30 000 hommes étrangers dans les rangs de l’Etat terroriste en Irak et Syrie, à quoi s’attendre ? Selon la Maison Blanche, il est à ses rythmes jamais vus auparavant. Lisa Monaco et Francis Taylor, du département de Homeland Security, et de John Mulligan, vice-directeur de National Counterterrorism Center, une organisation fédérale créée après les attentats du 11 septembre 2001, convoque un débat sécuritaire européen.

Des combattants rejoignent toujours le front posé au Moyen-Orient qui est alimenté par les puissances régionales comme l’Arabie Saoudite, la Turquie et le Qatar. Mais, la fin de l’illusoire califat islamique a des conséquences imprévisibles. L’arrivée de réfugiés qui s’attend à la prochaine saison estivale,avec la pratique de la terre brûlée dans les régions touchées de violences et la guerre internationale contre le terrorisme, rendent les anticipations plus préoccupantes.

La responsable des Etats-Unis presse les alliés d’accélérer l’échange d’informations sur les voyageurs et les migrants, notamment en matière biométrique. Les échanges d’informations sur les voyageurs, en provenance de l’UE, viennent d’être approuvés par le Parlement européen après cinq années d’hésitations. Ce qui a été fait en matière de police générale, des pièces d’identité avec des passeports aux normes de reconnaissance des personnes, peut-être exploité.

Qui croire ? En avril dernier le Pentagone a déclaré que la chute est passée de 2000 à 200 traversées par mois, vers les zones du conflit, ce qui est vrai. Cependant les propos de la conseillère du président américain ne peuvent pas concerner les départs, devenus moindres mais toujours actifs. Mais actuellement précisément les périples du retour qui sont menaçants. Il y a un peu plus de 6000 détenteurs de passeports occidentaux qui vont rebrousser chemin.

Les efforts pour contrer l’ennemi, sur les différents réseaux sociaux du Web, mobilisent des bataillons de travailleurs en sécurité et de surveillance qui en permanence sont devant les écrans. Washington a aussi mis en place des procédures pour traiter plus rapidement les demandes des autorités judiciaires européennes qui tentent d’obtenir des géants de l’Internet comme Google ou Yahoo l’accès à des comptes mails de suspects en matière de terrorisme.

Mais aussi, il y a l’impossibilité de décryptage des divers systèmes de communications sécurisées. Plusieurs plateformes sont autonomes et entretiennent de communications sécurisées, dont le plus utilisé est Telegram, la situation échappe à tous contrôles. D’après cette étude (consulter ICI) 34% des terroristes utilisent ce réseau, mais bien plusieurs autre espaces de communication

Certes certains des étrangers ont été tués. Mais d’appréciables reliquats regagnent actuellement leurs origines. Beaucoup n’hésiteront pas de prendre la direction des pays occidentaux, sans en être originaires. C’est d’ailleurs un peu la conviction de tous les terroristes.

Les dernières frappes de France de novembre 2015 et en Belgique en mars 2016, ne sont que le prélude des premiers revenants. Ces opérations ont bénéficié de modes d’organisation de groupes organisés et d’hommes déterminés qui savent manier toutes sortes d’armes. Ils ont été entraînés pour imprimer leurs actes de la sorte.

Répondre à cet article